X

À La Une

Syriens et réfugiés en France, ils ont une obsession : maîtriser la langue de Molière (3/6)

Web Doc
28/03/2018

« Quand deux personnes parlent ensemble, je ne comprends rien. Ça me rend triste. Mais je me suis mis en tête d’apprendre le français. »
À son arrivée en France, en octobre 2016, Hilal Rajoub, réfugiée syrienne, ne parlait pas un mot de français. Comme son mari Waël, ou encore Mohammad el-Mohammad et son épouse Awasha.
Dans le cadre du « parcours citoyen » prévu par l’État français pour les réfugiés réinstallés dans l’Hexagone, les membres de ces deux familles ont bénéficié de 200 heures de formation dans un centre spécialisé à Rodez. Mais ces quelques heures ne pèsent pas lourd, finalement, face à l’engagement d’un bataillon de bénévoles, essentiellement d’anciennes institutrices à la retraite, auprès de ces familles.
Parmi ces volontaires, Claudette Bodin, qui donne régulièrement des cours particuliers à Hilal Rajoub et Awasha el-Mohammed, à Naucelle. « Pour moi, prononcer le P, c’est difficile », lui lance Hilal, lors d’un de ces cours, avant d’essayer de faire prononcer la version arabe du « H » à Claudette.

« Nous avons démarré de zéro. Ce qui était compliqué, c’est que nous ne parlions pas un mot d’arabe. Donc on a fait du théâtre, explique Jocelyne Dufour, sophrologue et bénévole. Et puis, petit à petit, ça s’est mis à aller de plus en plus facilement, parce que chacun a fait un pas vers l’autre. »
Parmi les très bons élèves, il y a Mohammad el-Mohammad, « bluffant » dans l’apprentissage du français, selon Véronique Moretti, directrice du Centre social et culturel du Naucellois, qui souligne que ce trentenaire n’avait pourtant suivi aucune scolarité en Syrie. « Le plus important, dit-il, c’est la volonté. Avec de la volonté, on peut tout apprendre. »

« Le français pour entrer dans la société » est le troisième épisode de notre web doc « Tout recommencer au pays des 100 vallées – L’histoire de deux familles de réfugiés syriens en France ».


Retrouvez l’intégralité de notre web doc, en texte et en vidéos, ici



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ACE-AN-NAS

Attention les enfants, maîtriser une langue quelconque fusse t elle celle de Molière ou de wang tse pong ou de n'importe quel pays ne VEUT PAS DIRE SOUMISSION AVEUGLE AUX CHOIX SOCIO POLITIQUES DE CES PAYS.

LA LANGUE EST UN VECTEUR DE COMMUNICATION ET NE PEUT ÊTRE EN SOI UNE ADHÉSION AVEUGLE À NIMPORTE QUOI.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué