X

La Dernière

Si les assiettes pouvaient parler...

This is America

Une œuvre d’art monumentale dressée pour immortaliser les femmes dans une dinner party particulière.

08/05/2018

Mesdames, vous êtes servies ! L’artiste américaine Judy Chicago, auteure d’une installation iconique, The Dinner Party, vient de collaborer avec l’association Prospect NY pour recréer quatre assiettes faisant partie de cette installation géante de 1979, qui se trouve aujourd’hui au musée de Brooklyn. Il s’agit d’une spectaculaire œuvre féministe. Judy Chicago a voulu convier à une même table le plus grand nombre de femmes qui ont marqué l’histoire. Elle l’a dressée en forme de triangle équilatéral, (symbole d’égalité et de féminité) et y a placé 39 couverts, dont ces assiettes stylisées qui rendent hommage à des femmes célèbres. Enfin, elle l’a placée sur ce qu’elle a appelé un « plancher du patrimoine », où elle a inscrit les noms de 999 autres femmes de la même importance, qui ont accompli de grandes réalisations à travers les siècles, et qui sont en corrélation avec les 39 sélectionnées. Chaque place a sa propre nappe brodée main. Et au revers de chaque assiette est gravé un texte qui évoque la personne honorée.

Aujourd’hui, Judy Chicago et Prospect NY (qui revisite l’art contemporain en édition limitée) ont donc choisi quatre assiettes de l’installation pour offrir au public leur authentique reproduction. Tout le monde pourra manger manière Sappho, ou manière Amazone, ou encore dans une assiette à l’effigie de la reine Elizabeth I ou de la déesse primordiale. Le design de la Sappho, une fleur aux pétales étagées vertes et lavande, se veut le symbole de la sagesse et de l’éducation des femmes ; en pourpre royal, l’assiette Elizabeth I illustre le potentiel du pouvoir féminin ; l’Amazone esquisse le corps des guerrières mythiques et la force des battantes au sein leur communauté, et dans le plat de la déesse universelle, un papillon sort de sa chrysalide et s’apprête à prendre son envol d’une matrice volcanique, source de toutes les énergies.

Connotation sexuelle et anoblissement de l’artisanat
 Tous les motifs que Judy Chicago a conçu pour ce service de table, particulièrement emblématique, comportent une connotation féminine. Elle précise : « Le but de ma Dinner Party est de révéler à une large audience la richesse de l’héritage féminin et la diffusion de certains de ses éléments. Ces quatre assiettes servent bien cette intention. Qui sait quel genre de conversation ces plats peuvent en fait générer autour d’un repas ! » Des plats qui peuvent également être accrochés au mur comme objets de collection. Chicago remet ainsi en avant certaines manières de faire, qualifiées de secondaires, tels que le tissage, la broderie et la peinture sur porcelaine, traditionnellement relégués au domaine artisanal et définis comme un art essentiellement féminin. Une étiquette en deçà du « royaume supérieur masculin », celui du dessin, de la peinture et de la sculpture, considérés comme les beaux-arts.

Par ailleurs, on assiste en ce moment à un regain de ferveur pour la porcelaine utilisée comme support de la créativité féministe. De l’autre côté de l’Atlantique, et plus précisément à Londres, la galerie Piano Nobile expose The Famous Women Dinner Service. Il s’agit d’un ensemble composé de 50 assiettes en céramique honorant chacune une femme qui a occupé une place de choix dans l’histoire du monde. Cette invitation à dîner avait été lancée il y a bien longtemps, et elle avait été réalisée entre 1932 et 1934 par deux artistes américains, Vanessa Bell et Duncan Grant. La liste de leurs convives va de la reine de Saba à Greta Garbo en passant par Mariam Bergeron, la plus jeune Miss Amérique ayant accédé à ce titre à l’âge de 15 ans en 1933. Écrire le féminisme sur de la porcelaine à usage fonctionnel comme pour mieux insérer son essence dans le quotidien, un message fort mais tout en douceur.


Dans la même rubrique

Journée du jardinage en tenue d’Adam et d’Ève

Jane Walker, le whisky de ces dames

Oui, on peut aller au bureau, une fois l’an, en pyjama...

Steve Lough, un clown qui se prend très au sérieux

Benjamin Franklin, maestro de la Constitution US et adepte avant l’heure du tofu

Barbiemania, féminisme et Frida Kahlo

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué