Liban

Les menaces sécuritaires qui pèsent sur le Liban

Décryptage
27/01/2018

À l’heure où la classe politique est entièrement tournée vers les prochaines élections législatives prévues le 6 mai, les menaces à la sécurité continuent de peser sur le Liban. Les services concernés évitent d’en parler ouvertement pour ne pas créer une vague de peur ou d’inquiétude qui pourrait être exploitée dans les campagnes électorales, mais ils considèrent que la vigilance doit être de mise. Surtout après l’attentat contre un dirigeant du Hamas, Mohammad Hamdane, qui a eu lieu il y a près de deux semaines à Saïda. Juste après l’attentat, certaines parties ont tenté de faire croire qu’il s’agissait d’un nouvel épisode dans le feuilleton de la lutte interpalestinienne, mais l’enquête rapide menée par le SR des Forces de sécurité intérieure a montré qu’il s’agissait bel et bien d’un attentat israélien, en tout cas commandité par le Mossad, dans le but d’éliminer l’homme qui était chargé de la coordination entre le Hamas et le Hezbollah. Certains ont alors déclaré qu’il s’agissait d’un épisode de la lutte entre les Israéliens et l’axe dit de la résistance, visant, dans ce cas précis, le Hamas et le Hezbollah. Mais, aux yeux des autorités libanaises, cet attentat démontre la capacité des Israéliens à réaliser des attaques ciblées à l’intérieur du territoire libanais. Si aujourd’hui c’est un cadre palestinien qui est atteint, demain cela pourra être quelqu’un d’autre. D’où la détermination des services à fermer autant que possible toutes les brèches possibles et potentielles.

C’est d’ailleurs dans ce but qu’une réunion du Haut Conseil de défense s’est tenue à Baabda avant le départ du président Aoun pour le Koweït. Il s’agissait de renforcer la coordination entre les différents services concernés par la sécurité, d’échanger les informations et de partager les tâches pour l’étape à venir, dans un souci d’éviter toute infiltration éventuelle de terroristes ou d’agents ennemis.

Les menaces qui pèsent sur le Liban ont été ainsi longuement évoquées et elles ont été définies et cernées par les services comme étant au nombre de quatre :
– Selon les participants à la réunion, les organisations terroristes seraient en train d’utiliser les réseaux sociaux et internet pour enrôler de nouvelles recrues, au Liban et ailleurs dans le monde. Tout comme ces mêmes réseaux sont utilisés par les organisations terroristes pour donner des instructions à leurs recrues dans le monde et au Liban. Ce qui devrait pousser les autorités locales compétentes à suivre de près ce qui se passe sur les réseaux sociaux.

La deuxième menace pourrait être une conséquence de la décision américaine de suspendre la contribution des États-Unis au financement de l’Unrwa au Liban et en Syrie. Ce qui pourrait pousser les Palestiniens, déjà défavorisés et vivant dans des conditions difficiles dans les camps, à se rapprocher des organisations extrémistes, voire terroristes, qui sont généreuses en matière d’aides matérielles. Plus l’Unrwa manque de moyens et moins elle peut aider les Palestiniens vivant dans les camps sur le plan des aides matérielles pour améliorer leurs conditions de vie et de l’aménagement d’écoles pour l’enseignement de leurs enfants. La décision du président américain Donald Trump de suspendre la contribution de son pays au financement de l’agence onusienne se voulait comme un moyen de pression sur les pays concernés et sur l’Autorité palestinienne. Mais elle peut se transformer en encouragement indirect aux Palestiniens à se radicaliser et se rapprocher des organisations terroristes, sachant que certains camps palestiniens abritent déjà des extrémistes et des personnes recherchées par la justice libanaise, qui sont placés sous la responsabilité des organisations palestiniennes elles-mêmes.

La troisième menace concerne directement les Israéliens après l’attentat de Saïda. Il s’agit donc, pour les autorités libanaises, de faire preuve de vigilance face à l’existence de réseaux ou de filières du Mossad au Liban. Le cas de Ziad Itani, actuellement en état d’arrestation, s’inscrit dans la traque des services d’agents potentiels du Mossad et la volonté de démanteler des réseaux éventuels. Itani est actuellement déféré devant le tribunal militaire et son procès devrait montrer si les soupçons contre lui étaient justifiés ou non.

La quatrième menace réside, pour les autorités, dans la radicalisation des discours politiques en vue des prochaines législatives. En même temps, la polarisation confessionnelle et le fait de soulever des dossiers à caractère confessionnel, notamment celui d’une nouvelle loi d’amnistie générale qui serait basée sur une équité confessionnelle, entre chrétiens et musulmans, peuvent favoriser un climat de discorde. En effet, plusieurs formations politiques ne craignent pas de créer des polémiques confessionnelles pour gagner un peu plus de voix, mais ignorent le risque de discorde entre les différentes bases confessionnelles, qui pourrait servir de brèche utile aux fauteurs de troubles et aux parties qui souhaitent déstabiliser le Liban.

Dans ce contexte, les services de sécurité ont choisi d’appliquer la stratégie des opérations préventives dans leur traque des réseaux, des filières ou des cellules terroristes, et leur action leur a valu les félicitations de plusieurs services de sécurité européens qui sont en train d’augmenter leur coopération et l’échange d’informations avec eux. Dans la lutte mondialisée contre le terrorisme, le Liban reste en bonne place !

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE DANS MA REACTION, SOUFFRE EN GENERAL DE PARTIALITE ETC... MERCI.

Irene Said

Les seuls résistants que l'authentique Libanais désire voir défendre sa patrie sont nos valeureux soldats de l'Armée libanaise.
Tous les autres soi-disant résistants ne sont que des vendus à de multiples causes non-libanaises bien lucratives et avantageuses pour leur gloriole personnelle.
Irène Saïd


Bery tus

SEUL L’ARMEE LIBANAISE EST HABILITÉ DE PROTÉGER LE LIBAN

Amère Ri(s)que et péril.

D'où la nécessité urgente d'avoir cette force tranquille de ce résistant libanais qui veille sur l'état libanais.

Ma fi métlo.

IMB a SPO

Rappelez vous des fameux accords du Caire de 1969, date des debuts du malheurs au Liban. Israel REAGIRA toujours si provoque, donc faites gaffe la Moumana'a a ce que vous ferez....

gaby sioufi

qqs faits edulcores bien sur ,
omettant de mentionner que, SI L'ENNEMI est vraiment derriere cette tentavive-ca fait partie integrante de sa guerre avec les palestiniens ,
MAIS ce qu'on ne veut point dire est que, n'etait ce que les palestiniens ont les mains amplement libres AU LIBAN ,
n'etait ce que le pouvoir libanais approuve OU n'y peut rien
n'etait ce que hezb et hamas entre autres coordonnent des actes "guerriers" prochains

ISRAEL n'aurait pas eut a executer des attentats CHEZ NOUS AU LIBAN .
PS. priere reserver tte critique pour + tard -
CECI nous ramene au probleme ESSENTIEL a l'origine des guerres libanaises passees, presentes et a venir :
ils continuent a nous imposer de faire de NOTRE LIBAN un pays guerrier, liberateur ad vitam aeternam .

Irene Said

Si nos super-responsables, du No 1, au No 2, au No 3,
ainsi que tous ceux qui se vantent d'assurer la sécurité de notre pays,

commençaient par nettoyer les camps de réfugiés palestiniens, véritables et permanents nids-refuges de tous les sans-loi, terroristes dormants et actifs venus de partout ?

Pourquoi l'Etat libanais ne demande-t-il pas d'abolir l'accord qui lui interdit d'agir en tant qu'état souverain à l'intérieur de ces camps ?

Mais il faut croire que ces nids échappant à tout contrôle conviennent à pas mal de gens chez nous, y-compris au champion de la "résistance, le bien-nommé Hezbollah", lui aussi armé et faisant ce qu'il veut partout sur notre territoire, et certainement áussi à l'intérieur de ces camps palestiniens.
Irène Saïd


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES IDEES DANS CET ARTICLE DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD NE SONT PAS BIZARRES... LA PLUPART SONT QUASIMENT VRAIES... MAIS L,ANALYSE DE CERTAINES SOUFFRE EN GENERAL D,IMPARTIALITE ET MEME SOUVENT D,OBJECTIVITE !

Yves Prevost

Acesdiverses menaces, il faut en ajouter une, sans doute la plus lourde, et dont, curieusement, Mme Haddad omet de parler: celle provenant du seul parti à posséder une milice, le Hezbollah

Bery tus

MAIS alors où est le hezb? Ou sont les armes?! Ou est le service de communication privé du hezb ?! On dit savoir tout ce qui se passe en Israël mais on ne sait pas ce qu’il se passe chez soi ?!?! .... et oui madame

Dernières infos

Les signatures du jour

Billet de Kenza OUAZZANI

Le mauvais pari du gouvernement

Un peu plus de Médéa AZOURI

Power to the People

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants