Nos Lecteurs ont la Parole

L’Irak, l’ancien allié

par Sylvio LE BLANC
OLJ
14/05/2018

Beaucoup de pays ont soutenu la riposte armée franco-britanno-états-unienne contre le régime syrien de Bachar al-Assad et peu l’ont dénoncée. L’un de ces derniers est l’Irak, dont les représentants ont averti qu’un tel événement « ouvre la porte au terrorisme » et « menace la stabilité de la région ».
Quand je pense que les États-Unis ont dépensé des centaines de milliards de dollars pour « démocratiser » ce pays depuis 2003, et voilà qu’il se retourne contre eux. George W. Bush s’est trouvé malgré lui à enlever le pouvoir aux sunnites pour le donner aux chiites, majoritaires. L’Irak s’est alors naturellement rapproché de l’Iran, aussi chiite. Et ce même Iran est l’allié de Bachar al-Assad, un alaouite qui fait la vie dure aux sunnites de son pays, pourtant majoritaires.
Il y a fort à parier que si les États-Unis n’étaient pas intervenus en Irak, la guerre civile en Syrie n’aurait pas eu lieu et le groupe État islamique ne serait pas né. Les États-Unis sont un grand fouteur de merde.

Sylvio LE BLANC
Montréal-Québec

À la une

Retour à la page "Nos Lecteurs ont la Parole"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le courant du Futur, une restructuration...et des changements

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué