X

Moyen Orient et Monde

Assad contrôle désormais plus de la moitié du territoire dans un pays en ruine

Syrie

La situation est catastrophique, avec un chômage touchant 50 % de la population active et un taux de pauvreté de 85 %.

OLJ
12/09/2017

Le président syrien Bachar el-Assad a pris une option pour la victoire sur ses adversaires qui voulaient le renverser, mais il se retrouvera à la tête d'un pays en ruine, estiment les experts.
Assad « contrôle (...) la plus grande partie du territoire », ainsi que les zones « les plus peuplées, et je pense qu'il va continuer à diriger la plus grande partie de la Syrie », déclare Aron Lund, expert de la Syrie à la Century Foundation. « La guerre se poursuit, mais, stratégiquement, il a défait ceux qui pensaient le déposer et, sauf imprévu, je pense que le gouvernement syrien va reprendre le territoire tranche par tranche », dit-il.
Le régime de Damas a bénéficié de l'appui décisif de la Russie et de l'Iran. Et, avec l'entrée dans la ville de Deir ez-Zor contrôlée par le groupe État islamique – quelques mois après avoir bouté les rebelles hors d'Alep et s'être emparé de larges secteurs dans le désert du sud-est –, il contrôle désormais plus de la moitié du territoire. Selon les chiffres fournis par le géographe Fabrice Balanche, cela représente les deux tiers de la population de Syrie, évaluée actuellement à quelque 16 millions. Les Kurdes tiennent 23 % du pays, l'EI 15 % et les rebelles 12 %.

Position de force
L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a été abrupt en affirmant que l'opposition syrienne devait accepter qu'elle n'avait « pas gagné la guerre », tout en demandant au gouvernement de ne pas crier victoire.
« Est-ce que le gouvernement, après la libération de Deir ez-Zor et de Raqqa, sera prêt à négocier et à ne pas simplement crier victoire ? Est-ce que l'opposition sera capable (...) d'être assez réaliste pour réaliser qu'elle n'a pas gagné la guerre ? » a-t-il dit. Ces déclarations ont profondément blessé l'opposition, Nasr Hariri, chef de la délégation du Haut Comité des négociations (HCN), dénonçant des propos « choquants » tout en maintenant sa demande de voir partir Assad au début d'une période transitoire.
Il y a cependant peu de chances que cette requête soit acceptée par le régime au moment où il n'a jamais été autant en position de force depuis le début, en mars 2011, du conflit qui a fait plus de 330 000 morts. Son armée contrôle les principales villes et possède une puissance de feu considérable grâce à l'appui de Moscou et Téhéran. « Je ne sais pas s'il va gagner la guerre, mais il a certainement retrouvé son allant. Mais, franchement, il regagne le contrôle d'un pays complètement détruit. Je ne sais pas ce que gagner la guerre signifie dans ce contexte », note Maha Yahya, directrice du Centre Moyen-Orient de Carnegie.
D'autres experts soulignent la fragilité du pouvoir, dans un pays profondément divisé. « Assad restera longtemps(...), mais avec une forte probabilité que persistent des insurrections armées endémiques, pas directement menaçantes pour le pouvoir central, mais structurellement menaçantes pour un régime dont les faiblesses– économiques, démographiques, institutionnelles – restent importantes », souligne Thomas Pierret, spécialiste de la Syrie à l'université d'Édimbourg.

Chômage à 50 %
Car si le président Assad est sur la voie de gagner après avoir frôlé la défaite jusqu'à l'arrivée de l'armée russe en 2015, la situation économique est catastrophique, avec un chômage touchant 50 % de la population active, un taux de pauvreté de 85 % et la moitié de la population réfugiée ou déplacée.
Grâce aux victoires du régime Assad, « il va y avoir une relative éclaircie économique d'environ 18 mois-deux ans, car l'électricité va être réparée par endroits, l'extraction du pétrole et du gaz va pouvoir reprendre », affirme Jihad Yazigi, directeur de The Syria Report, l'hebdomadaire économique en ligne sur la Syrie. Mais, « en l'état actuel, je ne pense pas qu'il va y avoir une reconstruction », explique-t-il, en chiffrant celle-ci à « 200 milliards de dollars » (environ 166 milliards d'euros).
Il n'y a pas d'argent dans le pays et les banques ne sont pas en état de s'occuper de la reconstruction car la totalité des actifs des 12 banques syriennes s'élève à 3,5 milliards de dollars. En outre, l'argent des expatriés rentre très peu.
Et « ceux qui peuvent financer cette reconstruction, comme les pays du Golfe, l'Union européenne, la Banque mondiale, n'ont pas l'intention de le faire », estime M. Yazigi. Car, selon lui, ils refusent d'aider un régime dont ils ont souhaité le départ et qu'ils accusent d'avoir commis des atrocités, notamment d'avoir gazé sa population, comme l'affirme le dernier rapport de l'ONU.
Source : AFP

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.