Rechercher
Rechercher

Liban - Communautés

Les cheikhas druzes veulent continuer à cacher leur bouche sur les photos d’identité

Le cheikh Akl druze, Naïm Hassan, hier, lors de sa conférence de presse.

Les exemples vivants du caractère foncièrement pluraliste de la société libanaise se suivent, mais ne se ressemblent pas... Une démarche entreprise par le cheikh Akl druze, Naïm Hassan, est venue rappeler cette indéniable réalité qui a pour toile de fond le fait que les cheikhas druzes refusent d’enlever le voile blanc avec lequel elles cachent leur bouche pour prendre les photos nécessaires à leur carte d’identité. Ces cheikhas, qui obéissent ainsi à des traditions ancestrales et qui pratiquent les rites de leur religion, considèrent la bouche comme une « aoura », un attribut sexuel.

Hier, le cheikh Akl druze a ainsi appelé le ministre de l’Intérieur Nouhad Machnouk à consentir des mesures exceptionnelles pour ces cheikhas de manière à leur permettre à nouveau de paraître sur les cartes d’identité cachant non seulement leurs cheveux mais aussi leur bouche. 

 « La communauté druze n’a jamais été une communauté fermée sur elle-même. Nous soutenons l’État de droit, la démocratie et la Constitution. Nous sommes une communauté fondatrice du Liban et nous étions là bien avant 1920, a souligné le cheikh Akl. Nous sommes cependant attachés à nos traditions et à nos valeurs. »

Il a rappelé que jusqu’il y a deux ans, les femmes druzes qui pratiquent leur religion et qui portent ainsi le voile bénéficiaient d’un traitement spécial au niveau du ministère de l’Intérieur quand elles se présentaient pour demander une carte d’identité. Elles pouvaient se faire photographier portant le voile qui cache leurs cheveux et leur bouche. Ce n’est plus le cas actuellement car elles sont obligées de le défaire à moitié pour montrer leurs lèvres.

Le cheikh Akl a appelé M. Machnouk à prendre en considération les traditions ancestrales de la communauté et à instaurer à nouveau cette exception pour les femmes pratiquantes druzes. 

Depuis deux ans, les cheikhas voilées ne se présentent pas devant les autorités concernées pour effectuer des demandes de carte d’identité. 

La communauté appelle à ce que cette mesure soit appliquée à la carte d’identité et non au passeport car, en tous cas, ces femmes ne prennent pas l’avion. 

Le ministre des Déplacés, Talal Arslane, a joint sa voix à celle du cheikh Akl.


Les exemples vivants du caractère foncièrement pluraliste de la société libanaise se suivent, mais ne se ressemblent pas... Une démarche entreprise par le cheikh Akl druze, Naïm Hassan, est venue rappeler cette indéniable réalité qui a pour toile de fond le fait que les cheikhas druzes refusent d’enlever le voile blanc avec lequel elles cachent leur bouche pour prendre les photos...

commentaires (8)

On apprend tous les jours

Sarkis Serge Tateossian

16 h 40, le 20 février 2018

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • On apprend tous les jours

    Sarkis Serge Tateossian

    16 h 40, le 20 février 2018

  • PRIERE LIRE LEURS DENTS SONT RONGEES PEUT-ETRE ! MERCI.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    12 h 47, le 20 février 2018

  • Les femmes Druzes ne prennent pas l’avion! Mais pour le passport, elles acceptent de montrer l’attribut sexuel qu’est leur bouche! Un poids, deux mesures! On nous prend vraiment pour des imbéciles ! Si pour le Passport, pas de problèmes! Pourquoi il y aurait problème pour la carte d’identité ?

    Dounia Mansour Abdelnour

    10 h 09, le 20 février 2018

  • Comme européen, je dois probablement ne pas me mélanger dans une discussion que comme occidental je ne comprends pas trop, mais je trouve qu'il faut respecter les valeurs et traditions de ces gens druzes. Et n'oublions pas non plus que les USA l'états-unis (amérique) n'ont pas de carte d'identité car les USA considèrent (en théorie) la carte d'identité de "signe d'état totalitaire" même qu'en pratique le social security number fonctionne là-bas comme carte d'identité. Mais en tous cas, le Liban ne serait pas du tout le seul pays s'ils font la carte d'identité comme un document optionel ... (si on tient compte de l'exemple des USA).

    Stes David

    10 h 09, le 20 février 2018

  • LEURS DENTS SONT RONGÉS PEUT-ETRE !

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    10 h 04, le 20 février 2018

  • ""La communauté druze n’a jamais été une communauté fermée sur elle-même"" ...""La communauté appelle à ce que cette mesure soit appliquée à la carte d’identité et non au passeport car, en tous cas, ces femmes ne prennent pas l’avion."" La communauté, oui la communauté, toujours la communauté. Cette communauté n'est pas du tout fermée sur elle-même. Pour prendre des photos biométriques, il faut retirer ses lunettes, sa casquette… et parfois le voile (selon la loi du pays). Avec le passeport biométrique, pour la traversée des frontières dans des aéroports modernes sans un préposé au contrôle, quand ils sont équipés d’une borne informatique où les passagers déposent leurs passeports pour un ""scannage"" et le portail s’ouvre. Si vous gardez vos lunettes solaires par exemple, il ne s’ouvre pas… Il faut donc se conformer aux nouvelles règles de sécurité. On peut faire une exception pour nos belles ""cheikhas"", car quand il cache les lèvres, qui ose lever le voile, hein ? Et quand elles renoncent à prendre l’avion, c’est par amour qu’elles laissent leurs maris faire le voyage à leur place… On peut faire une exception pour la seule carte d’identité… Rien à dire ...

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    09 h 42, le 20 février 2018

  • ...Alors pourquoi une carte d'identité...puisque ces cheikhas doivent cacher...justement une partie de leur identité ? Encore une demande au fort parfum électoral ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 34, le 20 février 2018

  • waw!!!! je ne savais pas du tout que: "ces cheikha considèrent la bouche comme une « aoura », un attribut sexuel"...je ne vais pas faire de commentaire pour ne pas etre censuré.... mais peut etre la seule fois que je me dis que le machnouk a fait quelque chose de bien. tout le monde a pied d'egalite dans cette republique

    George Khoury

    06 h 52, le 20 février 2018

Retour en haut