X

Liban

Walid Yaacoub remet une copie de ses lettres de créance à Bassil

Diplomatie
OLJ
03/01/2018

La page de la crise diplomatique entre Beyrouth et Riyad est tournée. L'ambassadeur d'Arabie saoudite, Walid Yaccoub, a remis hier une copie de ses lettres de créance au ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et doit les remettre incessamment au président Michel Aoun.
Walid Yaacoub était arrivé le 20 novembre dernier à Beyrouth, mais les portes du palais Bustros sont restées fermées devant lui. Le chef de la diplomatie ne lui a pas accordé de rendez-vous parce que Riyad tardait à accepter les lettres de créance de l'ambassadeur du Liban, Fawzi Kabbara. Ce n'est que la semaine dernière que la nomination de M. Kabbara a été accréditée par l'Arabie saoudite.
Pour en revenir au palais Bustros, M. Bassil a aussi accepté hier les lettres de créance des ambassadeurs des Philippines, Bernardita Catalla, de Cuba, Miguel Porrto Parga, du Mexique, José Ignacio Madrazo, et des îles Fidji, Mosese Tigoitoga.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants