X

Campus

L’Université Antonine forge de futur(e)s entrepreneur(e)s

COMPÉTITION

Stations de wi-fi alimentées par des bouteilles en plastique, stations de vélo à Beyrouth, etc. : les étudiants ont rivalisé de créativité lors de la compétition d’entrepreneuriat, organisée pour la 6e année consécutive en partenariat avec Kafalat et la Lebanese League of Women in Business.

24/02/2018

Pour sa 6e édition, la compétition en entrepreneuriat organisée à L’Université Antonine (UA) le 7 février a mis à l’honneur l’entrepreunariat social. Parmi ses objectifs : encourager les jeunes participants à contribuer à l’amélioration et au développement de la société sur les plans environnemental, social et économique. Et les étudiants se sont employés à la création de leurs propres entreprises, faisant preuve de créativité et d’innovation avec des projets comme la création de stations wi-fi alimentées par des bouteilles en plastique ou des drones pour livrer du sang aux hôpitaux. 

180 étudiants de la faculté de gestion des affaires des trois branches de l’UA – Baabda, Zahlé, et Zghorta – inscrits au cours entrepreneuriat et planification de petites entreprises, ont participé à la compétition. Les projets ont été présentés en groupe sous forme de plans d’affaires théoriques, certains incluant des prototypes. « L’idée est de créer un projet concrètement réalisable en présence d’un capital financier adéquat », explique Elizabeth Sfeir, chef des départements de management et de marketing à la faculté de gestion des affaires de L’Université Antonine (UA) et responsable de la compétition. 

Mme Sfeir, qui, après avoir assisté à une conférence organisée par la Lebanese League of Women in Business a décidé d’inviter la ligue des femmes d’affaires libanaises à s’impliquer dans cette dernière édition de la compétition en entrepreneuriat de l’UA, précise : « Les jeunes femmes entrepreneures sont de plus en plus nombreuses au Liban. Nos jeunes étudiantes ont de très bonnes idées d’affaires ; elles n’ont besoin que de notre encouragement ! » 

 « Cette année, nous avons décidé de distribuer les prix en fonction de différentes catégories, et non en se basant sur le système de 1er, 2e et 3e prix. Cela nous a permis de récompenser pour leurs idées un plus grand nombre de participants », indique encore Mme Sfeir. 

Au final, sept groupes ont décroché un prix chacun après avoir présenté son projet devant un jury externe composé de Mme Asmahan Zein, présidente de la Lebanese League of Women in Business, et MM. Ralph Stéphan et Bassel Aoun, représentants de Kafalat. 


Les jeunes entrepreneures primées

Inspirés de la réalité, créatifs et innovants, les projets primés proposent des solutions à d’importants problèmes sociaux. Wi-Eco-Fi, prix du projet à l’idée la plus innovante, consiste en la création de stations de wi-fi tout autour de Beyrouth alimentées par des bouteilles en plastique. « L’idée m’est venue de créer quelque chose de technologique et d’écologique en même temps. Vu que la connexion internet est devenue nécessaire à notre vie de tous les jours, j’ai pensé à joindre ce besoin à celui du recyclage. Ainsi, mon groupe et moi avons créé un projet à coût minime, protégeant l’environnement et promouvant le recyclage », explique Lewa Azzam, membre du groupe. 

La Growing Up Nursery, prix du projet au plus grand impact social, prône l’inclusion des personnes aux besoins spécifiques. Ce projet comprend l’établissement d’une garderie inclusive qui ouvre ses portes également aux enfants ayant des handicaps, favorisant ainsi leur insertion et leur acceptation sociales. « À Zghorta, nous rencontrons beaucoup de personnes handicapées qui sont la plupart du temps seules et rejetées. L’idée est en fait d’apprendre aux enfants dès un très jeune âge que ces personnes ne sont pas différentes, qu’elles ne font pas peur ; bien au contraire. Ainsi, nous permettons le développement d’une société plus tolérante », explique Rita Maroun Tarraf, membre du groupe Growing Up Nursery. 

Food Loop et Life Drone sont les lauréats ex aequo du prix de l’idée la plus créative. Food Loop reprend les aliments non consommés des hôtels et restaurants, ainsi que les boîtes de conserve dont la date d’expiration approche, afin de les distribuer aux plus démunis. Le groupe Life Drone, composé de deux jeunes filles et d’un jeune homme du campus de Zahlé, a créé un drone qui transporte du sang aux hôpitaux. « Les drones sont la tendance technologique d’aujourd’hui. Nous avons donc décidé de les utiliser sur le plan médical. Ainsi, évitant les embouteillages constants du Liban, nous permettons le transport rapide de sang aux hôpitaux », explique l’étudiante Élissa Najjar. 

Ecopath, prix du projet le plus écologique, consiste à créer des stations de bicyclettes dans la ville de Beyrouth, permettant aux citoyens de louer des vélos pour se déplacer. « Actuellement, le concept de Beirut by Bike est pour le loisir. Notre projet crée un moyen de transport qui consiste en une carte rechargeable. Ainsi, avec plusieurs stations dans Beyrouth, nous promouvons le remplacement des voitures par les bicyclettes et donc la diminution des embouteillages et de la pollution », indique Valentina, membre du groupe. 

 « Un autre ajout à la compétition cette année est le prix de la meilleure affiche, que nous avons offert à deux groupes de 4 élèves chacun, qui ont créé des affiches publicitaires ; l’une pour un supermarché nommé Khayrat, l’autre pour Bride and Groom, agence d’entremise », ajoute Dr Sfeir. Pour cette compétition, la faculté de gestion a offert un montant de 2 400 dollars américains, auquel s’ajoutent deux dons : de Marcel Hage, président de Talaya Water, et de Maher Mezher, fondateur de l’Innovator’s League. 

 Pour Lewa Azzam, il s’agit d’une « compétition stimulante », tandis qu’Élissa Najjar estime que c’est « un apprentissage approfondi sur le plan d’affaires et la création de notre propre compagnie ». Les gagnants sont tous fiers d’avoir, grâce à leur créativité, contribué à la création de projets pouvant propulser la société libanaise vers l’avant.


Lire aussi

L’Université antonine récompensée par l’agence suisse d’accréditation et d’assurance qualité



À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué