X

À La Une

La France a identifié quelque 200 "banquiers occultes" de l'EI, principalement au Liban et en Turquie

rapport

Un service du ministère de l'Économie présente son rapport sur les "risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme" pour l'année 2016.

OLJ/AFP
12/12/2017

La France a identifié 150 à 200 "banquiers occultes" du groupe État islamique, principalement au Liban et en Turquie, a indiqué mardi Tracfin, le service du ministère de l'Économie chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

"Nous avons travaillé sur l'identification de 150 à 200 de ces collecteurs, localisés principalement au Liban et en Turquie", a affirmé le directeur de Tracfin, Bruno Dalles, lors de la présentation à la presse du rapport de son service sur les "risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme" pour l'année 2016.

"Ces banquiers occultes de Daech (acronyme arabe de l'EI) reçoivent des fonds qui sont clairement destinés à lui permettre de continuer à fonctionner", a-t-il précisé, soulignant que l'enjeu pour Tracfin était désormais de localiser les nouveaux collecteurs de fonds de l'EI, qui dépend de plus en plus du financement extérieur.

"Il y a un vrai enjeu stratégique avec l'éclatement de Daech pour essayer de savoir où se trouvent localisés les prochains collecteurs pour essayer de tracer les futures métastases de Daech", a ajouté M. Dalles.

Au fur et à mesure que les jihadistes cèdent du terrain en Irak et en Syrie, ils sont aussi privés "de leur première source de financement", comme "les butins de guerre" ou "l'extorsion des populations", et tentent de "compenser partiellement ces pertes de revenus par un recours toujours soutenu aux financements extérieurs", indique le rapport de Tracfin.
Tracfin surveille aussi le "soutien plus traditionnel" à l'organisation jihadiste "comme les institutions humanitaires et culturelles", a expliqué le directeur de Tracfin.
"Notre travail consiste principalement à repérer des signaux fiables et faibles de radicalisation et de comportement financiers", a expliqué M. Dalles, soulignant que les montants sont souvent faibles.

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Atallah Ghada

Pourquoi Tracfin ne va-t-il pas chercher le vrai financier de Daech, reconnu par toute la presse mondiale,le Français Lafarge, plutôt que d'essayer de ternir l'image de nos banquiers ?.?

Irene Said

Malheureusement chez nous au Liban le "dieu dollar" est le plus adoré...
et tant pis pour les conséquences catastrophiques à tous les niveaux.
L'honneur, la conscience, le patriotisme sont ensevelis sous des montagnes puantes de dollars...

Pauvre Liban, tu ne seras jamais une nation respectable avec de tels...citoyens (méritent-ils encore ce terme...?) vendus au "dieu dollar" !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BANQUIERS OCCULTES ! PLUTOT DES AGENTS PARTICULIERS ... MAIS IL FAUT LES NOMMER ET Y SEVIR.

Antoine Sabbagha

Honte pour nos banquiers .

Sarkis Serge Tateossian

La Turquie on le savait ...
il y a de très nombreux articles et études à ce sujet.

Mais le Liban ? me fait honte !!!!
Que se passe-t-il du côté du levant ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!