X

Moyen Orient et Monde

Ghassan Salamé accepte la mission impossible libyenne

Diplomatie

L'ancien ministre de la Culture devra réussir, s'il veut faire mieux que son prédécesseur, à gérer le cas du maréchal Khalifa Haftar dont l'influence n'a cessé de progresser ces deux dernières années.

22/06/2017

Il aura fallu quatre mois pour trouver un successeur à l'Allemand Martin Kobler, envoyé spécial de l'ONU en Libye. Cela donne un aperçu de l'ampleur de la tâche qui attend l'ancien ministre libanais de la Culture Ghassan Salamé, qui a été nommé à ce poste mardi par le Conseil de sécurité des Nations unies. Sa nomination vient clôturer une longue période de tractations diplomatiques, notamment marquée par le veto américain contre l'ancien Premier ministre palestinien Salam Fayad, qui était le premier choix du secrétaire général Antonio Guterres. Une dizaine d'autres noms avaient été évoqués, mais les seuls à être en mesure de recevoir l'aval de l'ONU avaient préféré jeter l'éponge devant une mission jugée « impossible » par de nombreux diplomates.

Ancien directeur de l'École des affaires internationales de Sciences-Po Paris, Ghassan Salamé aura fort à faire pour ramener toutes les parties libyennes autour de la table. Son prédécesseur avait tout misé sur l'accord de Skhirat signé en 2015 par les membres des Parlements rivaux – l'un à Tobrouk et l'autre à Tripoli – qui prévoyait la mise en place d'un gouvernement d'union nationale et d'un conseil présidentiel, pour lancer une période de transition dans un pays miné par les conflits internes depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Installé à Tripoli, le gouvernement a été effectivement mis en place sous l'autorité de Fayez Sarraj. Mais la faiblesse politique du Premier ministre, ajoutée au refus de reconnaissance par le Parlement de Tobrouk et à la poursuite des guerres intestines ont largement fragilisé le processus. Le relancer, en prenant en compte l'évolution de la situation depuis 2015, sera le principal défi de M. Salamé.
« Je me réjouis de voir quelqu'un de sa stature reprendre le flambeau », commente pour L'Orient-Le Jour Tarek Mitri, ancien ministre et ancien envoyé spécial de l'ONU en Libye. « Ghassan Salamé connaît bien la région, il a des amitiés partout dans le monde, il a l'expérience de la médiation. Il a beaucoup d'atouts de son côté, mais la mission demeure difficile », ajoute le diplomate qui considère que « la situation en Libye reste tout à fait imprévisible ».

 

Un Abdel Fattah al-Sissi libyen
Ghassan Salamé est loin d'être un novice de la diplomatie onusienne. Il a déjà conseillé par le passé deux secrétaires généraux des Nations unies, Kofi Annan et Ban Ki-moon, et a été conseiller de la mission onusienne en Irak. Selon un diplomate de l'ONU, Ghassan Salamé aurait modéré il y a quelques semaines une rencontre à Genève entre les différents protagonistes libyens. Les discussions se seraient si bien passées que certains y ont décelé une opportunité de trouver une sortie de crise, basée sur la volonté commune des acteurs de parvenir à un compromis. « À partir de là, Ghassan Salamé a laissé entendre qu'il accepterait la mission », commente la source diplomatique.

Doté d'une extraordinaire culture et d'une rare finesse d'analyse, Ghassan Salamé devra réussir à gérer le cas du maréchal Khalifa Haftar, dont l'influence n'a cessé de progresser ces deux dernières années, s'il veut faire mieux que son prédécesseur. Longtemps boycotté par les Occidentaux, mais soutenu par les Égyptiens, les Émiratis et les Russes, le maréchal Haftar est devenu incontournable à la faveur de ses offensives dans le croissant pétrolier libyen. L'homme se rêve en un Abdel Fattah al-Sissi libyen, en référence au raïs égyptien, lui aussi militaire et adepte de la manière forte. La récente libération de Sayf al-Islam Kadhafi, fils de l'ancien leader, devrait faire le jeu des pro-Haftar et compliquer encore un peu plus les plans de réconciliation nationale.

Ghassan Salamé va devoir ramener les pro-Haftar, les gens de Tripoli et de Misrata, mais aussi les kadhafistes autour de la même table, en trouvant un compromis entre les ambitions démesurées du maréchal Haftar et le manque d'autorité des anciens révolutionnaires. En arrivant à convaincre toutes ses parties qu'elles ont beaucoup plus à gagner au retour de la paix. Ce qui n'est pas une mince affaire.

 

Lire aussi

« Les Libanais se sentaient un peu comme les enfants uniques ; maintenant, ils ont plein de frères et sœurs dans la région »

« Je ne suis pas un Don Quichotte, mais j'ai le courage de mes idées et de mes convictions »

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ma Fi Metlo

Il n'est pas obligé d'accepter.
Mais s'il le fait c'est que rien d'autre ne lui était offert.

Y en a des comme lui qui se contentent de faire tapisserie.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COURAGE ET BONNE CHANCE !

KaVéTé

Comme dirait l'autre: qu'est ce qu'il est allé faire dans cette galère ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des législatives internes et des enjeux externes

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Douze à l’heure

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.