X

Liban

La mission d’Ansari vouée à l’échec ?

Dans les coulisses de la diplomatie
24/08/2017

L'Iran effectue une nouvelle tentative d'ouverture en direction des composantes politiques libanaises qui ne l'appuient pas et qui sont proches des États-Unis ou de l'Arabie saoudite. Il ne s'agit pas de la première tentative du genre. Téhéran a déjà fait plusieurs essais sur ce plan par le passé. Cependant, l'adjoint du ministre iranien des Affaires étrangère aux pays arabes et africains, Hussein Jaber Ansari, a transmis aux autorités de référence politiques, spirituelles, partisanes et sociales, à l'exception des Forces libanaises, ce désir d'ouverture exprimé par l'Iran.

Pourquoi cet attachement iranien à s'ouvrir au Liban en dépit de l'échec de toutes les tentatives précédentes ? Des sources qui suivent la tournée de M. Ansari indiquent à L'Orient-Le Jour que le directoire iranien évalue à sa juste valeur le modèle libanais de coexistence harmonieuse entre chrétiens et musulmans, et considère que le Liban représente un symbole de confrontation face à Israël au Liban-Sud et au terrorisme jihadiste dans le jurd de Ersal.

Durant ses rencontres, M. Ansari a souligné la détermination de son gouvernement à « consolider et raffermir plus que jamais les relations bilatérales et la coopération constructive avec le Liban ». Il sait que ce que son pays demande ne trouvera pas de répondant auprès d'une grande fraction des forces politiques libanaises, à l'instar du Premier ministre Saad Hariri ainsi que des Forces libanaises et des mouvements qui gravitent dans son entourage.

 

(Lire aussi : Ansari appelle à « l’unité arabe contre le terrorisme israélien et takfiriste »)

 

La raison pour laquelle cette coopération est impossible est que Téhéran ne traite pas avec le Liban officiel d'État à État, d'égal à égal. Le Liban ne peut pas non plus accepter la proposition iranienne de livrer des armes à l'armée libanaise, car cela signifierait l'arrêt de l'aide américaine à la troupe, aussi bien en livraison d'armes et d'équipements qu'en entraînement. Le conflit majeur porte tout naturellement sur le Hezbollah et tout le soutien que l'Iran apporte à cette milice, qui porte atteinte à l'autorité et au prestige de l'État, posant tout le problème de la souveraineté et du monopole de la violence légitime.

Selon la source précitée, « l'enthousiasme iranien quant à une ouverture sur le Liban intervient au moment où le conflit bat son plein entre Téhéran et Riyad ». L'Arabie saoudite qualifie le Hezbollah d'organisation terroriste, et ce dernier est listé ainsi sur la liste du Conseil de coopération du Golfe. Du côté de Washington, le Congrès américain s'apprête à voter des sanctions contre le parti chiite.

Pour un éminent responsable, la mission de l'émissaire iranien est vouée à l'échec, surtout auprès de Saad Hariri et ses alliés parmi les forces souverainistes. Les relations diplomatiques resteraient telles quelles, avec « une influence iranienne prépondérante sur l'équation politique libanaise », mais « sans ingérence directe comme du temps de la tutelle syrienne ».

 

 

Lire aussi

La diplomatie iranienne occulte le Grand Sérail

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU,ILS LAISSENT LE LIBAN EN PAIX ! ILS VIENNENT SEMER LA ZIZANIE ENTRE LES LIBANAIS...

Ma Fi Metlo

Le nom en LUI MÊME porte LE message de sa visite.

Welcome Grand RÉSISTANT aux BACTÉRIES wahabites et à leurs manipulateurs.

Le Faucon Pèlerin

Un diplomate étranger qui viendrait dans un pays pour s'entretenir avec certains dirigeants en négligeant volontairement les autres qui ne sont pas moins importants, devrait être considéré une "persona non grata".

Pierre Hadjigeorgiou

Ansari sait très bien que le conflit Syrien va bientôt être relégué dans les tiroirs des commissions et sous commissions du partage et de la reconstruction et donc aux oubliettes. Le tour de l'Iran est venu! L'Iran essaye de sauver la carte Hezbollah afin de ne pas perdre sa place au Liban et que ses ouailles ne se retrouvent en Syrie. Ce sera la fin de la révolution en... Iran! La solution est une et une seule, celle de la reddition totale du Hezbollah a l’état et sa constitution et c'est tout! N'importe quoi d'autre sera une catastrophe pour le pays.

gaby sioufi

pt't ansari est venu a la rescousse du hezb, de la moumanaa en entier, vu le succes militaro-populaire de l'armee libanaise.
qui sait, pt't ils sentent le vent tourner, ou il risque de tourner.....
je dis les choses au liban peuvent changer de visage.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Rencontres

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.