Liban

Prochains jours décisifs dans la bataille du jurd

Décryptage
25/08/2017

La bataille du jurd de Ras Baalbeck et du Qaa touche à sa fin. L'armée libanaise, qui n'a même pas eu besoin de renforts supplémentaires ni même de l'unité de réserve envoyée sur place, est sur le point de remporter une victoire éclatante en ayant réussi en quelques jours à chasser les combattants de Daech du territoire libanais. La dernière phase de l'opération reste toutefois la plus délicate, sachant que le dernier périmètre de 20 km² est plus difficile d'accès que la surface déjà libérée, puisque les soldats libanais mènent l'offensive de bas en haut, les cimes les plus élevées étant encore entre les mains des terroristes des deux côtés de la frontière entre le Liban et la Syrie. Si, officiellement, il n'y a pas de coordination entre l'armée libanaise d'un côté et l'armée syrienne et le Hezbollah de l'autre, Daech, lui, n'a pas ce genre de considérations, ayant un même commandement pour l'ensemble du jurd, dirigé par Mouaffak el-Jorbane, dit « Aboul-Souss », et ses combattants se battent en rangs unifiés, selon une même stratégie.

Selon les experts militaires, les jihadistes ne se battent pas vraiment, se contentant de guetter l'approche des militaires pour leur tirer dessus, dans l'espoir de causer le plus grand nombre de victimes, avant de se replier vers des positions plus éloignées. Cette tactique adoptée depuis le début de l'offensive de l'armée, appelée « l'aube du jurd », avait un objectif : déstabiliser l'armée en lui infligeant le maximum de pertes humaines et militaires. Mais elle n'a pas réussi en raison de la vigilance de la troupe qui a estimé dès le départ que la force de l'ennemi est dans sa volonté de faire le plus de mal possible et dans sa mobilité. En même temps, elle est un signe de faiblesse chez Daech puisqu'elle montre qu'il ne croit pas à une possible victoire préférant améliorer les conditions de sa reddition.

Après l'achèvement de la troisième phase de l'opération, l'armée a choisi de prendre une pause pour justement évaluer la suite du plan et consolider les positions prises à l'ennemi. À ce stade, les combattants de Daech se retrouvent coincés donc dans une superficie d'un maximum de 60 km², 20 au Liban et 40 en territoire syrien. Les deux zones se font face et se résument à deux cimes très élevées, Halimat Qaraa au Liban et Halimat el-Qabou en Syrie. Entre les deux, il y a des vallées et des monts qui portent les mêmes noms. Ainsi, la plaine de Martbaya est en Syrie, alors que la vallée du même nom est au Liban. C'est dire que la géographie des lieux est pratiquement similaire des deux côtés de la frontière. Jusqu'à présent, la majorité des combattants a préféré se replier du côté syrien du jurd, et, selon les experts militaires, l'armée syrienne et le Hezbollah auraient sciemment laissé un couloir de repli aux combattants de Daech qui devraient se retrouver coincés dans un petit espace et contraints soit à négocier dans de mauvaises conditions, soit à mourir. À cet égard, l'armée libanaise a déclaré à maintes reprises qu'elle ne comptait pas mener des négociations avec les terroristes, sachant que le seul point qui reste encore en suspens est celui du sort des neuf militaires entre les mains de Daech depuis août 2014.

L'armée qui a mené jusqu'à présent – et qui compte le faire jusqu'au bout – une opération « propre », sans carnage ni bavures et sans otages, préfère rester très prudente tant qu'aucune indication sérieuse sur le sort des militaires otages ne lui est pas parvenue. Au début de l'offensive simultanée, menée des deux côtés de la frontière, un chef militaire de Daech, surnommé Abou el-Baraa, qui s'est rendu au Hezbollah, a donné des informations sur le lieu où étaient supposés se trouver les neuf soldats, mais un convoi de la Sûreté générale, accompagné d'ambulances de la Croix-Rouge, a eu beau sillonner le coin désigné, il n'a rien trouvé. Un autre informateur, dont les autorités ont préféré taire le nom, a fait d'autres révélations, mais, là aussi, aucun indice consistant n'a pu être recueilli. Le mystère reste donc entier, mais l'armée a mis un point d'honneur à découvrir la vérité avant la fin de cette opération. Si elle ne peut pas négocier avec les terroristes, il n'y a pas de problème à ce que d'autres le fassent et communiquent les informations au directeur général de la Sûreté, le général Abbas Ibrahim, en charge de ce dossier.

En attendant, le plan initial se poursuit donc avec l'objectif de libérer le territoire avec un minimum de pertes. Les 5 soldats de l'armée tombés sur le champ de bataille ont ainsi été, pour la plupart, fauchés par des mines et des charges explosives plantées par les terroristes dans ce vaste espace souvent à découvert. Alors que les pertes des terroristes du côté libanais s'élèveraient à 35, l'armée prend soin de ne pas publier des photos de cadavres pour ne pas prendre le risque de provoquer des polémiques inutiles.

Du côté syrien, les combats n'ont pas marqué de pause, et l'espace dans lequel se sont réfugiés les jihadistes ne cesse de se réduire. Certains médiateurs affirment que les combattants ont réclamé un cessez-le-feu et des négociations qui leur permettraient de se réfugier à Deir ez-Zor. Mais, jusqu'à présent, les conditions qu'ils posent ne sont pas jugées acceptables, selon les mêmes négociateurs. La situation devrait se clarifier au cours des prochains jours.

 

Lire aussi 

Après l’« Aube du jurd », une épreuve de force politique n’est pas à exclure entre souverainistes et prosyriens

« Le dernier bastion de Daech tombera inévitablement »

Nasrallah : L’exécution de tout accord avec l’EI doit passer par Damas

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le Faucon Pèlerin

Qui a poussé le bien nommé Mouaffak el-Jorbane ou Mouaffak-le-Galeux à s'installer sur les hauteurs de Ras-Baalbeck, el-Kaa et Ersal, loin de Homs, Hama, Abou-Kamal et Deir-ez-Zor ? Il faut le dire, chère Scarlett, dans vos éclairages.
Je ne souhaite pas qu'un seul soldat de la vaillante armée libanaise, meurt pour libérer les terres des autres.
Notre patrie et son armée n'ont pas besoin des conseils et des directives de ceux qui soutiennent depuis cinq ans le régime le plus sanguinaire du monde.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON PEUT DIRE QUE POUR LA DEUXIEME FOIS PEUT-ETRE DANS LES DEUX DERNIERES ANNEES UN ARTICLE DE MADAME SCARLETT HADDAD NE CONTIENT QU,UN SEUL INDICE DE BARATIN... LISEZ BIEN L,ARTICLE POUR VOIR LEQUEL !

Ma Fi Metlo

Enfin SCARLETT et nous voilà honnêtement informé.

Face à ces VICTOIRES de l'armée libanaise en coordination avec la résistance du hezb libanais qui a nettoyé en profondeur le jurd par son éclatante victoire sur les bactéries wahabites à ersal propre , grâce au nettoyage fait de l'autre côté de la frontière en Syrie du héros BASHAR , on fera 2 constats simples .

Le 1er est qu'ayant botté le derrière des usurpateurs de terre en 2000 après 20 ans d'occupation et
2eme constatation ayant éradiqué les mercenaires wahabites de ces bactéries exportées de bensaoudie et mis au service des 1ers , comment voudrait on que la résistance du hezb libanais puisse accepter de déposer ses armes ?

EN TERME CLAIR ET SIMPLE À COMPRENDRE COMMENT POURRA T'ON DEMANDER AU HEZB LIBANAIS RÉSISTANT DE CAPITULER FACE À UNE EXIGENCE SIONISTE ?

FAUDRA ARRETER DE DIVAGUER UN PEU .
MERCI SCALETT BON WEEK REND.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Douze à l’heure

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.