Liban

Rencontrer la crème des potiers à Bkerzay et admirer la beauté du Chouf

Que faire ce week-end
29/09/2017

Rendez-vous annuel célébré en début d'automne, la fête des potiers de Bkerzay, dans le Chouf, rassemble depuis 2014 la crème des potiers du pays qui exposent leurs créations pendant un week-end. Cette année, on pourra les rencontrer, admirer leur travail et acheter leurs créations le 30 septembre et le 1er octobre, de 10h à 18h.

À Bkerzay, la collection de poteries s'enrichit au fil des années et au gré de l'inspiration de ses maîtres potiers, les fidèles Ahmad Deif, Maha Nasrallah, architecte, et Nada Zeineh, également architecte et designer. Cette année, Fady Kcheik et une quinzaine d'autres potiers se sont joints à la ronde et exposent des créations originales ainsi que des pièces uniques. Des certificats d'authenticité sont même délivrés à chaque achat de poterie à Bkerzay.

La fête des potiers est née d'une volonté de garder vivant cet art millénaire dont la forme traditionnelle est en voie de disparition au Liban, tout en y ajoutant une touche un peu plus artistique. Et la formule a du succès puisque les visiteurs se font de plus en plus nombreux, d'année en année. Certains potiers ont même développé leurs propres méthodes de travail et contribuent ainsi à développer l'art de la poterie.

 

Une escapade artistique au cœur de la nature
Au programme de ce week-end, outre l'escapade artistique de la fête des potiers, une marche guidée dans la forêt, samedi et dimanche à 10h30 avec le guide Marwan Khodr, garde forestier de Horch Baakline.  Également prévu, un coin poterie pour enfants où les tout-petits pourront s'initier à l'art de la terre cuite. Si l'on reste à déjeuner, il est possible de goûter à la succulente cuisine du chef Hussein Hadid ou d'opter pour une formule plus rapide (et moins onéreuse) sur les stands de nourriture prévus sur place.

Bkerzay, c'est un village artistique et écologique dans le cadre de la localité de Deir Dourit, à environ 45 minutes de Beyrouth, niché au cœur de la pinède et où il fait bon oublier le vacarme de la ville. Visiter Bkerzay, c'est également effectuer un retour aux sources avec les produits du terroir du village. Savon, thym et huile d'olive y sont fabriqués et ont réussi à faire revivre l'économie locale ces dernières années. Très respectueux de l'environnement, le village fonctionne à l'énergie solaire et récupère même l'eau de pluie.

Si l'on prévoit de passer le week-end entier au Chouf, on peut loger à la maison d'hôtes de Bkerzay, fraîchement inaugurée. Une fois qu'on aura fini d'admirer les poteries de Bkerzay, on pourra visiter le palais de Beiteddine ou admirer les cèdres de Maasser el-Chouf. Pourquoi ne pas prévoir également un pique-nique au bord de la rivière de Baakline. Un autre arrêt qui vaut le détour : l'atelier des frères Assaf, maîtres du travail du marbre, à Warhaniyé.

Pour y accéder : autoroute côtière Beyrouth-Saïda, prendre la sortie Beiteddine à Damour, puis direction Kfarhim. Prendre à droite vers la grotte de Kfarhim et suivre la route jusqu'à Deir Dourit, puis les panneaux qui mènent à Bkerzay.
Pour plus d'informations, contacter le 03/512020.

 

 

Dans la même rubrique

La vallée de Bisri, un petit coin de paradis en danger

Hammana, quand culture rime avec nature...

Baskinta, Bakiche, Faqra, un parcours riche et serein

Le Akkar, sa beauté sauvage, son tourisme religieux...

Deir el-Qamar : quand histoire, patrimoine et nature sauvage font le charme d’un village

Qartaba et Laklouk : un parcours entre sérénité, aventure et nature sauvage

Bécharré, la gardienne des Cèdres, nature envoûtante et spiritualité

Ehden, l’Éden qui ne vous est pas interdit...

À Taanayel, un lac, des allées boisées

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

M.E

Potiches hors de prix

Le Faucon Pèlerin

Les potiers : Jusqu'à la guerre 39-45, une caravane de quatre mulets à leur tête un âne, venait tous les vendredis à Jounieh en provenant de Beit-Chabab afin d'écouler le chargement d'pots et d'ustensiles en argile dans les Souk du chef-lieu du Kesrouan. La marchandise était composée de jarres, de "mefred", de "dwayk", de cruches, de "kouze", de "slahiyé", de poôle, de "dakkoujé", de "zir", de tirelires etc...
L'ancêtre de la dynastie Fakhoury état un potier.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.