Rechercher
Rechercher

À La Une - sécurité

La situation sécuritaire au Liban est excellente, affirme Abbas Ibrahim

L'armée "ne cessera pas un seul instant de faire le nécessaire" pour protéger le pays et sa stabilité, affirme le général Joseph Aoun.

Le directeur de la Sûreté générale libanaise, Abbas Ibrahim, s'est montré mercredi très optimiste quant à la situation sécuritaire du Liban, affirmant qu'il n'y avait "rien à craindre pour le pays". REUTERS/Hussam Shebaro

Le directeur de la Sûreté générale libanaise, Abbas Ibrahim, s'est montré mercredi très optimiste quant à la situation sécuritaire du Liban, affirmant qu'il n'y avait "rien à craindre pour le pays". 

"La situation sécuritaire est excellente, a déclaré Abbas Ibrahim dans une interview accordée à la chaîne panarabe al-Mayadine. Il n'y a rien à craindre pour le pays".
Le général Ibrahim a souligné que "les informations faisant état d'une mauvaise situation sécuritaire dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban sont incorrectes".  Il a précisé que la situation dans le camp de Aïn el-Heloué (Saïda, Liban-sud) était "sous contrôle". "La SG est en contact permanent avec les responsables au sein du camp et les rumeurs concernant une  mauvaise situation sécuritaire sont exagérées de manière injustifiée", a-t-il ajouté. 

Le camp de Aïn el-Héloué, où vivent 61.000 Palestiniens, dont 6.000 venus de Syrie, abrite plusieurs groupes armés et de nombreux repris de justice. Il est régulièrement le théâtre d'affrontements.



(Lire aussi : Le nombre de Palestiniens au Liban n'excède pas les... 174 422 personnes)



"Faire le nécessaire pour protéger le Liban"
Le général Ibrahim a en outre indiqué que la situation politique libanaise était "bonne", estimant que "les crises qui opposent certains responsables sont passagères". Ces propos interviennent alors qu'une querelle oppose le président de la République, Michel Aoun, au président du Parlement, Nabih Berry, sur l'avancement octroyé à la promotion 1994 des officiers entrés à l'École militaire quelques années plus tôt, à l'époque où le chef de l'Etat était à la tête du gouvernement militaire de transition (1988-1990).

Le commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, et le ministre de la Défense, Yaacoub Sarraf, ont eux aussi évoqué la situation sécuritaire du pays lors d'une réunion avec des membres du conseil militaire. Au cours de cette réunion, le général Aoun a souligné que "l'armée est consciente de l'ampleur de ses responsabilités".  "La troupe connaît l'étendue de sa mission et de ses défis", a-t-il dit, ajoutant que l'institution militaire "ne cessera pas un seul instant de faire le nécessaire pour protéger le Liban et sa stabilité". "Nous allons poursuivre nos demandes d'aides et de soutien à l'armée et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour faciliter son travail", a-t-il poursuivi.  

M. Sarraf a, de son côté, affirmé que "la stabilité sécuritaire actuelle va se renforcer grâce aux efforts exceptionnels déployés par l'armée". "Le secret du succès de la troupe est qu'elle se distancie de la politique", a-t-il souligné, appelant les responsables "à ne pas impliquer l'institution militaire dans leurs crises et à la laisser accomplir son travail".

 

Pour mémoire
Réouverture d'un poste-frontière entre le Liban et la Syrie

L'armée appelée à prendre le contrôle de toute la frontière Est au début de l'année

Le directeur de la Sûreté générale libanaise, Abbas Ibrahim, s'est montré mercredi très optimiste quant à la situation sécuritaire du Liban, affirmant qu'il n'y avait "rien à craindre pour le pays". 
"La situation sécuritaire est excellente, a déclaré Abbas Ibrahim dans une interview accordée à la chaîne panarabe al-Mayadine. Il n'y a rien à craindre pour le pays".Le général...
commentaires (2)

ET L,ECONOMIQUE ? ET LA POLITIQUE ? 3ALA ALLAH ?

LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

20 h 01, le 27 décembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • ET L,ECONOMIQUE ? ET LA POLITIQUE ? 3ALA ALLAH ?

    LA LIBRE EXPRESSION PARLE AU PEUPLE.

    20 h 01, le 27 décembre 2017

  • Rien à craindre pour le pays... Ah oui? Quel pays? ...

    Wlek Sanferlou

    18 h 21, le 27 décembre 2017

Retour en haut