X

La Dernière

Patrick Baz, témoin visuel des chrétiens du Liban du XXIe siècle

Photographie

Après « Don't take my picture. Iraqis don't cry » (éd. Tamyras), paru en 2009, le photographe a réuni un travail de plus de deux ans dans un ouvrage intitulé « Chrétiens du Liban, rites et rituels » (éd. Tamyras)*, témoignage d'une foi revendiquée et brandie comme une identité.

Carla Henoud | OLJ
14/12/2017

Il l'a beaucoup dit, dans un aveu sincère qui ressemble aussi à une thérapie : « J'ai photographié la mort durant des années, aujourd'hui, je photographie la vie. » Patrick Baz, longtemps correspondant de guerre pour l'AFP, puis directeur photo de l'Agence France Presse pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Chypre, à présent responsable d'AFP Services pour la région MENA, a eu besoin de distance, de silence(s), pour effacer de sa mémoire affective toutes les images post-traumatiques des guerres. Ces conflits sanglants qui finissent par se ressembler dans leur banalisation et leurs extrêmes, et qui, trop souvent, collent à la peau des personnes sur le terrain. Aujourd'hui du côté de la lumière, il avoue : « Je traite mon trauma physique. Je remets mon corps en place. Il s'était recroquevillé... J'ai nettoyé mon cerveau, je l'ai nettoyé des guerres. Là, je m'occupe de mon corps qui a besoin de moins de stress. » Maintenant qu'il fait « de la communication », après avoir fait uniquement « de l'information », il prend son temps pour observer, guetter des images différentes qui correspondent à ce « passage à la vie ». Dans sa série « Good morning Beirut » postée sur ses comptes Instagram et Facebook, c'est une fenêtre qu'il ouvre sur sa ville, paysages, femmes consentantes qui partagent, avec lui d'abord, leur sensualité. Toutes ses photos dévoilent le savoir-faire d'un professionnel qui s'efface devant son modèle, qui se fond dans l'objectif de sa caméra, pour saisir la lumière et l'instant parfait. Quel que soit le sujet, quels que soient le support ou la finalité, les clichés de Patrick Baz témoignent avec précision de l'ère du temps, de l'actualité et de son regard. RAS, rien à ajouter non plus, la photo parle d'elle-même.

 

(Pour mémoire : Patrick Baz, objectif photo)

 

C'est ma vérité
À son retour au Liban après avoir mené ses guerres, le photographe, loin d'être apaisé, part à la recherche du temps (d'avant-guerre) perdu. Il retrouve surtout une communauté inquiète, dressée à sa manière contre les extrêmes et les fanatismes du monde, et qui se trouve dans l'urgence de déclarer : « Vous êtes dans une région chrétienne. » « Nulle part ailleurs, confie-t-il, on ne ressent une réaction identitaire aussi présente. » Face à ce « il faut sauver les chrétiens du Liban », trop souvent entendu, il réagit en photographe rompu à l'exercice de l'objectivité. « Je me suis dit qu'en tant que journaliste visuel, il y avait quelque chose à faire sur cette communauté qui est techniquement la mienne, dans laquelle j'ai grandi et que j'ai côtoyée toute ma vie. J'ai pris quelques photos de rue d'abord, des signes de foi visibles par tout le monde, un crucifix, des fêtes religieuses, Geryes Taxi, à qui je dois beaucoup ! Mais ce n'était pas suffisant. Il fallait, poursuit-il, que je pénètre dans les lieux fermés. Que je rencontre des personnes, des religieux. Les gens m'ont fait confiance. » Et parce que, souligne-t-il, « il n'existait pas de témoignage visuel sur les chrétiens du Liban du XXIe siècle, il était urgent de documenter leurs vies, leurs traditions et leurs croyances ».


Le reporter part dans les villages, les monastères, les églises, s'immisce discrètement dans les baptêmes, les chemins de croix, les vendredis saints ou les commémorations et en ramène des images sublimes. Des photos fortes, parlantes, qui décrivent des réactions identitaires et qui partagent une ferveur sans limite, sans aucun commentaire. De cette série initialement proposée à l'AFP il a retenu des milliers de clichés dont il a compilé les meilleurs dans un livre, tout simplement intitulé Chrétiens du Liban, rites et rituels (aux éditions Tamyras). « Je ne porte aucun jugement, précise-t-il. C'est ce que j'ai vu... J'ai vu ce que d'autres personnes n'ont pas vu. C'est mon métier. Mon approche n'est pas intellectuelle ou politique, mais humaine. Elle ne porte aucun discours, aucune critique, aucun cynisme. » Au fil des 257 pages, les très belles photos sélectionnées avec l'aide de son amie et photographe Aline Manoukian provoquent étonnement, surprise, mais surtout émotion face à tant de dévotion silencieuse et puissante. « Je veux que les gens voyagent, comme je l'ai fait en prenant ces photos. J'aurais été jaloux si quelqu'un d'autre que moi l'avait fait, conclut-il en souriant, presque apaisé. Si les autres communautés m'ouvrent leurs portes, je serais heureux de renouveler l'aventure. »

* La signature de « Chrétiens du Liban, rites et rituels » (éd. Tamyras) aura lieu le lundi 18 décembre à The Alternative/Platform 39 à partir de 17 heures.
Achrafieh, Fassouh, rue Monseigneur Ghophrael.

 

 

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué