Dernières Infos

La France veut interdire l'importation des produits contribuant à la déforestation

AFP
06/07/2017

Le ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a annoncé jeudi vouloir mettre fin à l'importation des produits forestiers ou agricoles contribuant à la déforestation dans le monde, notamment en Amazonie, en Asie du sud-est et dans le bassin du Congo.

Il s'agit de "mettre un frein définitif à la déforestation importée en France", a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse présentant un "plan climat" en France pour les cinq ans à venir.
"Le plan climat prévoit de mette fin à cette déforestation importée, c'est-à-dire aux produits qui contribuent à la destruction des trois grands bassins de forêt tropicale du monde, l'Amazonie, l'Asie du sud-est et le bassin du Congo, notamment pour la production d'huile de palme ou de soja non durable", a-t-il poursuivi.
"Cette décision est très importante", selon le ministre, "car nous allons fermer une fenêtre qui donnait la possibilité d'incorporer de l'huile dans les biocarburants".

Nicolas Hulot a rappelé que la déforestation représente plus de 10% des émissions de gaz à effet de serre mondiales et appelé à être cohérent avec l'accord de Paris en agissant pour la réduire.
"La déclaration de New York sur les forêts, signée en parallèle de l'accord de Paris, prévoit de diviser par deux la déforestation en 2020 et d'y mettre fin en 2030 et le plan climat s'inscrit dans cet objectif", a-t-il précisé.

Il a jugé "schizophrène" d'inciter "nos industriels à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre" et de "s'accommoder que des millions d'hectares de forêts qui sont des puits de carbone se transforment en sources de carbone, que des zones humides, des mangroves soient détruites dans une forme d'indifférence".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué