Liban

Les déplacés syriens et le terrorisme au centre de la visite de Aoun au Koweït

Dans les coulisses de la diplomatie
16/10/2017

Le président de la République, Michel Aoun, est sur le point de se rendre au Koweït pour compléter sa tournée arabe entamée en janvier en Arabie saoudite et au Qatar, et suivie en février par des visites en Égypte et en Jordanie. Sachant que l'émir du Koweït, Sabah el-Ahmad el-Sabah, a adressé une invitation officielle au chef de l'État lors du sommet de la mer Morte qui s'est tenu en mars dernier, les contacts entre Baabda et la capitale koweïtienne sont en cours pour définir la date de la visite présidentielle dans l'émirat, laquelle, selon une source diplomatique, serait fixée au 2 novembre.
À l'ordre du jour du séjour koweïtien, la question des déplacés syriens, dont, d'une part, l'incapacité pour le Liban de supporter ce fardeau sur tous les plans, démographique, économique, sanitaire et éducatif, et, d'autre part, l'intrusion de terroristes dans les camps de ces déplacés.
Un deuxième point qui serait évoqué est l'affaire de la cellule terroriste al-Abdelli et l'accusation par le Koweït de l'implication du Hezbollah dans les activités de cette cellule composée notamment de 21 Koweïtiens chiites, qui avait projeté de commettre des attentats dans l'émirat. Une source informée indique que les protestations koweïtiennes à ce sujet avaient été exprimées au directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim. Lors d'une visite au Koweït, ce dernier avait répondu aux responsables de l'émirat que le Hezbollah n'a de lien avec aucune cellule terroriste, et que le dépôt d'armes découvert avait été abandonné par l'armée irakienne lorsqu'elle avait envahi l'émirat.
Une source diplomatique note par ailleurs qu'aussi bien lors des sommets arabes et islamiques que devant les Nations unies, l'émir Sabah el-Ahmad s'exprime toujours en faveur du Liban, soulignant que les relations libano-koweïtiennes sont très bonnes, d'autant que des milliers de Libanais sont installés au Koweit et ont contribué à son économie, sans compter que de nombreux Koweïtiens se rendent chaque année au Liban pour y passer leurs vacances.
Parmi les sujets qui marqueront également les entretiens du chef de l'État avec les hauts responsables de l'émirat, la guerre en Syrie. Une guerre dont la solution la plus adéquate devrait être politique, selon M. Aoun et l'émir al-Sabah.
Enfin, il est attendu que l'émir koweïtien mettra au fait le président de la République de tous les efforts qu'il a déployés pour convaincre le Qatar de se conformer aux exigences de l'Arabie saoudite, notamment de ne plus s'immiscer dans ses affaires intérieures et de ne plus financer le terrorisme. Efforts qui sont restés vains en dépit du blocus imposé au Qatar depuis de nombreuses semaines.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.