Liban

Électricité : Hasbani souligne que le plan en trois phases a été modifié de manière à le rendre plus clair

Infrastructures

Oghassabian estime que le plan dans sa forme définitive constitue une « garantie ».

OLJ
30/03/2017

Le vice-président du Conseil des ministres et ministre de la Santé Ghassan Hasbani a déclaré hier, dans un entretien accordé au site internet Arab Economic News, que le plan stratégique concernant le réseau électrique et dont le principe a été validé mardi en Conseil des ministres comprenait certaines zones d'ombre, ce qui a poussé les ministres à en débattre plus longuement.
Dans les détails, M. Hasbani a affirmé que « la manière dont l'achat du courant devait avoir lieu n'était pas claire, ce qui a laissé croire que la primauté avait été donnée au monopole ». « C'est pour cela que les ministres ont ensuite débattu de la manière dont il fallait procéder, en imposant notamment des modifications sur la façon dont les cahiers des charges devront être préparés, et dans la façon dont les appels d'offres devront être faits pour les trois phases principales, a souligné M. Hasbani. Celles-ci se présentent comme suit : d'abord, la location de deux navires (...) pour une période de 3 à 5 ans, jusqu'à ce que les nouvelles centrales électriques soient construites. Dans ce contexte, nous avons proposé de ne pas proroger le contrat de la compagnie turque Karadeniz et de permettre à de nouvelles compagnies d'obtenir ce marché. Ensuite, nous allons procéder à la construction de nouvelles usines, et pour cela, nous avons d'ores et déjà choisi un consultant pour mettre en place un cahier des charges et organiser l'appel d'offres propre à cette étape. Les compagnies qui investiront pourront ainsi construire les usines et produire de l'électricité, ensuite l'État leur achètera cette énergie ainsi produite. »
Enfin, concernant l'énergie solaire ou encore ce qui est connu sous l'appellation d'usine photovoltaïque, le ministre de l'Énergie avait proposé de signer avec un bouquet de compagnies internationales, « mais nous avons proposé de lancer un appel d'offres et quelque 170 compagnies sont actuellement intéressées par cette opportunité ». Interrogé par ailleurs sur la manière dont ce plan va être financé, le ministre a indiqué que le gouvernement veut éviter des dépenses supplémentaires à l'État, « c'est pourquoi le coût de location des navires sera supporté par la compagnie qui va opérer et produire l'électricité ». Ces navires devront être opérationnels au plus tard en juin. Quant au financement des étapes ultérieures, il sera étudié en temps voulu par le Conseil des ministres.
Le ministre d'État aux Droits de la femme Jean Oghassabian a pour sa part souligné que l'électricité gaspille une grande part du budget de l'État, « à peu près le tiers de la dette publique, ce qui influe négativement sur l'économie du pays ». « C'est pourquoi le plan en trois phases validé par le gouvernement constitue une bonne alternative, notamment après les remarques et modifications qui y ont été apposées. » Ce plan constitue désormais une « garantie », a-t-il noté.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

GASPILLAGE D,ARGENT TOUT COMME IL EN FUT AVEC LES BARGES TURQUES DANSEUSES DE VENTRE OU 1,2 MILLIARDS DE DOLLARS FURENT GASPILLES. ICI ON PARLE DE PRESQUE 5 MILLARDS DE DOLLARS... PRIVATISATION MAINTENANT !

Yves Prevost

Selon ce plan, la quantité d’électricité produite devrait augmenter, mais le problème financier demeure.
Le problème des factures impayées et des zones desservies gratuitement (ce qu'une société privée ne saurait tolérer) ne semble pas avoir été abordé. Faute de traiter ce problème, l'EDL demeurera pour l'Etat un gouffre financier.

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

D’un automne à l’autre

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants