Rechercher
Rechercher

Liban

Lakhdar Brahimi à « L’OLJ » : La communauté internationale n’appuie pas suffisamment le Liban

Face à la pauvreté et au lourd fardeau que porte le Liban, la communauté internationale pourra-t-elle mieux faire pour venir en aide au pays du Cèdre qui subit le poids des réfugiés syriens ? Les « Anciens ou Sages universels », plus connus sous le nom de « The Elders », viendront-ils au Liban pour évaluer la situation de visu afin de livrer leurs impressions et idées en haut lieu ?
« Nous sommes conscients des sacrifices faits par le peuple libanais. À chacune de mes rencontres pour discuter de la Syrie, je mentionnais le Liban qui compte quatre millions d'habitants avec 2 millions de réfugiés syriens », indique à L'Orient-Le Jour Lakhdar Brahimi qui s'est exprimé lors d'une conférence de presse tenue hier par « les Anciens ou Sages universels », au Palais de Verre, pour discuter du multilatéralisme, en présence de Gro Harlem Brundtland, ancienne Première ministre de Norvège, et de Mary Robinson, ancienne présidente de l'Irlande et ancienne haute-commissaire des Nations unies aux Droits de l'homme.
« Nous avons beaucoup d'admiration et de respect pour le Liban, souligne le diplomate algérien. Nous regrettons toutefois que la communauté internationale ne l'appuie pas autant qu'il le mérite. Je ne suis pas sûr qu'il faille nous rendre sur place pour mieux évaluer la situation. Si besoin est, certains d'entre nous seraient heureux d'y aller pour une visite d'évaluation. Mais je sais que la situation au Liban est une affaire très connue, le pays s'est engagé plus que d'autres pour ses réfugiés syriens. Le meilleur est d'attendre la fin de la guerre en Syrie », estime M. Brahimi, expert en résolution postconflit. Il convient de rappeler que Lakhdar Brahimi a été pour le compte de la Ligue arabe l'artisan de l'accord de Taëf, qui a mis fin à la guerre civile libanaise.
Avec la « désescalade » de la réunion d'Astana, verra-t-on la fin de la guerre en Syrie ? « Pas tout de suite. Tout ce qui se passe est positif. Mais toutes les étoiles ne sont pas encore alignées », répond avec scepticisme cet ancien médiateur international de l'ONU dans le cadre du conflit syrien.

« The Elders »
« Les Anciens ou Sages universels » est une organisation non gouvernementale regroupant des personnalités publiques reconnues comme hommes d'État, ayant eu une activité politique pour la paix et ayant été des avocats des droits de l'homme, rassemblés par Nelson Mandela en 2007. L'objectif du groupe est de résoudre des crises internationales en se basant sur « près de 1 000 ans d'expérience collective » pour travailler sur des solutions à des problèmes qui semblent insurmontables, comme le réchauffement climatique, le sida, la pauvreté. Ils visent aussi à « utiliser leur indépendance politique pour aider à résoudre certains des conflits les plus insolubles du monde ».
Les membres actuels sont :
Martti Ahtisaari, ancien président de la Finlande, prix Nobel de la paix ; Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies, prix Nobel de la paix ; Ela Bjatt, fondatrice de la Self-Employed Women's Association (SEWA) ; Lakhdar Brahimi, ancien homme politique
algérien et représentant de la Ligue arabe et de l'ONU ; Gro Harlem Brundtland, ancienne Première ministre de Norvège ; Fernando Hendrique Cardoso, ancien président du Brésil ; Jimmy Carter, ancien président des États-Unis, prix Nobel de la paix ; Graça Machel, ancienne ministre de l'Éducation et de la Culture du Mozambique, veuve du président mozambicain Samora Machel et troisième épouse de Nelson Mandela ; Mary Robinson, ancienne haute-commissaire des Nations unies aux Droits de l'homme ; et Desmond Tutu, ancien évêque de la ville du Cap, ancien président de la Commission de vérité et de réconciliation, prix Nobel de la paix.

Face à la pauvreté et au lourd fardeau que porte le Liban, la communauté internationale pourra-t-elle mieux faire pour venir en aide au pays du Cèdre qui subit le poids des réfugiés syriens ? Les « Anciens ou Sages universels », plus connus sous le nom de « The Elders », viendront-ils au Liban pour évaluer la situation de visu afin de livrer leurs impressions et idées en haut lieu...
commentaires (1)

ah les belles paroles ! Mr Ibrahimi a tout a fait raison : Pourquoi faire les vsites au Liban des « Anciens ou Sages universels »ou d'autres " bienfaiteurs"? la chose est tres bien connue .Les refugies syriens-tout comme les palestiniens de 1948- vont payer pour leurs maitres nationaux ET pour les grands de ce monde: rester ou ils sont - en tout cas le temps de voir quand-comment les choses evolueront en syrie, 1 an, 10, ou 50 ?

Gaby SIOUFI

10 h 20, le 11 mai 2017

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • ah les belles paroles ! Mr Ibrahimi a tout a fait raison : Pourquoi faire les vsites au Liban des « Anciens ou Sages universels »ou d'autres " bienfaiteurs"? la chose est tres bien connue .Les refugies syriens-tout comme les palestiniens de 1948- vont payer pour leurs maitres nationaux ET pour les grands de ce monde: rester ou ils sont - en tout cas le temps de voir quand-comment les choses evolueront en syrie, 1 an, 10, ou 50 ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 20, le 11 mai 2017

Retour en haut