X

Liban

Pour avoir profané une statue de la Vierge, deux jeunes Libanais sont condamnés à... lire le Coran

Justice

Une juge du Liban-Nord décide d’administrer à deux jeunes musulmans une leçon de religion islamique, la considérant plus efficace que l’emprisonnement.

Claude ASSAF | OLJ
12/02/2018

L’emprisonnement n’est pas toujours la peine optimale propre à sanctionner un délit, ou à convaincre son auteur de la gravité de son infraction, ou encore à le dissuader de récidiver. C’est du moins ce qui semble être l’avis de Jocelyne Matta, juge d’instruction du Liban-Nord, qui a été chargée jeudi de se prononcer sur une affaire de profanation d’une statue de la Vierge Marie perpétrée par deux jeunes habitants du Akkar.
La magistrate a choisi d’administrer à ces derniers une leçon de religion et de morale plutôt que de recourir à la mesure conventionnelle de l’incarcération, jugeant que pour lutter contre l’atteinte aux croyances religieuses, les mesures alternatives d’instruction et de rééducation sont plus efficaces que la privation de liberté.
Dans les faits, et selon des avocats présents jeudi à l’audience, « deux garçons (de confession musulmane) de 17 et 18 ans, élèves de l’école technique de Mounjez (un village chrétien du Akkar), se sont introduits, il y a une dizaine de jours, dans l’église de leur établissement. Ils ont entrepris d’y arracher une statue de la Vierge avant de l’embrasser sur les lèvres, adoptant à son encontre des comportements obscènes ». Les deux adolescents ne se sont pas contentés de se filmer pendant qu’ils s’adonnaient à leurs agissements, mais au moyen de leurs comptes WhatsApp, ils ont diffusé la vidéo auprès de leurs camarades de classe.
Appréhendés par la police, les profanateurs ont été déférés au parquet, qui, à son tour, les a transférés devant la juge d’instruction.

Lire, retenir et réciter
Voulant faire prendre conscience aux jeunes garçons de la faute commise, la juge a eu recours à un exemplaire du Coran qu’elle conserve toujours dans son bureau, sur lequel prêtent serment des témoins qu’elle convoque lors de l’instruction d’affaires. Afin de leur montrer l’importance de la place que tient Marie dans l’islam, la juge Matta a recherché dans le recueil la sourate intitulée al Omrane, selon laquelle la mère de Jésus est l’une des créatures de Dieu les plus pures. La magistrate juge leur a lu les versets en question et leur a enjoint de les lire, les retenir et les lui réciter. Les élèves ont par la suite été vus à la porte du bureau de la juge d’instruction, au Palais de justice de Tripoli, s’appliquant à apprendre par cœur les passages sacrés, aidés en cela par une personne en charge des prévenus mineurs, et surveillés étroitement par la police. Une fois leur « peine » purgée, ils ont exprimé leurs regrets avant d’être relâchés par la juge.

Une première
Cette décision pédagogique plutôt qu’une mesure conservatrice d’arrestation pure et simple constitue une première dans la pratique de la justice libanaise, affirme-t-on de source judiciaire. Pourtant, le code de procédure pénale, dans son article 111, autorise le juge d’instruction à remplacer l’incarcération d’un prévenu par toute autre mesure qu’il estime adéquate. Forte de ce texte, Mme Matta a entendu s’en servir.
Elle a aussi décidé d’écarter l’arrestation pour une autre raison évidente : ne souhaitant pas que les jeunes accusés s’imaginent que la décision qu’elle allait rendre aurait une dimension confessionnelle et serait motivée par des considérations religieuses – sachant que la juge d’instruction est elle-même de confession chrétienne, elle a choisi la méthode didactique en utilisant les enseignements de leur propre religion, leur faisant ainsi réaliser que leurs agissements constituent une offense autant à l’islam qu’au christianisme.
La décision inédite de la magistrate a été favorablement accueillie dans les différents milieux politiques et religieux. Le Premier ministre, Saad Hariri, l’a décrite, dans un tweet, comme constituant « le summum de la justice et un moyen de transmettre les concepts que musulmans et chrétiens ont en commun ». L’ancien Premier ministre Nagib Mikati l’a considérée, pour sa part, comme « un exemple à suivre, construit sur la tolérance, l’instruction religieuse juste et le respect des autres ».

Contacté par L’OLJ, Mgr Georges Abou Jaoudé, évêque maronite de Tripoli, s’est félicité de la décision rendue, estimant qu’ « elle privilégie la conscientisation des jeunes, dont le comportement démontre souvent l’ignorance ». Il indique, à cette occasion, qu’en collaboration avec le mufti de Tripoli, le cheikh Malek Chaar, il a créé une commission composée de différents responsables de son évêché et de dignitaires musulmans, chargés d’éveiller les jeunes de la région sur l’importance du dialogue entre eux.

Le cheikh Chaar, joint également par L’OLJ, affirme une fois de plus que « l’islam condamne toute atteinte aux croyances religieuses ». « Les religions célestes doivent être protégées », affirme-t-il, ajoutant que, pour lui, « un musulman n’a pas le droit d’exercer de pression contre des personnes ayant une croyance différente de la sienne ni contre les éléments sacrés de toutes les religions ».

Pour en revenir à l’application des peines alternatives, on rappelle que l’avant-projet de la réforme du code pénal, présenté en mai dernier par le président de la commission de l’Administration et la Justice, Robert Ghanem, préconise, pour les délits passibles de moins d’un an de prison, de substituer à la mesure d’emprisonnement un travail social et d’intérêt commun. Une manière d’éviter la désocialisation de l’individu et de le dissuader de nuire à nouveau.


Pour mémoire

Des actes isolés antichrétiens, au Chouf et à Enfeh, et un incident à Naamé sèment l’émoi

Arrestation du Libanais ayant commis un acte irrespectueux envers une statue de la Vierge

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Merci pour votre réaction pondérée et élevée.

C.K

Merci pour votre réaction pondérée et élevée.

Antoine Sabbagha

Enfin juge moderne qui brise la routine des jugements . Bravo .

gaby sioufi

pourvu que l'on ne verse pas dans cet humanisme culturel new look dont l'EU souffre .

Salim Dahdah

Dans ce désert dans lequel les principes citoyens évoluent au Liban, cette décision de Madame la Juge, ressemble plus à un oasis qu'à un mirage,
merci à elle...
Quelle magnifique leçon de sagesse, de discernement et de pédagogie pour nos responsables et décideurs politiques, puisse-t-elle les inspirer dans leurs actes de gouvernance !

Irene Said

17...18 ans, des adolescents qui ont voulu se rendre intéressants avec ce comportement idiot.

Mais, grâce à vous, Madame Jocelyne Matta et à votre intelligence, ils ont appris ce que leurs parents ainsi que les autorités religieuses auraient du leur inculquer dès leur enfance.
Mais ça...c'est une autre histoire..!

Merci Madame la juge et félicitations, puissent tous les juges dans ce genre d'affaires prendre exemple sur vous !
Après tout, ces jeunes seront les adultes de notre société de demain.
Irène Saïd

NAUFAL SORAYA

Beaucoup d'intelligence et de sensibilité de la part de la juge!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE DIS AU MUFTI CHAAR QU,IL N,A PAS BIEN LU SON CORAN !

John

Excellent! Les propos de ces jeunes hommes sont le resultat de l''ignorance et la meconaissance de leur propre livree sacre le Coran et l'importance que ce dernier accord a la Vierge. Decision tres honorable du juge.

Yves Prevost

Bien joué, madame le juge!

Nicolas Bassili

Bravo madame la juge!
Quel noble comportement
Ces adolescents ont eu la chance d avoir comparu devant vous.

Danielle Sara

Bravo pour un jugement courageux et Sage ! En esperant que cela deviendra un exemple a suivre

Wlek Sanferlou

Il ya des juges qui réussissent leurs examens et d'autres qui sont de vrai juges dotés de cette inspiration divine de justice.
Bravo juge Matta! Allah yikater min amsélik!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Trois nœuds pour la formation du gouvernement, mais des tractations rapides

Un peu plus de Médéa AZOURI

La nuit, je mens

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué