X

Liban

Itani détaille le nouveau plan de gestion des déchets dans la capitale

Déchets ménagers

Le président du conseil municipal a annoncé hier les résultats de l'appel d'offres pour le ramassage et le balayage, Beyrouth Madinati demande des clarifications.

S. B. | OLJ
16/09/2017

Une nouvelle société pour le ramassage et le balayage, des dispositifs nouveaux, du tri à la source et du tri en usine, des bennes de tri sélectif pour le recyclage... tels sont quelques-uns des points annoncés hier par le président du conseil municipal de Beyrouth, Jamal Itani, lors d'une conférence de presse.

M. Itani a, par la même occasion, annoncé le résultat de l'ouverture des plis de l'appel d'offres sur le ramassage et le balayage des déchets dans le Beyrouth administratif, remporté par le consortium Ramco (Liban) et Altas (Turquie) pour un montant de 70 875 477 millions de dollars étalé sur cinq ans, pour le transport, le balayage et 250 bennes à pourvoir. Il a précisé que huit sociétés avaient décidé de retirer leurs dossiers, alors que quatre les ont présentés, dont trois qui ont été qualifiées (outre Ramco, il y avait JCC avec une société turque, et Hammoud avec une société koweïtienne, selon les informations de L'OLJ).

Hier, M. Itani a évoqué « un plan se fondant sur la réduction du volume des déchets ». Un plan fondé, selon lui, sur les concepts suivants : tri des déchets à la source (dans les maisons), collecte séparée des déchets triés et recyclage, nouveau tri des déchets dans une usine « dotée des technologies les plus nouvelles », traitement des déchets inertes, production d'énergie à partir des déchets restants (NDLR : un projet d'incinération hautement contesté et qui mobilise déjà la population dans certaines parties de la ville).
Pour ce faire, le président du conseil municipal a précisé que des bennes de différentes couleurs seront installées en de nombreux points dans la ville afin de faciliter le tri à la source : il y aura trois types de bennes visibles dans les rues, l'une pour les recyclables, la deuxième pour les matières organiques et la troisième pour les déchets inertes. De plus, il y aura 250 bennes sous terre, pour la collecte des trois genres de déchets, des conteneurs qu'on peut ouvrir avec le pied pour y placer son sac.

En outre, M. Itani a souligné que les déchets ménagers qui n'entrent pas dans l'une de ces trois catégories devront être collectés séparément, après notification de l'entrepreneur. Les papiers et cartons seront ramassés directement des écoles et des universités. Les matières organiques seront collectées dans les restaurants et les hôtels. Les déchets d'hôpitaux et les déchets industriels seront séparés du reste. Le balayage des rues fera l'objet d'une attention particulière, toujours selon le responsable municipal.

 

(Pour mémoire : Ramco remporte le contrat de collecte et balayage à Beyrouth)

 

De nouvelles infrastructures
Après avoir annoncé le nom du vainqueur à l'appel d'offres, Ramco/Altas, qui prend des fonctions assurées actuellement par Sukleen dans un délai de cinq mois, M. Itani a insisté sur le fait que « la préférence sera donnée aux Libanais pour toutes sortes d'emplois ». Il a précisé que la durée du mandat est de cinq ans avec possibilité d'extension de deux ans. « C'est à l'entrepreneur d'assurer les conteneurs et tous les équipements qui doivent respecter les volumes adaptés », a-t-il ajouté. « Un nouveau système de ramassage de jour et de nuit, avec un itinéraire spécial pour les véhicules concernés, sera étudié, afin d'optimiser l'efficacité du ramassage et d'améliorer ce service dans la capitale », a-t-il poursuivi. « Nous comptons utiliser des véhicules non polluants avec des carburants de qualité, diesel ou essence, a-t-il souligné. Nous allons également utiliser des systèmes de stérilisation et de nettoyage des conteneurs, avec maintenance régulière et traitement des liquides résultant du ramassage des déchets dans les camions. »

M. Itani précise que la sensibilisation du public au tri à la source est de la responsabilité de l'entrepreneur également. À une question sur le mécanisme de mise en place de ce plan, il a annoncé que le conseil municipal allait engager un consultant et créer une cellule dans la municipalité afin de surveiller continuellement la qualité du travail.

 

(Pour mémoire : Sukleen clarifie les prix de collecte et de transport de déchets à Beyrouth)

 

Interrogations de « Beyrouth Madinati »

Beau programme, mais qu'en est-il de la réalisation ? Pour sa part, le rassemblement Beyrouth Madinati, qui avait présenté une liste opposée à celle de M. Itani lors des dernières municipales, exprime ses doutes sur le processus qui a mené à l'élaboration du plan. Le groupe a publié un communiqué à la veille de l'annonce faite par la municipalité, afin de demander des clarifications sur l'appel d'offres, sachant que celui-ci avait été annulé une première fois en juin dernier « pour des erreurs dans le cahier des charges ».

À ce propos, le rassemblement se demande « pourquoi ce premier appel d'offres avait-il été réellement annulé la première fois, et pourquoi la qualification de sociétés très connues dans le domaine du ramassage et de la collecte des déchets a été écartée dans le cadre de ce second appel d'offres, au profit d'une compagnie d'entrepreneuriat et de construction ». « Beyrouth Madinati » demande, par ailleurs, à être informé des changements opérés dans le cahier des charges entre le premier et le second appel d'offres.
Sur le prix demandé par la nouvelle compagnie, la municipalité de Beyrouth affirme qu'il est inférieur aux prix de Sukleen, la précédente compagnie en charge des déchets de la capitale. « Or, cette comparaison tient-elle toujours si on compare les deux contrats sur base du prix par kilomètre, afin d'ôter tout doute dans la question ? ajoute le communiqué. Et puisque le nouveau contrat stipule que des infrastructures supplémentaires devront être installées par l'entrepreneur, qu'est-ce qui explique ce prix plus bas ? »

 

Pour mémoire

Nouveau plan du ministère de l'Environnement pour les déchets : faire du neuf avec de l'ancien ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PRIERE LIRE DE TOUTES LES AUTOSTRADES ETC... MERCI.

Irene Said

Voilà un projet ambitieux et meilleur que tous les précédents, on va voir ce que cela donnera. Mais...il ne concerne que la capitale Beyrouth...!

Et pour le reste du Liban, où les déchets s'accumulent partout, en grande partie à cause de l'incivilité et du j'menfoutisme de beaucoup de "citoyens" de ce malheureux pays, que va-t-on faire ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES DEUX BORDS DE TOUS LES AUTOSTRADES, ROUTES ET RUELLES SONT JONCHES DE DETRITUS PUANTS... ET ON SE VEUT PAYS TOURISTIQUES... QUE LES MUNICIPALITES FASSENT ENFIN LEUR TRAVAIL EN NETOOYANT CHACUNE SES RUES...

NAUFAL SORAYA

Pitié, que quelqu'un balaie les bords de route...

Grand Duc

“70 875 477 millions de dollars”... Mille million de mille sabords !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué