Spécial Orientation professionnelle / Édition 3

À la SGBL, tout un univers consacré à la jeune clientèle

Photo DR

27/03/2018

La jeunesse a une place de choix à la Société générale de banque au Liban, notamment pour ce qui a trait aux étudiants qui peuvent bénéficier, notamment, de cartes de crédit, mais aussi de prêts leur permettant de poursuivre leurs études universitaires.
« Parce que la SGBL accorde beaucoup d’importance à la fidélisation et à la sensibilisation de ses clients, et ce dès le plus jeune âge, elle met à leur disposition le pack ILIVE doté de nombreux avantages, en accord avec les attentes des jeunes âgés entre 18 et 24 ans. Ce pack englobe des services extrabancaires variés, explique Habib Khoury, directeur stratégie et marketing à la SGBL. En plus d’un compte courant et de la carte de débit internationale ILIVE Titanium gratuite, ce pack offre aux jeunes des cartes de crédit à moitié prix et la carte eSurf gratuite pour leurs achats en ligne en toute sécurité. »
Le pack ILIVE regroupe plusieurs avantages et bénéfices dont les offres suivantes : un premier trajet gratuit en taxi (jusqu’à 15 $) + 30 % de réduction sur deux trajets par mois, des offres « Buy 1 get 1 free » disponibles sur l’application « Mastercard for you », ou 15 $ offerts en appels ou data pour les premiers 200 $ dépensés avec la carte ILIVE. Des réductions et des escomptes auprès de plusieurs commerçants sont offerts lors des achats avec la carte ILIVE, ainsi qu’un accès gratuit à plus de 10 salons d’honneur d’aéroports sélectionnés au Moyen-Orient, sans compter des tirages au sort pour gagner des voyages, assister à des concerts, etc.
« La SGBL s’adresse à tous les jeunes, et ce dès le plus jeune âge», souligne M. Khoury. « C’est ainsi qu’elle met à leur disposition l’univers SGBL Jeunes, un monde spécialement conçu et imaginé pour les enfants  afin de leur assurer tous leurs besoins bancaires. Et pour les jeunes de 12 à 17 ans, l’univers FLYY  leur fait vivre leur première expérience bancaire de façon simple et ludique grâce à leur première carte bancaire et la possibilité de constituer une petite épargne », relève Habib Khoury.

Financer les études de 3e cycle
Concernant le financement des études, la SGBL met à la disposition des étudiants souhaitant poursuivre des études de 3e cycle, tel un MBA ou une spécialisation en médecine à titre d’exemple, le prêt Sogescool, « parce que leur futur nous intéresse », explique M. Khoury. « De plus, afin de les aider dans leurs déplacements, nous mettons à leur disposition un prêt spécial 1re voiture avec lequel ils gagneront une carte d’essence de 450 000 LL. Enfin, s’ils désirent voyager, acheter ce qui leur plaît ou même se marier, ils ne seront jamais à court d’argent, grâce à Sogeloan, le prêt personnel de la SGBL », poursuit-il.
La SGBL propose par ailleurs un programme de fidélité, Super Rewards, permettant au client de dépenser librement les points accumulés par l’utilisation de ses cartes. « Avec Super Rewards, tous les porteurs de carte SGBL peuvent accumuler des points en réglant leurs achats avec leur carte et ont la possibilité de dépenser les Super Rewards (SR) qu’ils ont accumulés à leur guise, auprès de tous les commerçants munis d’un terminal de paiement (POS) au Liban comme à l’étranger, que ce soit dans les supermarchés, les restaurants, les hôtels, les agences de voyages, etc., ainsi que pour leurs achats en ligne », indique M. Khoury. En moyenne, chaque 1 $ dépensé correspond à 1 SR. Pour les jeunes, plusieurs offres et campagnes sont lancées durant l’année pour les faire bénéficier du programme de fidélité Super Rewards.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué