Rechercher
Rechercher

Syrie

Pour Damas, Raqqa est encore « une ville occupée »

Une photo prise le 28 octobre montrant un combattant des FDS dans une rue dévastée de Raqqa. AFP/Delil souleiman

La ville de Raqqa, d'où le groupe État islamique (EI) a été chassé par une alliance appuyée par Washington, est encore « occupée » et ne sera « libérée » que lorsque l'armée syrienne y entrera, a déclaré hier le ministère syrien des Affaires étrangères.
Les troupes du régime de Bachar el-Assad sont restées à l'écart de l'offensive qui a chassé l'EI de sa « capitale » en Syrie le 17 octobre. La bataille a été menée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants dominée par les Kurdes et soutenue par les États-Unis.
« La Syrie assure que Raqqa est encore une ville occupée et qu'on ne pourra la considérer comme libérée que lorsque l'armée syrienne, qui combat (...) l'EI aux côtés de ses alliés, y entrera », a ainsi indiqué une source au ministère, citée par l'agence officielle SANA. « Les allégations des États-Unis et de sa soi-disant alliance concernant la libération de la ville de Raqqa du groupe terroriste EI sont de purs mensonges », a poursuivi la source.
Dans la lutte contre l'EI, des offensives distinctes ont été menées par l'armée syrienne appuyée par la Russie d'une part et par les FDS soutenues par Washington de l'autre.
La capture de Raqqa est la dernière victoire en date des FDS, qui, depuis 2015, ont chassé l'EI de plusieurs régions, s'imposant comme une force incontournable dans la lutte contre l'organisation jihadiste.
En guerre depuis six ans contre rebelles et jihadistes, le régime a pu, à coups de bombardements meurtriers, récupérer plus de la moitié du territoire syrien.

70 morts en 24h
Il concentre actuellement son offensive dans la province pétrolière de Deir ez-Zor (Est) où une offensive distincte des FDS est également en cours.
D'ailleurs, de violents combats ayant opposé l'armée syrienne aux jihadistes de l'EI ont fait 73 morts au cours des dernières 24 heures à Deir ez-Zor, a rapporté hier l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les forces du régime contrôlent l'immense majorité de la capitale provinciale de Deir ez-Zor, mais environ 8 % de la cité reste aux mains de l'EI, soit une poignée de quartiers, selon l'OSDH. Selon cette ONG, les combats ont fait samedi 50 morts parmi les jihadistes et 23 morts parmi les forces du régime et de ses alliés. D'après le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, les forces gouvernementales ont repris à l'EI deux nouveaux quartiers ainsi que le stade municipal.
« L'EI est actuellement encerclé dans un secteur situé entre la ville et l'Euphrate », a dit M. Abdel Rahmane, précisant que les combats de samedi étaient les plus violents depuis que les forces du régime ont brisé le siège de Deir ez-Zor. Ces combats se poursuivaient hier avec l'appui de l'aviation russe, a indiqué l'OSDH.

Source : AFP


La ville de Raqqa, d'où le groupe État islamique (EI) a été chassé par une alliance appuyée par Washington, est encore « occupée » et ne sera « libérée » que lorsque l'armée syrienne y entrera, a déclaré hier le ministère syrien des Affaires étrangères.
Les troupes du régime de Bachar el-Assad sont restées à l'écart de l'offensive qui a chassé l'EI de sa...

commentaires (0)

Commentaires (0)