Etyen

Génération Orient II : #7 Samer Étienne Chami, dit Etyen, musicien, 28 ans

27/05/2017

Samer Étienne Chami est un artiste fréquentable. Il donne de la vie à la vie, de la substance aux machines, du sens à la musique, et mène sa barque avec talent et détermination, en concentrant son talent là où il est nécessaire : dans ses morceaux et ses performances scéniques.

Au chapitre 2 du manuel de psychologie pour les nuls, il est question des personnalités giver versus les personnalités taker. Il vaut évidemment mieux fréquenter les premières, car ce sont celles qui vous rendront la vie plus belle. Le giver en question est Samer Etyen Chami, 27 ans au compteur, 28 en octobre pour être précis. Et quand Samer déroule sa pourtant courte vie, l'impression qui s'en dégage est qu'il en a déjà vécu plusieurs, à force de réalisations, de rencontres, d'activités. Son discours est précis, quasi à la minute, rythmé par des fous rires, enrichi de mouvements de bras et remixé par d'incessants tremblements de jambes. Ses yeux rieurs et intelligents sont sans cesse en mouvement, ils éclairent un visage éternellement barré d'un sourire communicatif. En 2017, c'est presque un crime de lèse-majesté de montrer son bonheur comme ça. Le bonheur de Samer Chami ne vient pas du nombre de fans de sa page Facebook ou des likes de ses posts Instagram. Non : ce bonheur vient du fait qu'il s'épanouit dans son activité artistique, qu'il fait ce qu'il aime et que les horizons professionnels s'ouvrent devant lui, et parce que c'est normal pour quelqu'un de talentueux et travailleur.

 

 

 



Sa base musicale, Samer Chami en a hérité de sa famille, notamment paternelle, où tout le monde joue d'un instrument. Inscrit au conservatoire de piano à 7 ans, son obsession pour la guitare prend le dessus à 12 ans : il décide d'apprendre tout seul sur une guitare électrique offerte par son oncle. Ce même oncle qui, vivant cette passion par procuration, lui offrira à chaque occasion un nouvel exemplaire, construisant ainsi une collection de plus de 16 guitares électriques.



Yellow Submarine
Artiste en herbe, Samer Chami n'en reste pas moins un ado, et il profite de ses talents de gratteur pour devenir le James Blunt de l'IC, et donc amadouer ses copines de classe à coups de Yellow submarine, de compositions personnelles ou de participations remarquées aux spectacles montés pendant sa scolarité. Son appétit d'activités musicales continuera pendant ses études en ingénierie civile à l'AUB : il y participe à tous les groupes de sa génération, dans l'unique objectif de jouer d'un instrument et de partager le plaisir de jouer ensemble. Fruit d'une évolution normale, Samer finit par enregistrer ses propres morceaux, à la maison, à l'aide d'un logiciel qui va lui changer la vie.

 

 

 


Toujours aussi curieux, toujours avide de découvertes, c'est vers les machines que son cerveau se tourne, et la découverte de la technique marque à la fois un tournant et un tremplin. À peine ses études terminées, il s'envole pour Londres et les études de sound design à Point Blank. Là-bas, chouchou de la plupart des professeurs et à force de travail et de motivation, il finit par être invité dans le studio de Max Heyes, et par réaliser des ghost remix. La Roux et Primal Scream ont donc des remix réalisés par Samer Chami, mais signés par quelqu'un d'autre : c'est une reconnaissance du milieu et la preuve que la voie qu'il a choisie est la bonne.

À la fin de ses études en 2013, il est obligé de rentrer à Beyrouth et se lance dans l'écriture, montrant une créativité débordante. Il commence à sortir des disques, plusieurs EP, et bénéficie du soutien des acteurs majeurs de la scène musicale libanaise : Red Bull et son toujours avisé manager marketing et culture, Sam Wahab, ainsi que le Grand Factory de Jad Souhaid, où Etyen se produit souvent, y étant reçu comme à la maison.

 

 


Son album sorti en 2016, Out of Love, est un préliminaire à de futures et nombreuses sorties, puisque depuis son retour, il a produit pas moins de 200 morceaux. Son style particulier, sa maîtrise et son talent commencent à se développer à l'étranger. Sonar, à Barcelone, est un des festivals les plus importants au monde. Etyen y participera en juin. Comme le prédisait Sam Wahab, « avec Samer, ce n'est pas tant une question de si mais plutôt de quand ». Ce sera 2017.

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué