Nos Lecteurs ont la Parole

L’Irak, l’ancien allié

par Sylvio LE BLANC
OLJ
14/05/2018

Beaucoup de pays ont soutenu la riposte armée franco-britanno-états-unienne contre le régime syrien de Bachar al-Assad et peu l’ont dénoncée. L’un de ces derniers est l’Irak, dont les représentants ont averti qu’un tel événement « ouvre la porte au terrorisme » et « menace la stabilité de la région ».
Quand je pense que les États-Unis ont dépensé des centaines de milliards de dollars pour « démocratiser » ce pays depuis 2003, et voilà qu’il se retourne contre eux. George W. Bush s’est trouvé malgré lui à enlever le pouvoir aux sunnites pour le donner aux chiites, majoritaires. L’Irak s’est alors naturellement rapproché de l’Iran, aussi chiite. Et ce même Iran est l’allié de Bachar al-Assad, un alaouite qui fait la vie dure aux sunnites de son pays, pourtant majoritaires.
Il y a fort à parier que si les États-Unis n’étaient pas intervenus en Irak, la guerre civile en Syrie n’aurait pas eu lieu et le groupe État islamique ne serait pas né. Les États-Unis sont un grand fouteur de merde.

Sylvio LE BLANC
Montréal-Québec

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de « L’Orient-Le Jour »

Alerte au plastique

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : le déblocage serait imminent

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué