X

Moyen Orient et Monde

Grogne sociale en Iran : « Le pauvre ouvrier doit être pendu, le corrupteur économique doit être libéré ! »

Iran

La grogne sociale ne tarit pas, entre grèves à répétition et chute du pouvoir d’achat.

OLJ/Siavosh GHAZI/AFP
09/03/2018

La grogne sociale ne s’apaise pas en Iran, sur fond de chute de la monnaie nationale, deux mois après la vague de contestation contre la situation économique et le pouvoir dans des dizaines de villes du pays.

Depuis une quinzaine de jours, la presse iranienne fait état de grèves à répétition de centaines d’ouvriers à Ahvaz (Sud-Ouest) et Arak (Ouest). Une vidéo des manifestants de l’usine Hebco d’Arak, diffusée sur Telegram, les montre scandant par dérision : « Le pauvre ouvrier doit être pendu, le corrupteur économique doit être libéré ! » Le slogan fait allusion à une série d’affaires retentissantes de corruption, de détournements de fonds publics ou de crimes économiques survenues au cours des dernières années. Constructeur de machines de chantier de renommée nationale, Hebco a été privatisée il y a une dizaine d’années. Son activité a périclité et ses employés réclament le versement de leurs salaires, impayés depuis près de huit mois, selon leurs revendications relayées sur les réseaux sociaux.

Les ouvriers de l’Iran National Steel Industrial Group d’Ahvaz, qui emploie environ 4 000 personnes, manifestent eux aussi pour obtenir le versement d’arriérés de salaires et défendre leur retraite face à une nouvelle direction. Les médias font régulièrement état de rassemblements d’ouvriers protestant contre le non-paiement de leurs salaires ou la dégradation de leur pouvoir d’achat. Fin février, un jeune Iranien a tenté de s’immoler par le feu à Fardis, près de Téhéran, alors que la police était venue détruire son magasin construit illégalement. La vidéo du drame a fait sensation sur internet. Son geste de désespoir a été précédé par quelques autres au cours des derniers mois.


(Lire aussi : Une trentaine d'Iraniennes arrêtées pour avoir ôté le voile en public)


Ouvriers désemparés
Plusieurs dizaines de villes iraniennes ont été agitées par des troubles ayant fait au moins 25 morts autour du Nouvel An, en marge de manifestations non autorisées contre la situation économique et sociale du pays et le pouvoir. Les autorités ont pris des mesures pour tenter d’apaiser la situation. Le Parlement, qui examine encore le projet de loi de finances pour la nouvelle année commençant le 20 mars, a modifié les plans du gouvernement afin de venir en aide aux couches sociales les plus démunies. Une nouvelle mouture du texte prévoit une augmentation des salaires allant jusqu’à 18 % pour les employés les moins bien lotis, à compter du Nouvel An perse.

« La communauté ouvrière est totalement désemparée », met en garde Ali Aslani, membre des Conseils islamiques du travail, sorte de syndicat officiel, cité par ILNA, agence de presse proche des milieux syndicaux officiels. « Le chiffre annoncé de l’inflation est de 9 %, mais ce n’est pas ce qui est ressenti par la société », dit-il.

Alors que le président Hassan Rohani multiplie les déclarations rassurantes sur l’état de l’économie, la dépréciation du rial iranien, qui a perdu environ un quart de sa valeur face au dollar en six mois, alimente l’inflation... et l’inquiétude de la population. Une Téhéranaise dit avoir constaté en quelques mois une augmentation de 60 % du prix du riz, denrée alimentaire de base en Iran. Mi-février, la Banque centrale d’Iran a pris des mesures pour enrayer la chute de la monnaie nationale. Leur effet n’a été que de courte durée et la dégringolade du rial a repris. Parviz Fatah, chef du Comité d’entraide de l’imam Khomeyni, secours populaire parapublic, a récemment indiqué que les aides sociales dont bénéficient 11 millions d’Iraniens, soit près de 14 % de la population, ont été fortement augmentées (de 75 % pour une famille de cinq personnes).

Ces tensions sociales interviennent alors que les effets de la suspension d’une partie des sanctions internationales contre la République islamique, résultat de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015, tardent à se faire sentir. La levée des sanctions devait créer un appel d’air pour une économie asphyxiée, mais face à la faible progression des investissements étrangers en Iran, les autorités accusent l’Europe et les États-Unis de ne pas tenir leurs engagements. Et le chômage reste très élevé : son taux est de 11,9 %, selon les derniers chiffres officiels, et atteint 28,4 % pour les jeunes de 15 à 24 ans.



Lire aussi

Incertitudes mais signes d'espoir pour l'économie iranienne

Les tensions entre Rohani et les conservateurs prennent le pas sur la contestation

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA DEMOCRATIE (?) DES AYATOLLAHS...

FAKHOURI

“Le travail est le pain nourricier des grandes nations.”
de Mirabeau

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : après la pause du Fitr, les heures supplémentaires du week-end

Un peu plus de Médéa AZOURI

Ce foutu premier rendez-vous...

Les matchs d’aujourd’hui

  • Belgique
    Tunisie

    23/06

    15h00 (GMT+3)

  • Corée du Sud
    Mexique

    23/06

    18h00 (GMT+3)

  • Allemagne
    Suède

    23/06

    21h00 (GMT+3)

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué