Liban

Berry « n’a plus rien à offrir » et le mufti jaafari s’en prend « au président fort »

Promotion 1994
OLJ
11/01/2018

Le président de la Chambre, Nabih Berry, a laissé entendre hier que la balle était dans le camp du chef de l'État, Michel Aoun, dans la polémique autour de la signature du décret accordant une année d'avancement aux officiers de la promotion 1994.
« Je suis dans la position de celui qui reçoit et je n'ai plus rien à offrir sur la question du décret », a déclaré M. Berry lors de ses concertations du mercredi avec des députés, laissant entendre qu'il ne pouvait faire de concessions supplémentaires dans ce dossier.
De son côté, le mufti jaafari, le cheikh Ahmad Kabalan, s'en est pris hier implicitement au chef de l'État, estimant que « les conflits politiques qui s'appuient sur des positions fermes et crispées semblent montrer que les choses ne vont pas dans la bonne direction, que le processus national n'est pas sain et immunisé, que les promesses de sécurité, de stabilité et de passage de l'État du partage du gâteau à l'État de droit (...) n'ont pas été tenues, et que la Constitution est devenue une vue de l'esprit ».
« Ils parlent de Constitution et tiennent à l'appliquer lorsqu'ils y trouvent un moyen d'assurer leurs intérêts, mais ils l'outrepassent lorsqu'elle va à l'encontre de leurs désirs », a poursuivi le cheikh Kabalan.
« Ce que nous traversons aujourd'hui prouve qu'à chaque fois que nous effectuons un pas en avant, nous en faisons trois en arrière, a-t-il ajouté. C'est parce que l'idée de l'édification de l'État fort n'a pas encore atteint sa maturité. L'État fort ne signifie pas le président fort ou le leader fort, mais l'application de la Constitution, le règne de la loi, le contrôle et la reddition de comptes. » « Cependant, si nous restons dans la spirale du conflit autour du pouvoir dans l'État et pas en faveur de la force de l'État, cela signifie que le confessionnalisme et le sectarisme progresseront, les droits des gens seront hypothéqués et les finances publiques dilapidées (...). Ce que nous vivons augure du danger de l'effondrement de l'État », a-t-il noté.
Quant au député du Courant patriotique libre Nabil Nicolas, il a estimé dans une déclaration à la presse que « le conflit se poursuit entre les deux présidences », avant de condamner le fait que « l'armée soit mêlée à des querelles politiques » et qu'il y ait « atteinte au moral de ses officiers ».
« Est-il possible qu'un décret qui octroie 50 % de leurs droits spoliés à des officiers ne soit pas adopté ? » s'est interrogé M. Nicolas. « Est-il possible de faire preuve d'avarice sur le plan financier vis-à-vis de ceux qui dédient leur sang à la patrie, d'autant que plusieurs des militaires de cette promotion sont tombés en martyrs ? Cela est honteux », a-t-il conclu.
Le député du CPL a ensuite critiqué la position du chef de la commission parlementaire de l'Administration et des Lois, le député Robert Ghanem, et sa remise en cause de la décision d'octroyer un avancement aux officiers de la promotion 1994. « Ces propos sont honteux. C'est comme s'il n'avait rien appris de son père, fils de l'institution militaire », a estimé Nabil Nicolas.
S'adressant enfin à ceux qui critiquent le caractère constitutionnel du décret, M. Nicolas les a appelés à attendre sa parution et l'attaquer devant le Conseil d'État pour obtenir son annulation.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GOUPIL S,HABILLE EN LION... MAIS SOUS LA PEAU DU ROI DES ANIMAUX C,EST TOUJOURS GOUPIL ! CA NE TROMPE PERSONNE...

Pierre Hadjigeorgiou

« Ils parlent de Constitution et tiennent à l'appliquer lorsqu'ils y trouvent un moyen d'assurer leurs intérêts, mais ils l'outrepassent lorsqu'elle va à l'encontre de leurs désirs », a poursuivi le cheikh Kabalan. Charité bien ordonne commence par soi même!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de changement dans l’approche libanaise du tracé des frontières avec Israël, selon Aïn el-Tiné

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants