Rechercher
Rechercher

Lifestyle

Un prix prestigieux décerné hier à la Fondation Adyan

Le 35e Prix Niwano de la paix a été décerné hier à la Fondation Adyan, « pour son travail créatif et de grande envergure, visant à édifier la paix et à favoriser la coexistence interreligieuse », selon la Fondation japonaise Niwano pour la paix.
La Fondation Niwano « soutient Adyan et la félicite pour son influence positive et spirituelle au Moyen-Orient », et est « honorée de décerner ce prix à la Fondation Adyan pour son travail créatif et de grande envergure, visant à édifier la paix et à favoriser la coexistence interreligieuse », a-t-elle annoncé.
La Fondation Niwano a souligné qu’Adyan avait notamment réagi en 2013 à la crise syrienne en proposant un dialogue de médiation interconfessionnelle et une éducation à la paix aux citoyens syriens vulnérables au Liban et en Syrie, à travers un projet d’élaboration de la résilience et de la réconciliation.
Les formations ont permis aux éducateurs syriens de proposer des approches pacifiques et réconciliatrices dans les écoles formelles et non formelles. L’espoir est que les enfants et les adolescents syriens développent des stratégies alternatives pour construire la paix, ce qui les empêchera de sombrer dans le cercle vicieux de la violence.
Depuis deux ans, Adyan avait entamé un travail intensif en Irak avec des journalistes et des activistes de la société civile, dans le but de renforcer leurs capacités à diffuser les valeurs de la citoyenneté inclusive et de la solidarité interreligieuse, et de guérir la société du traumatisme de l’EI.
 « Par l’octroi à Adyan du Prix Niwano de la paix, il y a une reconnaissance du rôle local et international de la fondation dans la construction de la paix, et un appel au Liban afin de renouveler sa foi en ses potentialités afin que, à travers sa victoire sur le confessionnalisme, il s’élève au niveau de sa mission civilisationnelle en tant que modèle de liberté et de pluralisme », a déclaré le père Fadi Daou, président d’Adyan.
 « Avec la sélection de la Fondation Adyan comme lauréate du 35e Prix Niwano de la paix, le Liban avance d’un pas sûr vers sa reconnaissance comme centre mondial pour le dialogue des cultures et des religions », a-t-il souligné.
En 2016, une décennie après sa création, Adyan était déjà composée de plus de 3 000 membres, et 35 000 personnes dans 29 pays avaient bénéficié directement de ses activités. Par ailleurs, son site taadudiya (http://taadudiya.com) plate-forme créée en 2017 pour la promotion du pluralisme, est suivi par 23 millions de personnes dans le monde arabe, preuve que la population arabe, notamment les jeunes, sont à la recherche d’un discours alternatif à celui qu’elle entend en temps normal.
Le Prix Niwano de la paix vise à encourager les personnes ou organisations qui se consacrent à la coopération interreligieuse afin de promouvoir la paix. Il est décerné par un comité composé de figures religieuses de stature internationale. Le prix est décerné chaque année lors d’une cérémonie en mai à Tokyo et il est doté de 20 000 000 de yens, soit environ 185 000 dollars. L’an dernier, il avait été remis à l’évêque Munib Younan de Palestine.

Le 35e Prix Niwano de la paix a été décerné hier à la Fondation Adyan, « pour son travail créatif et de grande envergure, visant à édifier la paix et à favoriser la coexistence interreligieuse », selon la Fondation japonaise Niwano pour la paix.La Fondation Niwano « soutient Adyan et la félicite pour son influence positive et spirituelle au Moyen-Orient », et est...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut