X

Liban

Le bâtisseur du palais Moussa n’est plus

Disparition
Pat. K. | OLJ
02/02/2018

Moussa Maamari, qui a construit de ses propres mains son château, le palais Moussa à Deir el-Qamar, s’est éteint hier à l’âge de 87 ans. Il sera enterré dans cette localité demain samedi, non loin de l’édifice qu’il a mis soixante ans à construire. La bâtisse, d’inspiration très hétéroclite, est depuis de longues années une destination touristique populaire.

Né en 1931 dans une famille modeste, Moussa Maamari se plaisait à raconter avoir vu son château en rêve alors qu’il était encore sur les bancs de l’école. Obsédé par l’idée de l’édification du château, et passant son temps à griffonner des dessins durant les cours, il était devenu la risée de ses camarades, disait-il aussi. Un jour, racontait-il, l’instituteur, excédé, s’est gaussé de lui devant tous les élèves, l’a frappé et mis à la porte de l’école pendant une journée.

Pas suffisant néanmoins pour décourager le jeune Moussa. En 1945, il pose la première pierre de son château.
Mais il subit un nouveau revers. Alors qu’il est tombé amoureux d’une jeune fille plus riche que lui, cette dernière finit par épouser un homme mieux nanti. Moussa Maamari sombre dans le chagrin. Mais cet épisode lui donnera aussi la force et la volonté de poursuivre son rêve jusqu’au bout.  « J’ai gardé avec moi durant de longues années le dessin de château que j’avais griffonné à l’école. C’est comme si ce papier me donnait du courage », avait-il déclaré à la presse.

Jusqu’en 1996, Moussa Maamari poursuivra la construction de son château, seul, pièce par pièce, dont quelques-unes abritent de multiples objets en terre cuite, en bois et en fer forgé, dans une représentation des scènes du quotidien de la montagne libanaise à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Un des bâtisseurs de notre Liban moderne! Que Dieu ait son âme!
Il aura maintenant l'opportunité de bâtir un coin bien de chez nous au paradis!

Cadige William

Une belle histoire qui nous rappelle les anciennes legendes que l’on racontait dans nos villages.
Cet homme repose finalement en paix.
Esperons que la Municipalite de Deir el Kamar lui rendra un hommage digne de son oeuvre.

Bustros Mitri

Une belle histoire entourée d’un peu de mythe...Le prince charmant lui est parti, son rêve lui survit dans les murs..

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants