X

Liban

Le Liban tisse sa toile pour former des spécialistes du Big Data

Technologie

Une entreprise libanaise propose un programme de formation à la science des données, hébergé par l'Université américaine de science et de technologie (AUST).

18/05/2017

À l'image de la « Beit Beirut » de Sodeco Square, le Liban change plus vite qu'on ne le croit. À deux pas de la « Maison jaune », Walid Semaan, représentant de l'entreprise « Matrix Training Research and Consulting », présente le programme lancé par celle-ci il y a maintenant plus d'un an. « Nous sommes spécialisés dans l'analyse de données, avec des programmes informatiques permettant d'utiliser les données automatiquement, dit-il. Nous avons pu lancer ce programme étant donné que nous sommes aussi spécialisés dans tout ce qui est formation au niveau statistiques, ainsi que de la prospection de données, etc. ».

Langue du business oblige, la plupart des concepts enseignés sont présentés dans la langue de Shakespeare par Walid Semaan. La formation proposée prend d'ailleurs la forme finale d'un diplôme baptisé « Data Science and Big Data Diploma ». Le programme est hébergé par l'Université américaine de science et de technologie (AUST).

Face aux nouveaux besoins du marché liés aux transformations technologiques, même les professionnels ont besoin d'une spécialisation. Voilà pourquoi le programme « est adressé aux post-graduates, donc des gens qui travaillent déjà avec au moins deux ou trois ans d'expérience », précise Walid Semaan. Pour l'instant, 25 étudiants ont profité des cours dispensés sur le campus de l'AUST. Leurs profils varient entre professionnels du scolaire, du privé et du secteur bancaire principalement.

 

(Pour mémoire : Séminaire international sur les Big Data et la cybersécurité au Liban)

 

Par et pour les professionnels
Le contenu de l'instruction s'organise sur « 316 heures étalées sur 11 mois », précise la brochure disponible sur le site internet de Matrix. Le programme est découpé en quatre grandes catégories : « La partie majeure, c'est tout ce qui concerne l'analyse de données, la seconde porte sur l'informatique décisionnelle, c'est-à-dire le stockage et l'importation des données, expose Walid Semaan. Une autre partie est en relation avec le Big Data et internet, et une dernière petite partie concerne les modules sur les méthodologies de recherche et la gestion des projets. L'objectif est de faire comprendre aux étudiants que ce n'est pas qu'une affaire de technologie ou de statistiques, mais aussi une question d'application des données et de gestion. »
Les professeurs ne sont pas des académiciens mais « des gens de métier », insiste-t-il par ailleurs. Cet aspect pratique et concret de la formation se vérifie par le contenu même des cours essentiellement basés sur des ateliers de travail et des cas pratiques en laboratoire.

Le diplôme reçu par l'étudiant à l'issue de ces onze mois n'est pas de la moindre importance car il est délivré en parallèle d'un certificat de SAS Institute, l'organisme américain qui est le leader mondial en matière d'analyse de données. Au sein du campus de l'université, Walid Semaan rappelle même que l'on trouve « un laboratoire de SAS, unique au Liban, où les étudiants ont la possibilité de mettre en œuvre ce qu'ils apprennent au sein même de l'université ».
Le Big Data est un terme apparu dès la fin des années 1990, mais surtout utilisé à partir des années 2010 pour qualifier la dernière étape de la troisième révolution industrielle, celle de l'information et du numérique. Pour cette raison d'actualisation constante et de l'évolution continue des technologies, « le cours de gestion des données et de Big Data évoluent chaque année », relance Walid Semaan.

 

Lire aussi

Le marketing politique : au service de la démocratie ou de la démagogie ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué