X

Liban

Assassinat de Roy Hammouche : à la jungle comme à la jungle...

Drame

Le tueur présumé du jeune homme de 24 ans, un récidiviste, est désormais sous les verrous.

08/06/2017

Roy Hamouche manquera à l'appel le jour de la remise des diplômes de génie dans deux semaines, à l'Université du Saint-Esprit de Kaslik (USEK). Le jeune ingénieur de 24 ans ne pourra pas non plus faire voltiger sa toque d'étudiant, n'ayant pas survécu à la balle logée dans sa tête le soir même de son anniversaire.

Son crime ? Celui de se retrouver dans un véhicule qui a percuté, ou l'inverse, celui d'un groupe de trois voyous à l'ego surdimensionné qui ont vraisemblablement mal vécu le « traumatisme » d'une égratignure des plus banales de leur véhicule, comme le montre l'enquête préliminaire.

De retour à 11h45 de sa soirée d'anniversaire, célébrée dans un restaurant à Jounieh, Roy et son ami d'enfance, Johnny Nassar qui était au volant, se sont arrêtés au bord de l'autoroute, au niveau de Jal el-Dib après que leur voiture eut heurté, très légèrement selon l'enquête, une BMW aux vitres teintées dans laquelle se trouvaient trois hommes armés. Ces derniers sont immédiatement descendus du véhicule, prêts à la bagarre.

Les insultes se sont déversées contre les deux jeunes hommes qui ont toutefois paniqué et pris la fuite au bord de leur voiture à la vue des armes brandies par les trois hommes. Une course poursuite entre les deux véhicules s'est alors engagée, ponctuée de coups de feu en direction du véhicule des deux amis tout le long du parcours. Les hommes armés ont réussi à rattraper la voiture des deux garçons au niveau de La Quarantaine, dans une impasse prés du marché de poissons où Johnny venait de s'engager, croyant pouvoir se cacher.

L'un des hommes armés s'est dirigé vers Johnny qui était sorti de la voiture et lui a planté le revolver dans le ventre avant de réaliser que le chargeur était vide. Il est aussitôt retourné dans sa voiture pour le recharger. Le temps pour Johnny de prendre la fuite. Assoiffé de sang bouillonnant de haine, l'agresseur s'est alors tourné vers Roy, qui n'a vraisemblablement pas eu le temps de prendre la fuite, lui logeant une balle dans la tête, à bout portant.

Identifié en début d'après-midi, M.H.A., les initiales du nom du tueur présumé ont été révélées en soirée dans un communiqué publié par les FSI. Quelques heures après, les forces de l'ordre ont réussi à l'arrêter à Bourj Hammoud, dans l'appartement de sa copine où il avait trouvé refuge.

De sources proches de l'enquête, L'Orient-Le Jour a appris que l'auteur présumé du crime est un membre du mouvement Amal, « une appartenance revendiquée par une série de tatouages sur son corps faisant référence au mouvement chiite ». Selon des informations diffusées en soirée par la LBCI, l'agresseur aurait été identifié grâce aux empreintes laissées sur le véhicule de la victime et arrêté grâce au système de surveillance et à la localisation de ses appels téléphoniques. On apprenait également que M.H.A, 33 ans, est un récidiviste qui a fait plusieurs années de prison à Roumieh. Il faisait l'objet de plusieurs mandats d'arrêt.

Un cortège de victimes
C'est le même égo surdimensionné recelant une virilité malade qui a également été à l'origine de la mort de George Rif, Yves Naufal, Adib Mohammad Hizan, Marcelino Zamata et bien d'autres. Des morts gratuites, pour des motifs d'une futilité telle qu'elles en deviennent absurdes. Pour un oui ou pour un non, pour une priorité de passage, un emplacement de parking, ou encore pour une rivalité autour d'une femme, les armes sortent, le sang coule, et le cortège des victimes s'allonge.

Souvent les dommages collatéraux se calculent également en vies humaines, lors de bagarres, d'affrontements, ou tout simplement de célébrations ou d'obsèques. Que de balles perdues ont fini par atterrir dans le cœur d'un enfant qui se trouvait par hasard à quelques mètres de là, ou celui d'un moins jeune, au détour d'une rue. La banalisation de la mort est désormais consacrée dans notre culture nationale. Dans un pays qui se dit à l'avant-garde de la lutte antiterroriste, qui se vante d'avoir fait échec à des attentats présumés de grande envergure, les autorités ne sont même pas capables d'intimider les canailles de petit niveau et bandits de grands chemins de tout calibre qui se sentent glorifiés par le port d'un pistolet à la ceinture.

Ils se cachent, comme des lâches, dans des véhicules aux vitres teintées, grâce à des filtres achetés illégalement dans le magasin de pièces d'auto du quartier, pour la modique somme de 40 dollars. À la jungle comme à la jungle, dira-t-on, sauf que même dans la jungle, on ne tue pas aussi gratuitement.

C'est le cri de cette journaliste, Joumana Nasr, mère de deux adolescents, que l'on retiendra : « Je voudrais présenter mes excuses à mes enfants pour leur dire à quel point je regrette de leur avoir inculqué tant de principes, de valeurs et d'éthique dans une société qui ne nous ressemble plus et dans laquelle la majorité d'entre nous ne se retrouve plus. Mon dernier conseil à eux : partez, partez et ne revenez plus jamais dans cette jungle. » Dans un billet posté sur Facebook et adressé à Roy, Joumana écrit : « C'est parce que tu étais un jeune homme affable et courtois, armé de sciences et de culture, qu'ils t'ont condamné à la mort. Roy a commis un crime encore plus odieux que celui dont il a été victime : Roy a vraiment cru vivre dans une nation digne de ce nom. »

 

 

Lire aussi

Liban : un cheikh druze tué suite à une dispute à priori personnelle

Décès de Sara Sleiman : de l’urgence de réviser les lois sur la possession des armes individuelles

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Cadige William

Et on s’attend a une amnistie generale de tous les bandits sous les verrous pour s’assurer leur vote a des fins electorales ?
Quel calamite que ce pays !

Alexandre Hage

Ça donne envie de vomir! Quand est ce que les armes illégales seront banies des rues ? Quand est ce que un libanais pourrait compter sur un état capable d'assurer sa sécurité. Roy je ne vous connais pas mais je vous pleure et je prie Dieu pour la paix de votre âme alors que je ne suis pas pieux. Je présente mes condoléances à ta famille. La religion musulmane dit annoncez au tueur qu'il finira tuer même si ça n'arrive pas tout de suite et aussi youmhel wala youmhel. Les animaux sauvages tuent pour manger. Ce type d'humains est donc moins qu'une bête sauvage.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CIRCULATION AVEC PORT D,ARME ET UNE COUVERTURE D,ESPERANCE... POUR UN VOYAGE AD PATRES... ON N,EN TROUVE QUE DANS NOTRE ATOLL...

Mima Bakhos

Marre marre marre de voir nos enfants sacrifies a cause de l inconscience de tous ces excites du pouvoir qui limitent leurs activites a garnir leur compte en banque et traficoter de sombres magouilles en nous servant des salades , et des ordures et de un faux patriotisme qui ne trompe plus personne! Honte à un pays pour qui le sang la vie de ses jeunes n'a aucune valeur! Honte à un pays qui a abdiqué ses valeurs! Un pays où le voyou fait la loi et où l'incompetence l'inconscience regnent et se gargarisent du sang de nos enfants! Roy aurait pu etre mon fils! Il aurait pu etre mon frere!!
Il aurait pu etre moi! Comment vivre comme si de rien n'etait quand on sait qu'à quelques kilometres de chez nous un drame innommable se deroulait? Qu'un jeune homme etait privé de son avenir de revoir sa famille de vivre parce qu'une sous merde avait mal digéré une égratignure sur sa chignole de voyou?Qu'une mere basculerait dans l'horreur parce qu'un monstre à la gachette facile
rodait ?
Je suis un professeur de litterature et j'enseigne à mes élèves la beauté et le respect de la vie,ils comprendront que je revisite mes principes et ma vision des choses.
QUAND UN MONSTRE EST CAPABLE DE POURSUIVRE DE SANG FROID UN JEUNE , PARTIR RECHARGER SON ARME ET REVENIR TIRER SANS UN BATTEMENT DE CILS, JE DEFENDS LA PEINE DE MORT! J'EN APPELLE À LA PEINE CAPITALE EXEMPLAIRE SPECTACULAIRE! Et j'applaudis le départ de nos enfants loin de ce trou à viperes! ils nous manquent mais ils sont vivants????????

Elias Karame

Nous avons un besoin urgent d'État ;Comment ceci est il possible en présence de toutes ces milices et des mafias qui les accompagnent et représentés au gouvernement et au parlement ??

Hitti arlette

comment un président de l 'assemblee accepte l' adhérence , dans les rangs de son parti , toute une legion d assassins rescividistes , de dealers de drogues et des hors la loi ? Les quartiers proches du fief de Amal endurent des exactions des voyous du parti de l"espoir" "notamment a hadath , ain el remmaneh et bien d'autres .

Ado

Il n y'a que le carbone 14 qui pourra servir un jour d' unité de mesure pour la datation de nos dirigeants

LIANE ZIAD

Seuls les parents du jeune homme s'en souviendront d'ici moins qu'une semaine .. Ces crimes sont devenus si habituels qu'on se révolte pour pas plus que 48 heures et on oublie après pour se pencher vers un nouveau drame .. C'est vraiment affreux .. Je me demande parfois s'il faudrait avoir recours à ses propres moyens pour se défendre en face de ces " bien plus pire que terroristes" ? Doit on se munir de nos armes lors de nos déplacements . Doit on apprendre à nos enfants comment manipuler les armes ? Je suis conscient que ce que je me demande parait bizarre , mais les bonnes moeurs ne permettront pas à nos enfants de faire face à leurs bourreaux ..
D'autre part , si ces 2 jeunes hommes avaient rencontré une seule voiture de police sur leur trajet entre Jal El Dib et la Quarantaine , Roy aurait été aujourd'hui là où il devait l'être à l'université avec ses amis ..Est-ce-si demandé de garder une surveillance en permanence assurée par 2 gendarmes dans leur voiture de police , sur les principaux axes routiers , à raison de 4 à 5 km de distance ? Ces gendarmes serviront beaucoup plus leur pays que d'asssurer en groupes de dizaines , la protection de certains politiciens ou diplomatiques , qui si on croise en chemin , nous ne les connaissons même pas ..
C'est dommage pour Roy ...... Qui sera le suivant ?

Antoine Sabbagha

Dans un pays ou le crime reste impuni , Roy est mort en martyr et le tueur membre du mouvement Amal sortira en catimini et sans jugement .

carlos achkar

Le peuple souffre et meurt dans le FAR WEST Libanais et pendant ce temps, nos hommes politiques se battent entre eux pour se partager les parts du gâteau pour rester au pouvoir et continuer à se remplir les poches.
Le Liban ne sera jamais une nation même pas une jungle.

Bustros Mitri

Lamentable, Lamentable...
Tragique et criminel !
Quelle perte gratuite, quel gâchis...

Irene Said

Pendant que nos IRRESPONSABLES-INAMOVIBLES continuent de se gratter un jour l'oreille gauche, l'autre l'oreille droite pour trouver un nouveau prétexte pour empêcher l'élaboration d'une loi électorale qui ne soit pas taillée à leur mesure personnelle, notre pays s'enfonce chaque jour un peu plus dans le chaos.
Un jeune homme au parcours brillant et prometteur a perdu la vie pour une raison futile et typiquement libanaise face à un récidiviste criminel appartenant au très respecté et discipliné mouvement AMAL !

Messieurs nos "RESPONSABLES",
Monsieur Nabih BERRY, chef du mouvement AMAL,
avez-vous complètement oublié ce que diriger un pays signifie ?
Irène Saïd

yves kerlidou

Crime Aussi odieux que ceux perpétrés en Europe par les islamistes Mais peut on attendre mieux dans un état en déliquescence ou le mauvais exemple vient de ceux qui sont chargé de protéger leurs citoyens

Remy Martin

Et en vertu de quel principe ces bagnoles aux vitres teintes (illegalement) continuent de circuler impunement et ouvertement, sans la moindre inquietude, sous les yeux de flics trop occupes par leur portables ??? Intouchables en vertu de l'appartenance a un parti quelconque ? Franchement, il est beau notre nombril de l'univers ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES TRES REGRETTABLE LA DECADENCE GENERALE DES CROYANCES ET DES MOEURS DANS LA JUNGLE LIBANAISE...

TYAN Georges

Un seul remède: élevez les potences.

Ado

Tant qu'il y aura des armes
Il y ´ aura encore des larmes

Marionet

Quel drame! Et comment a-t-on pu laisser un récidiviste dans la nature, sans surveillance? S'il avait déjà commis des meurtres, comment a-t-il été libéré pour sévir à nouveau?

NAUFAL SORAYA

M.H.A.??? Pourquoi le protège-t-on?????

Saliba Nouhad

Révoltant, abject, diabolique, même dans le règne animal, les fauves ne s'entretuent pas de manière aussi gratuite!
Le cri du cœur de Joumama Nasr résume bien l'énormité de cette plaie sociale qui décime la jeunesse, en y ajoutant l'hécatombe sur les routes, et qui perdure depuis la soit-disant fin de la guerre civile au Liban, qui, en fait, s'est terminée en queue de poisson, sans aucune prise de conscience nationale sur l'immensité du drame humain qu'elle avait créé, ni le pourquoi, ni tirer les leçons pour recréer une nation respectueuse de ses citoyens.
Au contraire, les acteurs mêmes de ces massacres se sont pardonnés mutuellement
décidés de tourner la page, revenir à leurs leaderships respectifs, continuer de se partager les magouilles nationales, dans un mépris scandaleux de la prochaine génération qui fut sacrifiée, avec des criminals potentiels à tous les coins de rue.
Résultat: ces drames atroces qu'on rapporte régulièrement.
Encore pire dans cette histoire: un criminel notoire en liberté, fort de l'appui de sa secte et son chef indéboulonnable, un Godfather qu'il ne faut pas critiquer ni contrarier, qui va se scandaliser pour la forme, le malabar retourne au cachot quelque temps, le procès retardé, la justice muselée et on le retrouvera de nouveau dans les rues une ou deux années après alors que tout le monde a oublié ce drame.
Et malheureusement, ça ne va aller que de mal en pis: je ne regrette pas d'avoir pris mes enfants hors de cette jungle!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!