Dernières Infos

Le bloc du Futur condamne les campagnes contre l'Arabie et dit attendre le retour de Hariri

Liban
OLJ
11/11/2017

Le bloc parlementaire du Futur, affilié au Premier ministre démissionnaire libanais Saad Hariri, a condamné samedi soir les campagnes hostiles à l'Arabie saoudite et a dit attendre le retour de M. Hariri au Liban, après que celui-ci a démissionné depuis Riyad, une démission qui, selon divers milieux, lui a été imposée par l'Arabie.

"Le bloc du Futur condamne toutes les campagnes qui visent l'Arabie saoudite et ses dirigeants et considère ces campagnes comme faisant partie d'un plan qui vise à semer le chaos au Liban", a affirmé la formation à l'issue de la réunion extraordinaire qu'elle a tenue sous la présidence de Fouad Siniora.

Le bloc a ensuite insisté sur "les liens fraternels" avec l'Arabie saoudite, qui "joue un rôle historique au Liban".

La formation a aussi exprimé son "refus catégorique des ingérences iraniennes dans les affaires des pays arabes frères" et réclamé "une position arabe commune qui attribue à l'Iran la responsabilité des actes dangereux qu'il commet".

Le bloc a enfin souligné qu'il se tient derrière le leadership de Saad Hariri, et "attend impatiemment" son retour au Liban afin "d'assumer ses responsabilités nationales pour diriger le pays durant cette phase et le protéger contre les dangers qui le guettent".

Alors que le Premier ministre a annoncé sa démission il y a tout juste une semaine, aucune date n'a été fixée quant à son retour au Liban pour y présenter sa démission officiellement. Et ce malgré les appels, unanimes, de la classe politique libanaise, y compris de la part du Courant du Futur, le parti de M. Hariri, à ce qu'il rentre au Liban.

Dans ce contexte, nombreux sont qui pensent que le Premier ministre est retenu contre son gré à Riyad.

La démission de Hariri a depuis exacerbé les divisions au sein du courant du Futur.

 

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué