Liban

Le Liban pourrait se retrouver sans ambassadeur au Vatican

Dans les coulisses de la diplomatie
26/10/2017

Pour la première fois depuis quarante ans, le Vatican refuse d'accréditer le candidat du Liban au poste d'ambassadeur au Saint-Siège, Johnny Ibrahim, pour appartenance à la franc-maçonnerie. Pourtant, le chef de la diplomatie, Gebran Bassil, avait expliqué au secrétaire d'État près le Saint-Siège, lors de leur rencontre à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU en septembre dernier, que M. Ibrahim avait démissionné de cette organisation en 2012. M. Bassil avait également insisté sur la candidature du diplomate, en soulignant tout l'attachement à celle-ci du président de la République Michel Aoun.

Le Vatican s'est toutefois montré intraitable. Le Premier ministre Saad Hariri a d'ailleurs été informé du refus du Saint-Siège d'accepter la nomination de l'ambassadeur lors de son dernier voyage à Rome.
Il est désormais question, dans les coulisses, de la nomination à ce poste du journaliste Antoine Constantine, membre de la Ligue maronite. L'obstacle, en ce qui concerne cette option, est l'impossibilité de nommer un ambassadeur hors cadre, dans la mesure où il n'y a plus de poste vacant. Dans ce contexte, alors que Johnny Ibrahim serait nommé ambassadeur du Liban en Argentine, puisque l'ambassadeur actuel Antonio Andari a atteint l'âge de la retraite, ce dernier pourrait être nommé au Vatican comme chargé d'affaires en attendant la nomination d'un nouvel ambassadeur.

 

(Pour mémoire : Des rumeurs perturbent certaines accréditations d'ambassadeurs)

 

Le Liban a par ailleurs essuyé un deuxième refus, celui de l'Arabie saoudite, qui n'a toujours pas accrédité l'ambassadeur Fouad Kabbara au terme de la période réglementaire de trois mois.
Un problème persiste également au niveau du Koweït, où le poste d'ambassadeur reste vacant. Le Conseil des ministres avait nommé l'ambassadeur Rayan Saïd à ce poste, mais cette nomination serait rejetée par le Koweït, parce que M. Saïd est chiite et que les pays du Conseil de coopération du Golfe refusent, à l'heure actuelle, d'accréditer des ministres chiites dans leurs pays en raison de la crise régionale.
Rappelons que le président de la Chambre Nabih Berry avait insisté sur le fait que les ambassadeurs du Qatar et du Koweït restent dans l'escarcelle d'Amal, en dépit des mises en garde des pays du Golfe – le Qatar excepté – contre la nomination de diplomates chiites.

 

Lire aussi

Le pape à Hariri : Le vivre-ensemble au Liban, un exemple pour toute la région

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUE BKERKE BOMME L,AMBASSADEUR AU VATICAN !

Le Faucon Pèlerin

C'est le droit absolu du Vatican de refuser d'accréditer un ambassadeur qui provient de la franc-maçonnerie. Ce n'est pas à Gébran Bassil, ministre des Affaires étrangères du Hezbollah à le lui imposer. Selon la tradition, un Ambassadeur auprès du Vatican, devrait être de la communauté maronite n'appartenant ou n'ayant jamais appartenu à une formation anti-chrétienne.

IMB a SPO

Des baffes et encore des baffes au Liban qui commence a ressentir les effets de la main-mise Iranienne...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué