Dernières Infos

Un commandant jihadiste tué par un groupe rival en Syrie

AFP
16/02/2018

Un commandant d'un groupe jihadiste a été tué vendredi par une faction rivale dans l'ouest de la province d'Alep en Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Selon l'ONG, qui s'appuie sur un vaste réseau de sources à travers le pays en guerre, la victime, Abou Ayman al-Masri, était un important chef du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham dominé par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

Hayat Tahrir al-Cham était allié avec plusieurs groupes rebelles islamistes dont Noureddine al-Zinki, avant que des combats n'éclatent entre eux en 2017, dans le cadre d'une guerre d'influence. Les tensions entre ces groupes antirégime sont depuis très vives.

Avant l'aube, "des combattants du groupe Noureddine al-Zinki ont ouvert le feu sur la voiture d'Abou Ayman al-Masri, à l'un de leurs barrages routiers dans la localité d'al-Houta", a précisé l'OSDH. Le commandant jihadiste a été tué et son épouse blessée.

Des groupes rebelles islamistes sont toujours présents dans des secteurs de la province d'Alep (nord). La province voisine d'Idleb (nord-ouest) est en grande majorité contrôlée par Hayat Tahrir al-Cham et quelques groupes rebelles y sont aussi implantés.

Mohammad Adib, un porte-parole de Noureddine al-Zinki, a indiqué à l'AFP que le groupe ignorait qui se trouvait dans la voiture. "Les hommes qui tenaient le point de contrôle ont fait signe à la voiture pour qu'elle s'arrête mais le véhicule n'a pas obtempéré et a franchi le barrage. Quand ils ont ouvert le feu, ils ignoraient qui s'y trouvait", a affirmé M. Adib. Selon lui, l'incident "n'est pas lié à l'escalade" des tensions entre groupes rivaux.  

Al-Ibaa, un média affilié à Hayat Tahrir al-Cham, a également rapporté que Abou Ayman al-Masri avait été tué et son épouse blessée après avoir été "touchés par des tirs directs de al-Zinki".

Selon l'OSDH, M. Masri était chargé des "services éducatifs" destinés aux membres étrangers de l'organisation. Il avait auparavant dirigé des entraînements militaires pour les nouvelles recrues.  "Abou Ayman était membre du réseau international d'Al-Qaïda" et a combattu en Afghanistan, selon l'OSDH. 

Le mouvement Noureddine al-Zinki, principalement présent dans l'ouest de la province d'Alep, avait brièvement rejoint Hayat Tahrir al-Cham avant de s'en séparer après des combats entre les deux groupes.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de forces régionales et internationales ainsi que de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a fait plus de 340.000 morts.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué