L’édito de Ziyad MAKHOUL

Charbel-Mohammad Weinstein

L’édito
16/10/2017

Depuis plusieurs jours, les unes des médias occidentaux, télés, journaux ou radios confondus, sont consacrées aux États-Unis. Naturellement, on penserait qu'il s'agit encore de Donald Trump, de ses frasques, tant personnelles (sa bataille de QI avec son secrétaire d'État Rex Tillerson restera dans les mémoires) que politiques. On penserait que ces unes essaieraient de décrypter son détricotage systémique des avancées majeures du mandat mitigé de Barack Obama. Ou, à l'opposé, sur quelque rarissime réflexion un tantinet plus saine, comme la dénonciation de la politique néofasciste de Téhéran aux Proche et Moyen-Orient.

Mais non. Le président américain est relégué loin derrière. Tout le monde ne s'intéresse en ce moment qu'à Harvey Weinstein. L'homme est à la fois un criminel et un génie. Génial, parce que ce patron de studio, producteur et distributeur de films a un flair cinématographique rare – en témoignent, notamment, les dizaines d'Oscars que les œuvres dont il s'est occupé ont reçus. Criminel, parce que cela fait des années qu'il harcèle sexuellement et/ou viole, tranquillement, sereinement et méthodiquement, des actrices, stars ou starlettes, peu importe. À tel point que près de 50 d'entre elles, et pas des moindres, viennent de l'accuser publiquement. À tel point que les langues se sont déliées, de partout, que de très nombreuses personnes, qui savaient mais qui étaient engluées dans l'omerta, ont littéralement lâché les eaux. À tel point qu'en France, par exemple, cent et une questions se posent désormais ; que la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes tente de monter au créneau avec le microbudget qui est le sien, ou que le hashtag #BalanceTonPorc cartonne sur Twitter, utilisé par de très nombreuses victimes de harcèlement ou d'agression sexuelle qui n'en peuvent plus de se taire. Hollywood est définitivement un hypocentre.

Comment alors ne pas penser au Liban. Aux Libanaises, d'abord ; aux femmes vivant au Liban, aussi. Si l'étendue des dégâts dans des pays nettement plus avancés que nous en matière de droits des femmes a atteint de tels niveaux, l'état des lieux sur ces 10 452 km² doit être catastrophique. Combien de Weinstein se cachent au Liban, derrière leur cigare, derrière leur costume ou leur uniforme, derrière leur arrogance, et derrière, surtout, cet insupportable sentiment d'impunité, fléau parmi les fléaux ? Combien de Weinstein locaux, des Charbel ou des Mohammad, quelle que soit leur appartenance socioculturelle ou communautaire, quel que soit leur âge, oublient qu'ils ont des mères, des sœurs, des filles, convaincus que n'importe quelle femme ne pourrait qu'être flattée par leurs avances, leurs mains aux fesses, leurs remarques salaces, et même leur semence ? Combien de Weinstein libanais, hommes de pouvoir ou pas, convaincus par leur mère des décennies durant qu'ils sont des demi-dieux, vont continuer à violenter des générations de filles et de femmes ? Et pendant combien de temps, surtout, ces filles et ces femmes vont, par leur silence et leur traumatisme, contribuer à pérenniser cette impunité – sachant à quel point, dans ce cas, la prise de parole peut être, a priori, sans aide, sans support moral, psychologique et juridique, atrocement difficile ? Surtout dans un pays où l'État, déliquescent comme jamais, se moque gentiment de ces petits états d'âme, et où les ONG et la vaillante société civile ne sont soutenues en rien.

Et pourtant. Une des rares bonnes choses nées du binôme Aoun-Hariri est, sur le papier, la création d'un ministère chargé des Droits de la femme et son attribution à un homme de grande qualité, Jean Oghassabian – même si une femme aurait eu bien plus d'impact. Sauf que sans véritable détermination à changer les mentalités, à sanctuariser nos mères, nos filles, nos sœurs et nos femmes, sans un appareil judiciaire efficace et moderne, et surtout, sans moyens financiers, ce brave ministre ne pourra absolument rien faire. Juste, comme tout le monde, se taire.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gerard Avedissian

c'est le regne de: "Toutes des putes, sauf ma mere".

Le Faucon Pèlerin

Cela s'est passé vers 1956-57 dans un village du littoral Kesrouanais. Un homme de 35 ans, exhibitionniste notoire, fut surpris par le mari d'une femme, à 23 heures, en train de lui montrer... Le temps que le mari s'habille, le criminel s'était éloigné des lieux. Le mari le rattrapat et lui assignat une très sévère raclée. L'exhibitionnisme porte plainte d'avoir été agressé (sic). Qui croyez-vous, avait écopé un mois de prison ferme ? C'est le mari. J'en étais témoin.

Soeur Yvette

Une honte...que Dieu ait pitie des femmes....les hommes!!!!????

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.