Liban

Les anciens de Jamhour appellent l’État à « soutenir les écoles privées »

Grille des salaires
OLJ
22/12/2017

Le comité de l'Amicale des anciens élèves du Collège Notre-Dame de Jamhour a appelé hier l'État à « soutenir » les écoles privées en finançant l'augmentation des salaires des enseignants induite par l'adoption de la loi 46 sur la grille des salaires, en août dernier.
« Comme les écoles privées n'ont pour seule ressource que les scolarités versées par les familles, ces dernières sont désormais responsables du financement des augmentations non étudiées des salaires (des enseignants), a souligné l'Amicale des anciens de NDJ dans un communiqué. « Dès lors, et à défaut d'un relèvement très significatif des scolarités qui seraient assurées par les parents, un risque sérieux menace la continuité de l'activité (des établissements privés). Nous invitons l'État à assumer ses responsabilités sociales et soutenir les écoles du secteur privé, notamment catholiques, en supportant une grande partie de cette augmentation substantielle via son budget », poursuit le communiqué.
« En cette période socialement critique, il est impératif qu'une véritable prise de conscience s'impose à tous pour éviter les décisions irréversibles, préjudiciables à la pérennité, la qualité et l'objectif de l'éducation au Liban », ont également souligné les anciens de NDJ.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué