Rechercher
Rechercher

Décryptage

Au Koura, prémices d’une alliance entre le CPL et le PSNS

La classe politique est désormais prise par une fièvre électorale sans précédent, en raison notamment du fait que la plupart des forces en présence ont encore du mal à comprendre toutes les subtilités de la nouvelle loi. Chaque circonscription a ainsi ses particularités et ses difficultés, mais une de celles qui intéressent le plus les médias est la troisième circonscription du Liban-Nord, qui regroupe les quatre cazas dont la majorité de l’électorat est chrétienne, Bécharré, Zghorta, Batroun et Koura. C’est en effet la première fois que ces quatre cazas se retrouvent dans une même circonscription électorale, seuls. Cette décision, il faut le rappeler, a été prise à la demande expresse du chef du CPL Gebran Bassil, qui voulait appliquer ainsi son idée de permettre aux électeurs chrétiens d’élire le plus grand nombre de députés chrétiens. Mais ce n’est pas là le seul intérêt de cette circonscription, puisqu’en principe trois candidats à l’élection présidentielle en 2022 devraient s’y présenter pour un siège de député. Il s’agit de Bassil lui-même, candidat au Batroun, Sleiman Frangié, candidat à Zghorta, et Boutros Harb candidat au Batroun. À ces trois, il faut ajouter Samir Geagea, qui n’est pas candidat en principe à Bécharré, mais qui reste dans la course pour la présidence, en tant que chef des FL.

Chacun de ces pôles estime que le score qu’il réalisera dans cette circonscription pourrait renforcer ou non ses chances pour la présidence. Mais, dans cette circonscription qui regroupe dix sièges chrétiens, le caza le moins connu est celui du Koura, qui pourtant joue un rôle primordial au Nord et en même temps introduit deux éléments influents dans la circonscription aux côtés des formations chrétiennes : le PSNS et les sunnites.

Selon des estimations basées sur les élections de 2009, au Koura, le PSNS a ainsi près de 7 600 voix et les électeurs sunnites près de 6 000 voix, alors que les partis du CPL et des FL ne disposent en principe que de 3 500 voix chacun. Il y a aussi les Marada qui disposent de 2 000 voix, les Kataëb de 1 500 voix et il y a encore 1 000 voix chiites et alaouites. C’est dire que ce caza est le plus varié sur le plan de l’électorat et le plus complexe de la circonscription. C’est aussi là que se détermineront les alliances qui auront un impact sur l’ensemble de la circonscription.

Dans la campagne électorale qui commence et qui s’annonce très violente, certains travaillent en grande pompe et d’autres dans la plus grande discrétion. André Aour, une des figures économiques du Liban et actuel membre du Conseil économique et social, fait partie des seconds. Dimanche, il a donné dans sa villa au bord de la mer, à Enfé, un brunch en l’honneur du chef du CPL et ministre des AE Gebran Bassil. En plus du mohafez du Liban-Nord Ramzi Nohra, 27 chefs de municipalité de la région étaient présents. Mais la présence la plus remarquée était celle de Hassan Sakr, membre du PSNS et candidat probable aux élections pour un des sièges grecs-orthodoxes du Koura. Sa participation à ce brunch avait été préparée par une visite de Aour au chef du PSNS Assaad Hardane.

Aour précise avoir agi de sa propre initiative, soucieux de permettre au CPL et au PSNS d’entamer un dialogue fructueux dans cette circonscription et en particulier au Koura. Car, si l’actuel vice-président de la Chambre Farid Makari (qui n’a pas encore décidé si c’est lui qui sera candidat ou son fils) choisit de s’allier aux Forces libanaises, le CPL pourra être en difficulté dans ce caza. Il faudra ainsi voir où iront les voix sunnites. En principe, le courant du Futur est populaire dans cette région (dont est originaire l’ancienne ministre des Finances Raya el-Hassan), mais il n’est pas le seul. L’ancien ministre Fadl Chalak dispose d’un nombre non négligeable de voix. En attendant que se précise le vote sunnite, la possibilité de compensation, pour le CPL, réside dans une alliance électorale avec le PSNS, qui, de son côté, ne peut pas s’allier aux FL pour des raisons politiques évidentes, mais préfère plutôt une alliance avec les Marada de Frangié. Selon des personnalités présentes dans la villa Aour de Enfé, dimanche, la discussion entre Bassil et Sakr aurait été fructueuse et profonde, et elle pourrait constituer le point de départ d’une alliance entre les deux formations, qui ne resterait pas limitée au Koura ni même au Liban-Nord, mais atteindrait le Metn, autre fief du PSNS, où la bataille pour le CPL pourrait être serrée, face à une alliance probable entre les Forces libanaises et les Kataëb, et face à l’inconnue que représente l’ancien vice-Premier ministre Michel Murr et son alliance traditionnelle avec le parti arménien Tachnag. Les discussions de Enfé auraient ainsi permis d’entamer un dialogue entre les candidats du CPL au Metn et les dirigeants du PSNS. Mais les efforts d’André Aour ne s’arrêtent pas à ce stade. Selon lui, la seconde étape consistera à favoriser l’amorce d’un dialogue entre le CPL et son chef et le chef des Marada Sleiman Frangié, surtout après la déclaration de ce dernier, dans son interview à la LBCI, lorsqu’il a dit : « Je préfère que Gebran Bassil soit élu au Batroun pour que le siège ne revienne pas aux FL. » Comme Aour le dit avec humour, « il y aura donc un Enfé 2 après le Enfé 1 ». Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il sera lui-même candidat pour un des sièges du Koura. Selon lui, c’est encore trop tôt pour se prononcer sur cette question. Par contre, il a déjà lancé des projets de développement au Koura, notamment la création d’un port touristique à Enfé et la construction d’un barrage à Derb Echtar. Mais il précise que ces projets n’ont rien à voir avec les élections... qui restent pourtant prioritaires dans cette circonscription particulièrement symbolique. C’est donc au Koura, et en particulier à Enfé, que se jouera le sort des alliances entre le CPL, le PSNS et les Marada, qui pourraient changer l’issue des élections de mai 2018 dans au moins deux circonscriptions.


La classe politique est désormais prise par une fièvre électorale sans précédent, en raison notamment du fait que la plupart des forces en présence ont encore du mal à comprendre toutes les subtilités de la nouvelle loi. Chaque circonscription a ainsi ses particularités et ses difficultés, mais une de celles qui intéressent le plus les médias est la troisième circonscription du...

commentaires (10)

si je peux me permettre ... comme dit PROPAGANDE HYPER BIEN HUILER LOL

Bery tus

23 h 00, le 25 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • si je peux me permettre ... comme dit PROPAGANDE HYPER BIEN HUILER LOL

    Bery tus

    23 h 00, le 25 janvier 2018

  • Aléa jacta est ou si on veut , le vin est tiré il faut le boire . Le raz de marée des forces résistantes et alliés est perceptible , on prendra le train ou on le regardera quitter la gare les larmes aux yeux . Les vainqueurs sur le complot occidentalo wahabo sioniste chez nous et ailleurs devront assimiler le fait que les sacrifices consentis par les jeunes martyrs morts pour libérer le Liban, ne seront pas donnés cadeau à ceux qui auront à l'unisson scandé des slogans autant désuet que DÉFAITISTES. Un LIBAN NOUVEAU EST EN TRAIN DE NAÎTRE ET LES DOULEURS DE CETTE GESTATION SERONT OUBLIÉES UNE FOIS L'ENFANT TANT DÉSIRÉ EST MIS AU MONDE . PERSONNE AU MONDE NE POURRA TE VOLER TA VICTOIRE BRAVE ET VAILLANT RÉSISTANT.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 53, le 25 janvier 2018

  • Pourquoi les elections? l'article donne les chiffres de chaque parti comme si ils appartenaient aux candidats. Donc est elu celui qui fait alliance avec un autre meme si ils sont ennemis jures AUCUN SANG NEUF? OU SONT LES BEYROUTH MADINATI DANS TOUT LE LIBAN? Ou sont donc les Libanais qui disent que tous nos deputes devraient etre remplaces? Mais ou sont donc les remplacants????? Allez ,on elira a nouveaux les memes partis et les memes gens et on se plaindra plus tard a nouveau car rien ne changera dans ce beau pays

    LA VERITE

    14 h 10, le 25 janvier 2018

  • L'alliance du CPL et le PSNS est normale, les deux sont des alliés de l'Etranger. Le CPL est l'allié de l'axe syro-iranien, le PSNS est l'auteur de deux coups d'Etat contre la République en sus qu'il est l'assassin de plusieurs personnalités nationales comme Riad Es-Solh, Béchir Gemayel, Pierre Gemayel Jr, Antoine Ghanem pour ne citer que ceux-là...

    Honneur et Patrie

    13 h 07, le 25 janvier 2018

  • Comment peut on encore voter pour un parti syrien? Le pays a vraiment besoin d'un changement et ce n'est pas le parti de AOUN/BASSIL qui amènera ce changement. Où est le vrai peuple libanais? se réveillera t'il un jour?

    carlos achkar

    13 h 04, le 25 janvier 2018

  • fallait meme pas aborder ce sujet par un decryptage aussi savant qu'inutilement long.

    gaby sioufi

    10 h 12, le 25 janvier 2018

  • La traîtrise atteint des sommets parmi certains responsables libanais. Maintenant le CPL = COURANT PATRIOTIQUE LIBRE affiche ouvertement ses préférences et alliances "patriotiques et libres" Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 04, le 25 janvier 2018

  • Ni même un soupçon d'honneur. Deplorable !

    Remy Martin

    09 h 56, le 25 janvier 2018

  • UNE ALLIANCE QUI DEFIE LE BON SENS ET LA LOGIQUE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 49, le 25 janvier 2018

  • est ce possible pour le CPL d'etre tomber aussi bas ... s'allier avec des traitres a la cause libanaise .. ya haram ya bachir ..

    Bery tus

    02 h 59, le 25 janvier 2018