X

À La Une

Crise du Golfe : le nombre de pèlerins qataris en chute libre

arabie saoudite

La Commission nationale des droits de l'Homme du Qatar, liée au pouvoir, a estimé que seulement "60 à 70" pèlerins du petit émirat avaient réussi à se rendre à La Mecque la semaine dernière.

OLJ/AFP/David HARDING
29/08/2017

La crise du Golfe a empêché le voyage à La Mecque de nombreux pèlerins du Qatar qui a accusé son grand voisin, l'Arabie saoudite, d'avoir "politisé" cet événement religieux sans vraiment encourager ses citoyens à y participer.

Le gouvernement qatari n'a publié aucun chiffre, mais la Commission nationale des droits de l'Homme du Qatar, liée au pouvoir, a estimé que seulement "60 à 70" pèlerins du petit émirat avaient réussi à se rendre en Arabie saoudite la semaine dernière. Les estimations sont plus élevées côté saoudien, certains médias parlant de 1.200 pèlerins venus du Qatar.

Mais quel que soit le chiffre retenu, le nombre de pèlerins qataris est en chute libre, bien loin des 12.000 qui avaient fait le voyage l'année dernière, selon l'agence de presse officielle du Qatar, QNA.
Au cours des dernières semaines, le grand pèlerinage musulman (hajj) de La Mecque s'est retrouvé au cœur du différend qui oppose l'Arabie saoudite et trois de ses alliés au Qatar.

Riyad, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec l'émirat le 5 juin en l'accusant d'avoir des liens avec des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran, le grand rival de l'Arabie saoudite dans la région. Parmi les sanctions prises contre le Qatar, qui nie soutenir des groupes extrémistes, figurait la fermeture par l'Arabie saoudite de toutes ses frontières -terrestre, maritime et aérienne- avec l'émirat et le rappel de ses citoyens vivant au Qatar.

Mais, le 17 août, à l'approche du hajj, l'Arabie a fait un geste en direction du Qatar en assouplissant les conditions d'entrée des pèlerins de ce pays, notamment via le poste-frontière terrestre de Salwa, par où sont aussitôt passés plusieurs dizaines de fidèles.
En revanche, le transport de pèlerins qataris à bord d'avions saoudiens promis par Riyad n'a pas eu lieu. "Les autorités qataries n'ont pas autorisé les avions à atterrir" en prétextant qu'ils n'avaient pas "les bons documents", a affirmé l'agence saoudienne SPA, ce qu'a nié le Qatar.
Depuis le début de la crise du Golfe, les avions de Qatar Airways n'ont plus le droit de survoler l'espace aérien saoudien, ce qui attise la colère de Doha.

 

(Lire aussi : Deux millions de musulmans attendus à La Mecque pour le grand pèlerinage)

 

"Harcèlement"
Les échanges acides entre les deux pays ont été ponctués par des accusations qataries de "politisation" du hajj.
Même l'assouplissement annoncé par Riyad a donné lieu à une polémique autour de la "médiation" entreprise à l'occasion du hajj par un membre de la famille royale du Qatar, cheikh Abdallah ben Ali Al-Thani, présenté par certains médias du Golfe comme un rival potentiel de l'actuel émir à Doha.

Le Qatar n'a pas encouragé ses citoyens à se rendre massivement à La Mecque et a ouvertement exprimé son inquiétude devant les risques de "harcèlement" dont pourraient être victimes ses pèlerins, en particulier ceux qui voyagent seuls.

Quelque 2.400 Qataris devaient également se rendre à La Mecque en voyage organisé grâce à des agences spécialisées ayant des accords avec les autorités saoudiennes, alors qu'au départ, 24.000 s'étaient portés candidats pour le voyage du hajj, selon la Commission nationale des droits de l'Homme du Qatar.
Toujours d'après elle, huit agences qui devaient transporter des pèlerins cette année ont enregistré un manque à gagner de 30 millions de riyals (6,8 millions d'euros) en raison des "restrictions" imposées par l'Arabie saoudite.
Ces affaires pourraient être portées devant des tribunaux.

Dès le début de la crise du Golfe, le Qatar a averti qu'il pourrait saisir la justice pour réclamer des milliards d'euros de compensations du fait du "blocus" que lui imposent l'Arabie saoudite et d'autres pays voisins.

 

Lire aussi
Spéculations sur un changement dans les relations entre Téhéran et Riyad

Riyad accuse Doha d’empêcher des avions saoudiens de transporter des pèlerins qataris

Doha accuse Riyad de faire obstacle au pèlerinage des Qataris à La Mecque

 

 

Pour mémoire
Entre Doha et Riyad, l'ouverture pour le hajj n'arrêtera pas la « guerre des orgueils »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants