X

Liban

Regain de tension sociale en prévision de la session parlementaire de lundi

La situation
Fady NOUN | OLJ
07/10/2017

Un regain de tension sociale est normalement attendu, à partir de lundi, avec la réunion parlementaire qui doit se prononcer sur les trois projets de loi envoyés par le gouvernement portant sur l'amendement de la loi sur les taxes et impôts revue et corrigée par le Conseil constitutionnel, le vote du budget 2017 en l'absence d'un bilan comptable pour 2016 et la suspension provisoire de la loi sur la nouvelle grille des salaires dans le secteur public, en attendant que son financement soit assuré.

En effet, le syndicat des transports routiers de Bassam Tleiss, proche de Nabih Berry, a annoncé hier qu'il observerait, en coordination avec la CGTL, qui gravite également dans l'orbite du président de la Chambre, une grève générale à partir de lundi, à l'appui d'une série de revendications qui va de la répression des plaques noires travaillant comme taxis à l'application de la loi sur la nouvelle grille des salaires sans remise en question des droits acquis.

De toute évidence, le mouvement vise essentiellement à mettre en garde contre toute remise en cause du paiement des salaires suivant les nouveaux barèmes, telle que le Parlement pourrait la voter lundi.
Il n'est pas impossible que le comité de coordination syndicale, dont les fers de lance sont les ligues d'enseignants, emboîte le pas aux syndicats, dans un effort pour obtenir que la loi sur la suspension provisoire du paiement des salaires selon les nouveaux barèmes soit mise en échec, sans que la nouvelle grille des salaires soit remise en question. L'enjeu de ce bras de fer serait d'infléchir la politique fiscale du gouvernement et de refuser de baisser les bras sur le sujet.

Dans cette lutte, les syndicats et ligues sont assurés d'avoir le parti Kataëb de leur côté, ce dernier ayant annoncé qu'il ne se tairait pas, lundi, mais continuerait de contester les justifications avancées pour augmenter les taxes et impôts, alors que l'arrêt de la dilapidation des fonds publics et les impôts sur les biens-fonds maritimes pourraient faire l'affaire.

 

(Lire aussi : Initiative chiite élargie contre le Hezbollah) 

 

 

Rivalités
Sur un autre plan, il semble de plus en plus clair que la tension apparue entre le parti Kataëb et les Forces libanaises prend une dimension plus personnelle qu'idéologique. Mais, soutiennent les observateurs, cette tension est condamnée à se résorber à mesure que la date des prochaines élections législatives approche, pour être remplacée par la rivalité entre les Forces libanaises et le Courant patriotique libre, les deux parrains de l'entente qui a rendu possible l'élection présidentielle, mais dont les intérêts électoraux viendraient contredire l'entente politique.

Notons qu'après la visite remarquée du chef des Forces libanaises, Samir Geagea, en Arabie saoudite, ce dernier, accompagné de son épouse Sethrida, a pris l'avion hier pour les Émirats arabes unis. De son côté, le chef de l'Église maronite, le patriarche Raï, s'est envolé hier pour Rome, où il doit participer aux réunions de la congrégation des Églises orientales, avant de se rendre en visite pastorale aux États-Unis, jusqu'à la fin du mois.

 

 

Lire aussi

Les dents du gaspi, l'éditorial de Issa Goraieb 

Course entre la tendance au compromis et la tentation de l’escalade..., le décryptage de Scarlett Haddad 

Des activistes réclament au Conseil d’État un comité de supervision des dépenses publiques

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Antoine Sabbagha

Un bras de fer qui peut emmener le pays vers une faillite certaine quand on dépense sans aucune réserve.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET ASSAINISSEZ BIEN SUR ET AVANT TOUT L,EDL EN LA PRIVATISANT ET EN SE DEBARRASSANT DES BARGES TURQUES AU RENDEMENT TRES MAIGRE EN COMPARAISON DU PRIX DE LOUAGES DE CES ÉPAVES...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE AUGMENTATIONS BIEN DUES ETC... MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ANNULEZ LA GRILLE DES SALAIRES ! REDUISEZ EN ASSAINISSANT LE BUDGET... RENVOYEZ LE SURPLUS DES FAINEANTS DU SECTEUR PUBLIC ET REAJUSTEZ LES SALAIRES DES RESTANTS... ENCAISSEZ LES DUS DES INFRACTIONS DU LITTORAL ET NON SEULEMENT... ENCAISSEZ TOUS LES DUS DES PORTS ET AEROPORT... FAITES BOUGER SERIEUSEMENT LES PROSPECTIONS DES HYDROCARBURES... ARRETEZ LES LATTAS, COUPEZ-LES RADICALEMENT... REDUISEZ LA DETTE DU PAYS... ET PUIS DISTRIBUEZ DES AUGMENTATIONS BIEN DUS AU PEUPLE LIBANAIS QUI SOUFFRE A CAUSE DE VOS FAUTES ET DE VOTRE PRESENCE DEPUIS DES DECENNIES ! ALLEZ, AU VRAI TRAVAIL POUR UNE FOIS...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.