Liban

Le gouvernement ne veut rien entendre sur la visite à Damas

Dans les coulisses de la diplomatie
21/08/2017

Le chef du gouvernement, Saad Hariri, ne permettra à aucun des trois ministres, qui s'étaient rendus mercredi dernier dans la capitale syrienne pour assister à l'ouverture de la Foire internationale de Damas, d'exposer à leurs collègues, durant la prochaine réunion du Conseil des ministres, les résultats de cette visite très controversée et encore moins, la teneur de leurs entretiens avec les officiels syriens.
Saad Hariri considère toujours que les ministres de l'Industrie Hussein Hajj Hassan (Hezbollah), de l'Agriculture Ghazi Zeaïter (Amal) et des Travaux publics Youssef Fenianos (Marada) s'étaient rendus à titre personnel dans la capitale syrienne. Il estime que les entretiens qu'ils y ont eus n'engagent que leur propre personne du moment qu'ils n'ont pas tenu compte de la décision du gouvernement d'interdire tout contact avec le régime syrien, contrairement au ministre de l'Économie Raëd Khoury (Courant patriotique libre) qui s'y est conformé, bien qu'il ait lui aussi reçu une invitation officielle pour prendre part à l'inauguration de la foire.
La volonté de M. Hariri d'empêcher les trois de s'étendre sur leur visite s'explique par le fait que ces derniers avaient annoncé avant leur départ qu'ils auront des entretiens avec des responsables syriens afin d'évoquer les relations bilatérales et des questions d'intérêt commun. Or le Premier ministre et tout le camp du 14 Mars voient dans l'invitation adressée par Damas aux ministres concernés une tentative menée par le régime syrien pour amener le Liban à établir un dialogue avec lui, ce qui est absolument hors de question pour les autorités officielles libanaises.
De sources ministérielles, on indique que des contacts doivent être effectués avec les trois ministres avant le Conseil des ministres de jeudi, pour leur demander de ne pas aborder la question de leur visite, et d'éviter au gouvernement une secousse dont il peut très bien se passer au moment où le pays est engagé dans une guerre contre les terroristes du groupe État islamique, dans les jurds de Qaa et de Ras Baalbeck.
De mêmes sources, on soupçonne les autorités syriennes de vouloir tout mettre en œuvre pour contraindre le gouvernement d'établir ce dialogue censé leur conférer une légitimité et renforcer l'axe qu'elles forment avec l'Iran et le Hezbollah. Damas aurait pu réussir à diviser le gouvernement si le CPL s'était rallié au camp favorable à ce dialogue. Or, le parti de Gebran Bassil s'est conformé à la décision du gouvernement, ce qui a contribué à affaiblir la position du camp prosyrien.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

OU PLUTOT ILS CONCERNENT LE GOUVERNEMENT ET LE PEUPLE LIBANAIS QUI DENIGRENT LES MANIPULES ET LEURS MANIPULATEURS ETRANGERS...

Tony BASSILA

Le prochain Conseil des Ministres doit enfin voter une position claire et nette du gouvernement concernant la position officielle de l'état libanais envers le régime syrien qui a perdu toute légitimité de la part de la communauté internationale.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES VISITES DES MANIPULES A LEURS MANIPULATEURS NE CONCERNENT NI LE GOUVERNEMENT ET NI LE PEUPLE LIBANAIS...

Khlat Zaki

Il conviendrait de soumettre aux voix en Conseil des Ministres une fois pour toutes l'alternative en cause et en légitimer lapped ou le rejet.
Ecoute voir les allures de notre démocratie!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué