X

Liban

Fabienne Blineau, le dynamisme au service des Français du Liban et de Syrie

Liban-France
C. Z. | OLJ
01/04/2017

Elle se dévoue sans compter, comme dirait la devise scoute. Elle sillonne les rues aux quatre coins du Liban, et étend même son dynamisme aux grandes agglomérations syriennes au service de ses compatriotes français. « Elle », c'est Fabienne Blineau, conseillère consulaire française. Elle porte plusieurs « casquettes » pour pousser son ardeur, sa fougue et son dynamisme jusqu'à leurs derniers retranchements. Elle est conseillère élue à l'Assemblée des Français de l'étranger (AFE) pour la zone Asie centrale et Moyen-Orient, conseillère consulaire pour la région Liban-Syrie, suppléante du député Alain Marsaud et déléguée Les Républicains Liban-Syrie. Tout un programme...
En sa qualité de conseillère à l'AFE, elle assume la lourde, et ingrate, charge de gérer les intérêts et les problèmes de la vie quotidienne des Français du Liban et de Syrie pour tout ce qui touche, plus particulièrement, aux bourses scolaires, à l'assurance médicale, à l'aide sociale etc. Elle se rend souvent dans ce cadre à Damas et dans d'autres grandes villes syriennes afin d'être aux côtés de ses compatriotes, même si elle doit subir à cette fin toutes les déconvenues d'un pays en guerre, telles que celles que le Liban a connues en 1975-76 ou en 1982, à titre d'exemple (coupures d'électricité et d'eau ; déplacements risqués, etc.). Mais qu'importe, pour elle, de telles déconvenues s'estompent en un éclair lorsqu'elle réalise que sa présence apporte un grand réconfort et un soutien moral à ses concitoyens pris au piège de la violence démentielle et des combats internes.
Fabienne Blineau a participé récemment à Paris à la 26e session de l'Assemblée des Français de l'étranger. Au cours de cette rencontre, elle a été invitée par Les Républicains Sciences Po à donner une conférence sur son rôle de conseillère consulaire auprès des Français en Syrie et les conséquences de l'embargo sur les Français en Syrie. Elle a pu rencontrer, d'autre part, le candidat de la droite à la présidence de la République française François Fillon « qui adresse un grand message d'amitié au Liban, pays qu'il connaît bien, ami de la France ». « Il m'a chargée de sa campagne, souligne Mme Blineau. Il sait pouvoir compter sur nous. »
L'Assemblée des Français de l'étranger regroupe 90 conseillers élus, représentant les différents pays accueillant des communautés françaises. « Les Français de l'étranger (au nombre de 2,5 millions dans le monde, dont 1 million d'électeurs) élisent 443 conseillers consulaires (au Liban, ils sont au nombre de 5), lesquels élisent à leur tour 90 conseillers des Français de l'étranger, indique Fabienne Blineau. Leur fonction est de s'occuper des problèmes de la vie quotidienne de leurs compatriotes. D'une manière générale, ces 90 conseillers œuvrent avec les députés et sénateurs de leur groupe politique à Paris (aussi bien de droite que de gauche, suivant le cas) pour faire aboutir leurs requêtes concernant la situation des Français de l'étranger. » Ils représentent ainsi en quelque sorte un relais politique avec les députés et sénateurs. Deux groupes politiques principaux se partagent l'Assemblée des Français de l'étranger, relève Mme Blineau : le groupe socialiste ; et le groupe ADCI (Alliance de droite, du centre et des indépendants), dont Fabienne Blineau est la vice-présidente.
Chaque conseiller consulaire (dont le mandat est de six ans) est élu par un groupe de pays. Celui du Liban est également en charge de la Syrie et il est donc élu par les Français du Liban et de Syrie. « Quant aux conseillers des Français de l'étranger, ils représentent une zone », précise Fabienne Blineau. Le Liban, à titre d'exemple, fait partie de la zone Asie centrale et Moyen-Orient. Cette zone est actuellement représentée par quatre élus : Fabienne Blineau ; Jean-Louis Mainguy ; Laurent Rigaud et Gérard Dahan.
Notons que les Français de l'étranger voteront pour l'élection présidentielle à l'urne les 23 avril et le 7 mai prochains et pour les élections législatives les 4 et 18 juin 2017.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué