Liban

« Lebanese and Safe » : des produits agricoles frais et propres sur le marché libanais

Santé
19/05/2017

Un nouveau projet permettant aux consommateurs d'avoir accès à des produits agricoles frais et sains provenant directement de chez l'agriculteur a finalement vu le jour après huit mois de travail et de préparatifs. Un seul nom à l'origine de ce projet, Antoine Hoyek, président de l'Association des agriculteurs libanais. Le projet est baptisé Lebanese and Safe. Cette nouvelle étiquette est synonyme de produits irrigués par une eau propre, exempte de produits chimiques et respectant les normes fixées et adoptées dans les pays développés.
C'est à la suite d'une dizaine de tests en laboratoire effectués sur des échantillons de plusieurs terrains agricoles et de plusieurs points et cours d'eau que le rêve de M. Hoyek s'est enfin concrétisé. Une fois que les résultats des tests concernant le dépôt des pesticides agricoles et des produits toxiques s'est avéré conforme aux normes sanitaires prérequises, les produits agricoles sont retenus et peuvent bénéficier du label Lebanese and Safe avec un certificat de garantie décerné par la compagnie mondiale TÜV NORD. « L'agriculteur qui fait partie de notre projet doit se plier à certaines exigences très strictes : l'eau utilisée pour le lavage des produits agricoles doit être potable et celle utilisée pour l'irrigation doit être au moins propre », explique M. Hoyek. « Des échantillons de l'eau utilisée, des fruits et légumes sont testés en permanence par la branche libanaise de TÜV NORD, une entreprise spécialisée dans le contrôle de leur qualité et qui peut donc refuser tout produit non conforme aux normes prédéterminées », explique-t-il. « L'agriculteur doit par ailleurs respecter un calendrier précis concernant la pulvérisation des pesticides et ne peut utiliser un produit non autorisé car il peut être nocif pour le consommateur », continue-t-il.

Encouragement
L'ingénieur agronome originaire de Bdadoun explique à L'Orient-Le Jour que le projet est toujours à ses débuts et que sur 25 agriculteurs retenus initialement, il ne reste que sept qui se sont conformés aux différentes conditions précitées. « Le grand problème réside au niveau des herbes aromatiques, comme le persil, la menthe, le radis, la coriandre, etc., présentes sur le marché libanais. Elles sont non seulement sales mais présentent une teneur alarmante de produits toxiques car elles sont en grande partie irriguées et, une fois cueillies, lavées par une eau contaminée par les eaux usées », reprend l'activiste. Un nouveau projet a vu le jour pour contourner ce problème : un centre de lavage des fruits et légumes dans lequel l'eau sera testée périodiquement. « Beaucoup d'agriculteurs ne peuvent pas respecter les conditions strictes imposées par Lebanese and Safe car ils préfèrent utiliser des pesticides moins chers afin que le prix de vente de leurs produits reste concurrentiel avec celui des produits étrangers, notamment syriens, envahissant le marché interne », explique Antoine Hoyek.
« L'État est quasi absent et ne subventionne que rarement, pour ne pas dire jamais, l'agriculteur qui est délaissé sans aucun contrôle ou réglementation gouvernementale du secteur agricole capable de protéger nos produits locaux », dit-il. « Une fois les agriculteurs soutenus et leurs droits protégés, ils n'auront plus besoin de se tourner vers des produits nocifs ou des méthodes dangereuses pour leur santé », déclare-t-il. « Nous comptons sur l'encouragement des consommateurs informés, qui rêvaient d'avoir sur le marché des produits de qualité et qui ont pour priorité la santé de leur famille, pour faire réussir ce projet à long terme. Sans eux, le projet tomberait à l'eau d'ici à une dizaine de jours », conclut M. Hoyek.
Les produits Lebanese and Safe sont disponibles au marché aux fleurs face au Forum de Beyrouth, rue d'Arménie, à partir de 10h00. Pour entrer en contact avec M. Hoyek ou pour placer les commandes, on peut consulter la page du projet sur Facebook : https://www.facebook.com/Lebaneseandsafe/.

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le timing de la bataille du jurd tributaire de la possibilité de négociations

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’ère du mercato

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.