X

Économie

Racheté par Amazon, Souq.com réalise le plus grand « exit » technologique arabe depuis 2009

Économie numérique
OLJ
29/03/2017

Amazon, le géant américain des ventes sur internet, va acquérir Souq.com, le numéro 1 du commerce électronique dans la zone MENA, ont annoncé hier les deux compagnies. Le montant de la transaction n'a pas été immédiatement divulgué, mais la compétition a semble-t-il été féroce pour l'acquisition de Souq.com. Amazon a coiffé Emaar Malls, filiale du géant de l'immobilier de Dubaï, qui offrait 800 millions de dollars.

Le groupe américain s'était retiré plus tôt cette année de négociations avec Souq.com, avant de revenir avec une nouvelle offre de l'ordre de 650 millions de dollars avant celle d'Emaar Malls. Le contrat sera finalisé cette année, « sous réserve des conditions de clôture » de la transaction, selon le communiqué publié par les deux groupes sans autre précision.

Fondé en 2005 à Dubaï, Souq.com affirme compter plus de 45 millions de visites par mois dans la zone MENA, notamment aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite et en Égypte. Il propose à ses clients plus de 8,4 millions de produits, selon son site internet. Il a été créé comme un site d'enchères avant de se lancer dans le commerce en ligne généraliste.

L'accord avec Amazon est « une étape cruciale dans la croissance de notre présence (...) dans toute la région », s'est félicité son PDG et cofondateur, le Syrien Ronaldo Mouchawar. « En devenant membre de la famille Amazon, nous serons en mesure d'élargir considérablement nos capacités de livraison et de sélection des clients beaucoup plus rapidement. »

Un vice-président du géant américain, Russ Grandinetti, a déclaré pour sa part qu'Amazon et Souq.com partageaient « le même ADN ». « Nous sommes tous deux pilotés par les clients, l'invention et la pensée à long terme. »

 

« Historique »
En février 2016, Souq.com avait annoncé avoir levé 275 millions de dollars auprès d'investisseurs internationaux pour financer son expansion. La compagnie avait alors été évaluée à un milliard de dollars. M. Mouchawar avait indiqué à cette occasion que le commerce en ligne au Moyen-Orient était en « très forte croissance » et devrait atteindre 20 milliards de dollars en 2016. Il a dit hier à la chaîne al-Arabiya qu'il serait maintenu à la tête de
Souq.com.

Parmi les investisseurs dans Souq.com figurent Standard Chartered Private Equity et International Finance Corporation, membre du Groupe de la Banque mondiale.
« C'est historique », a commenté Samih Toukan, le chef de Jabbar Internet Group, un des premiers investisseurs dans Souq.com. Il a qualifié sur Twitter l'acquisition de « plus grand accord technologique régional » depuis que Yahoo! a acheté en 2009 Maktoob, premier fournisseur de services de courrier électronique en langue arabe.

 

Pour mémoire

Le géant du e-commerce au Moyen-Orient Souq.com lève plus de 250 M EUR

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Émilie SUEUR

L’édito de Émilie SUEUR

Indigne pouvoir libanais

Décryptage de Scarlett HADDAD

Ultimes concertations avant les consultations

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants