X

Moyen Orient et Monde

La « chiitophobie » au Maroc : entre réalités et fantasmes

Éclairage

La communauté est visée par les partis islamistes sur fond de tensions avec l'Iran.

12/04/2017

Rabat, le 20 avril 2016: des membres du MUR, l'aile idéologique du parti islamiste PJD, animent une conférence. Pour l'un des leaders, Mhamed Hilali, le Maroc fait face à une « invasion sectaire ». Sa cible : une fondation culturelle chiite fondée quelques jours auparavant à Tanger, « al-Khat al-Rissali » (en français, la ligne du Messager). Deux semaines plus tard, les activités de l'institution sont interdites par l'administration de la ville, « faute d'autorisation ». Une interdiction presque attendue par les chiites marocains. Pour ces citoyens tantôt craints, tantôt sous-évalués, le coming-out est quasi impossible.

Déjà en 2009, un rapport du département d'État américain sur la liberté religieuse soulignait qu'il existe entre 3 000 et 8 000 chiites dans le royaume, répartis dans les villes du nord (Tanger, Tétouan...), mais aussi à Casablanca et Rabat. Une estimation imprécise car « il est impossible de connaître leur nombre réel », précise Mohammad Guenfoudi, sociologue spécialiste des mouvements islamistes au Maroc. Pour cause, l'absence de recensement religieux, mais surtout une pratique du secret, la « taqiya ». Cette méthode, héritée du VIIIe siècle, consiste à dissimuler sa religion en cas de contrainte. Par ce procédé, beaucoup de chiites et de convertis choisissent de ne pas afficher leur appartenance religieuse par crainte de poursuite. Le Maroc, promoteur invétéré d'un islam du « juste milieu », s'est toujours fait le porte-voix de la tolérance religieuse dans le monde arabe. Pourtant, si la Constitution de 2011 garantit le libre exercice des cultes, il est encore impossible à un Marocain de quitter l'islam sunnite, qui reste la religion d'État. L'apostasie constitue un crime, passible de la peine de mort et les chiites du royaume ne dérogent pas à la règle.

Aux origines de cette peur, la révolution iranienne. En 1979, alors que l'Iran bascule dans la république islamique, Khomeyni instaure le velayet-e-faqih et annonce l'exportation de la révolution. Déclaré apostat en 1982 par les ulémas de Casablanca, l'ayatollah devient l'ennemi de la couronne marocaine. En 2009, le roi Mohammad VI dénonce l'ingérence de Téhéran dans ses affaires religieuses et rompt ses relations avec l'Iran. Rétablies début 2017, les liens diplomatiques entre les deux pays restent fragiles. La guerre en Syrie, l'implication du Maroc dans la coalition arabe au Yémen participent à la crispation des relations. « La discussion autour de la question chiite revient sur le devant de la scène à chaque événement international, car c'est là que les voix chiites s'élèvent », confie un journaliste marocain spécialiste des mouvements islamistes, Imad Stitou.

 

(Lire aussi : « À Oued Zem, ma conversion au chiisme a surtout suscité de la curiosité »)

 

Guerre de l'information
Les partis islamistes ont profité de ces craintes, qu'elles soient politiques ou diplomatiques. Omnipotents sur la scène médiatique marocaine, ils ont fait de la lutte anti-chiite leur cheval de bataille. En 2013, un député du PJD déclare que les Marocains chiites sont au nombre de 30 000 et qu'ils représentent un danger imminent pour la stabilité religieuse du Maroc. L'année dernière, le centre marocain des études et des recherches contemporaines, proche du mouvement Unicité et Réforme (matrice idéologique du PJD), sortait un nouveau rapport sur la situation religieuse entre 2013 et 2015. Selon ses dirigeants, dont le vice-président du MUR, Mhamed Hilali, la minorité obéirait à l'agenda iranien. Sur les réseaux sociaux, la campagne s'intensifie. Dans ses prêches, le cheikh marocain Abdellah Nahari appelle à la promulgation d'une loi pénalisant le « prosélytisme » chiite. « Le gouvernement doit interdire, sur le plan national, la chiitisation en terre sunnite, afin d'éviter à notre pays ce qui arrive à d'autres pays comme la Syrie, l'Irak et le Yémen », déclare-t-il dans une vidéo diffusée en mars 2016.

La menace de prosélytisme est agitée à chaque intervention politique et contribue à créer un « climat d'intolérance et de phobie dans la société », dénonce Imad Stitou.
Interrogé par L'Orient-Le Jour, Driss Hani, surnommé le « Hojatoleslam » (clerc chiite) marocain dénonce une campagne de terreur de la mouvance salafiste : « Jusqu'au début des années 1980, aucun problème ne se posait, et puis la vague wahhabite est arrivée et a commencé à miner les débats politiques », explique-t-il.

Face au climat de « chiitophobie », les citoyens marocains chiites sont partagés : entre la volonté de se rassembler sans « faire trop de bruit » et leur loyauté au royaume. Installée en avril 2016 à Tanger, la fondation « al-Khat al-Rissali » se voulait un refuge pour la communauté chiite. Mais suite aux pressions des autorités, ses portes se sont fermées quelques semaines plus tard. Aujourd'hui, elle n'existe « que par les commentaires de ses membres sur Facebook », commente Imad Stitou. Un de ses militants, Issam Housayni, déclare vouloir « poursuivre la lutte » et bannir la discrimination, mais la campagne menée par les salafistes freine toute initiative. Driss Hani y constate une certaine paranoïa : « Les chiites marocains représentent un groupuscule dispersé et non organisé, mais ils continuent à nourrir les fantasmes. » À l'image de la fondation « al-Khat al-Rissali », les tentatives d'organisation de la communauté chiite sont donc condamnées à l'échec. Les chiites vivants à l'étranger jouent alors le rôle de relais. Plus actifs et dynamiques, ils participent à des conférences, pratiquent leurs rites à l'étranger (visite des tombes d'imams en Irak et en Iran, Achoura) et participent au « renouveau de la communauté chiite marocaine », souligne le chercheur Mohammad Guenfoudi.

 

Lire aussi

Un nouveau Premier ministre au Maroc après cinq mois de blocage

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

toujours des attaques contre les chiites, rien à faire les sunnites sont incorrigibles

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SE DEMANDE-T-ON POURQUOI LES CHIITES ARABES SONT D,OBEDIENCE IRANIENNE ? LEUR CONSIDERATION DE CITOYENS DE SECONDE CLASSE ET DE NON MUSULMANS PAR LES SUNNITES EN SONT LA CAUSE !

ACQUIS À QUI

Plus on se rapproche des usurpateurs de la Palestine usurpée et plus on est atteint de chiitophobie .

Même si on est musulman sunnite d'obédience wahabito salafiste voir surtout quand on est de cette tendance là.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Relations libano-syriennes : des changements en douce sans polémique gouvernementale

Commentaire de Anthony SAMRANI

Arabes-Israël : une liaison dangereuse

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué