X

Liban

L’USEK et le Parti vert récompensent des journalistes en herbe

Journée de la terre
Louise AURAT | OLJ
05/05/2018

À l’occasion de la Journée internationale du livre et celle de la planète, qui coïncident par un hasard du calendrier, la faculté des lettres et le comité vert de l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) ont organisé une cérémonie et des diverses activités festives sur le campus à Kaslik : vente et donation de livres, remise des prix du concours « Green Reporter », concerts…
Sur la pelouse du campus de l’USEK, des livres, prêts à être vendus ou donnés, sont exposés sur des palettes, un piano en bois est disposé sous un olivier et une scène est aménagée dans un décor bucolique pour recevoir les invités de ce Book-Earth Day. L’événement a été préparé avec une attention « écologique » dans les moindres détails. « L’éclairage, le volume sonore des intermèdes musicaux, la scène : tout répond à des impératifs écologiques », explique avec enthousiasme Dalida Sneifer, coordinatrice du comité vert de l’université. Pour cette troisième édition de la Journée de la terre à l’université, le comité a travaillé en collaboration avec la faculté des lettres et de musique. Les étudiants ont été associés à l’événement pour vendre leurs livres ou en faire don, en plus des concerts et lectures préparés par leurs soins.
Des bénévoles du comité vert ont également présenté quelques créations artistiques, fabriquées à partir de matériaux recyclés. Sarah, étudiante en agroalimentaire, est une bénévole qui tient le stand. Elle confie à L’Orient-le-Jour : « Marquée par la crise des déchets au Liban (qui a éclaté en 2015-2016), j’ai voulu m’engager dans le comité vert pour faire, à mon niveau, quelque chose pour l’environnement. »
Les étudiants de la faculté de journalisme ont été ralliés, eux aussi, à la cause de la planète dans le cadre de la compétition Green Reporter, lancée à l’USEK en novembre dernier. « L’objectif de ce concours était de sensibiliser les étudiants aux sujets d’environnement, en leur donnant la possibilité de participer à la rédaction d’un article ou d’un reportage sur un sujet de leur choix portant sur cette thématique », indique Rita Khalil, responsable du département de journalisme et de communication. Quatre sur une vingtaine d’articles et de reportages ont été sélectionnés pour être récompensés. Le problème de la pollution dans la ville de Chekka, dans le nord du Liban, est le sujet qui a été choisi par deux des gagnantes du concours. Un autre porte sur les tensions politiques et la question environnementale au Liban.
Cette compétition a été lancée à l’initiative du Parti vert libanais, en écho à son Green Report, qui permet à chaque citoyen de signaler une situation à risque pour l’environnement, via l’application du parti. Dans le but d’éveiller les consciences des jeunes étudiants en s’appuyant sur les médias, l’idée a germé de proposer cette compétition à plusieurs universités libanaises. « Seule l’USEK a accepté ce projet-là », précise la présidente du Parti vert, Nada Zaarour, rencontrée en marge de la remise des prix. Elle ajoute que « l’existence du comité vert a été significative » pour sa mise en œuvre.

S. B.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué