X

À La Une

Pour deux familles de réfugiés syriens, l’avenir s’écrit au pays des 100 vallées (6/6)

Web doc
31/03/2018

« Retourner en Syrie ? Nous n’y pensons pas. J’ai sorti cette idée de ma tête ! » Assise entre les murs bleu pâle de sa cuisine, une tasse de café arabe devant elle, Hilal Rajoub, réfugiée syrienne installée en Aveyron depuis fin 2016, est catégorique. Son mari Waël est au travail, ses enfants à l’école. Un poisson rouge tourne en rond dans l’aquarium. « Cette maison est devenue ma maison, cette ville est devenue ma ville, avec l’école de mes enfants. Nous n’envisageons même pas de quitter cette région ! C’est fini, nous restons à Naucelle. C’est bien, Naucelle ! »


Dans son appartement situé à quelques rues de là, Awasha el-Mohammad prépare avec son mari Mohammad des lahmé baajine pour des voisins. Elle aussi a trouvé sa place dans le petit village français de Naucelle. C’est là qu’elle a donné naissance, moins d’un an après son arrivée, à une petite fille, prénommée Mariane. Dans un éclat de rire, elle se demande où naîtra son prochain enfant, après que Omar, son aîné, soit né en Syrie, et son cadet, Ali, au Liban, deuxième étape de l’exode, avant la France, pour cette famille ayant fui la guerre qui ravageait son pays.
« Et l’avenir ? » est le sixième et dernier épisode de notre web doc « Tout recommencer au pays des 100 vallées – L’histoire de deux familles de réfugiés syriens en France ».
Retrouvez l’intégralité de notre web doc, en texte et en vidéos, ici



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

J'ai des doutes sur l'objectivité de cette série de documentaires. Pourquoi exactement OLJ a choisi ces deux familles ou quel message est-ce que OLJ veut donner ... Surtout ce qui me fait méfier un peu c'est que le réfugié syrien parle de sa visite en voiture à Andorra. Mais Andorra n'est pas du tout près du "coeur de la France", c'est plutot frontalière avec Andorra alors, une région limitrophe de la France, pendant que cette série répète tout le temps que les réfugiés se trouvent au "coeur de la France'. Le coeur de la France c'est peut-etre autour de Reims, mais pas Andorra.

Irene Said

Bonne chance à ces familles, et surtout à leurs enfants !
Ils grandiront loin des bruits de guerre, de tous les fanatismes meurtriers qui prolifèrent au Proche Orient.
Irène Saïd

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué