Liban

Démarches discrètes pour entamer le processus de rapatriement des Syriens

Décryptage
15/01/2018

La classe politique se consacrant actuellement aux prochaines élections législatives prévues le 6 mai, le dossier des déplacés syriens semble donc mis en veilleuse. Aucune des parties politiques n'a en effet intérêt à ce que ce dossier soit présent dans les campagnes électorales en raison de la délicatesse du sujet et de l'état d'esprit général des électeurs toutes tendances confondues au sujet de la présence de ces déplacés dans leurs localités.
Les incidents entre Libanais et déplacés syriens se multiplient un peu partout sur le territoire libanais et de nombreux Libanais voient la présence des Syriens, déplacés ou non, comme une concurrence économique illégale et une source de problèmes sociaux, voire même sécuritaires. En même temps, ce dossier est lié à la communauté internationale qui finance en grande partie la présence de ces déplacés au Liban dans un but précis, celui de les empêcher d'affluer vers les pays occidentaux. Il a aussi une dimension politique liée à l'approche du dossier syrien dans son ensemble et à l'attitude à adopter vis-à-vis du régime syrien et de son président Bachar el-
Assad. Ceux qui considèrent que le chemin obligé pour le règlement de ce dossier passe par un dialogue avec Damas ne peuvent pas utiliser leurs arguments pour ne pas mettre leurs alliés au pied du mur et ceux qui rejettent tout dialogue avec les autorités de Damas savent que leur position n'est pas populaire auprès de leurs électeurs et qu'elle est plus ou moins dépassée par les développements sur le terrain. Même les études publiées dans les médias sur l'opportunité que représente pour le Liban la présence des déplacés syriens ne convainquent pas la population qui reste assez hostile à l'égard des déplacés syriens indépendamment des considérations humanitaires. La violente polémique autour de la visite de certains ministres à Damas s'est donc soudainement calmée après le retour du Premier ministre Saad Hariri de son séjour controversé à Riyad et rien n'indique qu'elle sera rouverte au cours des prochains mois.
Pourtant, il ne faut pas croire que ce dossier ne connaît pas des développements importants qui se font toutefois dans la plus grande discrétion. L'initiative vient cette fois du régime syrien, avec une coordination discrète avec les autorités libanaises concernées, sachant que le directeur général de la Sûreté générale est officiellement chargé des contacts avec Damas. Au cours des dernières semaines, le ministre d'État syrien à la Réconciliation nationale, Ali Haïdar, a ainsi effectué plusieurs visites au Liban et en particulier dans les camps de déplacés dans le but de commencer à préparer le processus de leur retour. En décembre, M. Haïdar s'est donc rendu au camp de déplacés installé dans le village de Srifa au Liban-Sud et il s'est entretenu avec les Syriens qui y vivent, essayant de procéder à une sorte de recensement. Il a voulu ainsi savoir d'où ils viennent et si leurs localités d'origine font partie des zones sûres. Il les a aussi sondés sur leur volonté de retourner chez eux.
Selon des sources qui suivent le dossier, le ministre syrien se serait entretenu aussi bien avec les déplacés considérés comme proches du régime syrien qu'avec ceux qui sont proches de l'opposition, pour les inciter tous à revenir en Syrie en promettant de fournir les garanties nécessaires pour leur sécurité. Les mêmes sources précisent que les entrevues entre les déplacés et le ministre syrien auraient eu un impact positif et des listes de personnes souhaitant retourner en Syrie auraient commencé à être dressées. À tous les déplacés, Ali Haïdar serait en train de tenir le même discours, leur assurant qu'il vaut mieux pour eux rentrer en Syrie, s'ils sont originaires de localités situées dans des zones sûres, et ajoutant que les actions militaires seront bientôt terminées dans ce pays et qu'un accord de réconciliation est prévu, dont ils pourraient être les premiers bénéficiaires.
D'autres groupes de l'opposition dite « modérée » ou appelée encore « de l'intérieur », comme le « Mouvement du peuple », sont également en train d'envoyer des émissaires dans les camps de déplacés syriens au Liban pour les inciter à revenir dans le cadre d'un accord de réconciliation. Selon des sources proches de ces groupes, des centaines de familles syriennes installées au Liban auraient exprimé leur accord pour revenir en Syrie, dans le cadre d'un règlement du différend avec les autorités. Les mesures concrètes pour assurer ce retour sont, dans ce contexte, à l'étude et les sources précitées assurent que quelques milliers de déplacés pourraient ainsi retourner en Syrie au cours des deux prochains mois. Certes, on est encore loin du retour massif et déterminant, car quelques milliers ne changent rien au chiffre impressionnant des déplacés syriens recensés au Liban qui s'élèverait à plus d'un million et demi de personnes. Mais il s'agit de lancer le processus, à la fois pour les déplacés eux-mêmes en leur montrant qu'ils ont encore un avenir en Syrie, et pour les Libanais en leur donnant la preuve que la présence des déplacés n'est pas éternelle et qu'un jour ou l'autre, ils devront rentrer chez eux. Ce qui sera forcément perçu comme un indice encourageant.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

L'enfer est peuplé de bonnes intentions...aussi celles des Héros acclamés par les moutons-suiveurs-bêleurs...
Irène Saïd

LA TABLE RONDE

Je suis ébahi par le professionnalisme des vainqueurs , les résistants de ce complot foireux , de la façon dont ils mènent leur bateau , celui du retour discret des pauvres peuples syriens , entrainés dans un désastre qu'ils n'ont pas voulu , mais dont les occidentaux par wahabites interposés , sous influence sioniste les ont fourgué .

Seule la victoire est belle , et celle du RETOUR le sera encore plus , parce que faite sous la gouvernance du Héros Bashar .

En Orient le temps efface tout , les belles choses comme les plus laides .
Seuls vos articles resteront indélébiles Chère Scarlett .

stambouli robert

Mm haddad, toujours la meme
Ne savez vous pas que les Syriens ne veulent pas rentrer OFFICIELLEMENT dans leur pays car ils perdront immediatement les sommes qu'ils percoivent de l'ONU en tant que refugies
Des milliers ( pas des centaines ) vont et viennent en permanence entre la Syrie et le Liban mais gardent les documents de refugies.
L'Argent, c'est toujours l'Argent qui dicte tout malheureusement.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

JE CONTINUE : DES CENTAINES DE FAMILLES PARTISANES QUI ONT ACCEPTE DE RETOURNER... DISONS UNE VINGTAINE DE CENTAINES DE FAMILLES... ET J,EXAGERE... A CINQ PERSONNES PAR FAMILLE CA FAIT 10,000.- PERSONNES... ET J,EXAGERE ENCORE... IL NOUS RESTE LE MILLION +
DE NON PARTISANS ET QUI ONT PEUR DE RETOURNER VERS LES MASSACRES...
CES VISITES ? DU PIPEAU !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ENCORE UNE ANALYSE OU UN DECRYPTAGE ET ECLAIRAGE DE MADAME SCARLETT HADDAD QUI RELATE LES FAITS TELS QUELS... MAIS LES VISITES DES RESPONSABLES SYRIENS N,ONT RIEN D,INNOCENT... ELLES COMMENCENT PAR LE SUD POUR ALLEGER LE POIDS SUR LE HEZBOLLAH ET PUIS AILLEURS POUR LE TRIAGE DE QUI LE REGIME... DE SES PARTISANS REFUGIES... VEUT FAIRE RETOURNER DANS L,IMMEDIAT ET DE QUI... NON PARTISANS... IL VEUT LAISSER POUR APRES LA SOLUTION DEFINITIVE DU PROBLEME SYRIEN ! OU LEUR REFUSER LE RETOUR TOUT COURT !

C. F.

C’est contre le paradigme ambiant dans les rédactions qu’une fois pour toute, la frontière entre le Liban et la Syrie sépare deux peuples et deux Etats distincts. La frontière n’est pas tout à fait hermétique, loin de là, et qu’il ne s’agit pas d’un seul peuple dans deux entités différentes…
http://abonnes.lemonde.fr/syrie/article/2018/01/05/les-refugies-syriens-au-liban-hesitent-a-revenir_5237866_1618247.html

C. F.

Vous écrivez : "... des centaines de familles syriennes installées au Liban auraient exprimé leur accord pour revenir en Syrie, dans le cadre d'un règlement du différend avec les autorités."

Quelques centaines ! c’est tout ! sur un total d’au moins un million. Personne n’a encore décrété la fin de la guerre…

C. F.

On ne va pas céder à une querelle sémantique entre "réfugiés", "déplacés" ou "migrants". Vous écrivez à dessein 15 fois le mot "déplacés", et je n’ose pas croire, pour soulever les passions.
Les malheureux Syriens n’ont pas fui une catastrophe naturelle, mais bien une guerre et une dictature, ont traversé une frontière internationale et le droit international est clair. Ils sont considérés comme "réfugiés", et l’ONU s’en occupe…
Permettez-moi de vous souhaiter, Madame Haddad, une bonne année.

Dernières infos

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué