Dernières Infos

Coalition anti-EI : la Belgique prolonge la mission de ses F16

AFP
16/06/2017

La Belgique a décidé vendredi de prolonger jusqu'à fin 2017 le déploiement d'avions de chasse pour participer aux frappes de la coalition internationale contre le groupe jihadiste Etat islamique en Irak et en Syrie.

Les quatre F-16 de l'armée de l'air belge et la centaine de militaires actuellement déployés dans la région devaient rentrer en Belgique cet été conformément à une rotation agréée avec les Pays-Bas.

Mais faute de gouvernement à La Haye, trois mois après les élections législatives dans ce pays gouverné par des coalitions, il n'est actuellement pas envisageable pour l'armée de l'air néerlandaise de prendre la relève comme prévu et la Belgique a accepté de prolonger sa mission.

"Les Pays-Bas ont annoncé qu'ils ne peuvent pas voler pour des raisons opérationnelles et techniques durant la deuxième moitié de cette année. La coalition internationale a dès lors demandé à la Belgique de prolonger son engagement et ce, à partir du 1er juillet", a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué. Les missions à effectuer "restent inchangées". "Seul le nombre d'heures de vol devrait être réduit de 400 heures à 250 heures de vol par mois", a-t-il ajouté.

La Belgique avait commencé à déployer en 2014 des avions de chasse au profit de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui est en passe de chasser l'EI de Mossoul en Irak et appuie actuellement l'offensive terrestre contre la "capitale" du groupe jihadiste, la ville syrienne de Raqqa en Syrie.

Initialement limités à l'Irak, les chasseurs belges ont été autorisés à effectuer des frappes en Syrie en mars 2016. "La lutte contre l'EI a, entre temps, atteint une phase décisive. Nous sommes présents là où nous devons être présents", a assuré Steven Vandeput, le ministre belge de la Défense, dans le communiqué.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué