patrimoine

La maison rouge déclassée d’un coup de crayon par Gh. Khoury

La décision a paru dans le « Journal officiel », n° 13 : la maison aux volets rouges de Hamra a été retirée de la liste des bâtiments anciens à préserver.

Vue de l’intérieur. Crédit Save Beirut Heritage

Quelle mouche a donc piqué le ministre de la Culture ? En signant le retrait de la maison aux volets rouges de la liste des bâtiments anciens à préserver, Ghattas Khoury annule d'un coup de crayon le décret 95, émis le 4 août 2016 par l'ancien ministre de la Culture Raymond Arayji, qui interdisait la démolition du bâtiment. La Direction générale des antiquités (DGA) avait établi que l'édifice relève du bâtiment historique et devait être conservé.

Propriété de Georges et Michel Rbeiz, la maison aux volets rouges est bâtie sur le bien-fonds 491, rue Abdel Aziz, à Hamra. Son rez-de-chaussée aux chambres voûtées remonte à la fin du XVIIIe siècle et les autres niveaux datent du début du XXe siècle.

Pressions des promoteurs? Piston à haut niveau? Rapport de bon voisinage entre le ministre et les intéressés ? Ou indifférence totale à l'égard d'un héritage architectural ? Dans tous les cas de figure, qu'adviendra-t-il du patrimoine si M. Khoury continue à annuler les décrets de ses prédécesseurs sans que personne ne puisse l'arrêter.

Il est vrai que la rénovation d'une vieille maison peut atteindre des sommes astronomiques. Et très souvent, elles sont louées à des familles pour une petite poignée de dollars par an. Il est donc pour eux plus rentable de les démolir pour vendre le lot à des promoteurs immobiliers. L'ancien ministre Arayji l'avait compris. Dans le cadre d'un plan de gestion conciliant sauvegarde du patrimoine et intérêts économiques des particuliers, il avait élaboré une loi prévoyant un soutien administratif, technique et institutionnel aux propriétaires. Mais – parce qu'il y a toujours un « mais » dans ce pays – on attend toujours que cette loi soit votée...
En attendant Godot, il ne reste plus que quelque 300 ou 400 maisons traditionnelles, contre les 2 000 inventoriées dans les années quatre-vingt-dix.

 

 

 

Lire aussi

 

À la mémoire des anciennes bâtisses de Beyrouth...

Une bâtisse vieille de 150 ans ? Hop, on démolit !

Le port de Byblos et sa zone côtière en péril...

« La rescapée de Beyrouth », une exceptionnelle maison à cour de 1820


Quelle mouche a donc piqué le ministre de la Culture ? En signant le retrait de la maison aux volets rouges de la liste des bâtiments anciens à préserver, Ghattas Khoury annule d'un coup de crayon le décret 95, émis le 4 août 2016 par l'ancien ministre de la Culture Raymond Arayji, qui interdisait la démolition du bâtiment. La Direction générale des antiquités (DGA) avait établi...

commentaires (15)

CPL - Hariri : vraiment tres transparent .Faites vite Mssrs les ministres il se peut qu'il vous reste tres peu de temps profitez profitez profitez .....

aliosha

19 h 34, le 28 mars 2017

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • CPL - Hariri : vraiment tres transparent .Faites vite Mssrs les ministres il se peut qu'il vous reste tres peu de temps profitez profitez profitez .....

    aliosha

    19 h 34, le 28 mars 2017

  • Ben oui quoi, un coup de crayon et on se garantit son magot vite fait bien fait ... et le commun des mortels peut gerber à souhait que ça ne changerait rien du tout.

    Remy Martin

    16 h 44, le 28 mars 2017

  • On aimerait bien connaître les raisons qui poussent ce ministre à déclasser cette maison. C'est certainement pas pour de l'argent car les ministres du CPL ne sont pas du tout des corrompus.

    carlos achkar

    16 h 11, le 28 mars 2017

  • comme d'habitude $$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

    Talaat Dominique

    13 h 27, le 28 mars 2017

  • Toute decisions prisent subitement sans explications ne peuvent être justifiées que par la Corruption !!! Notre nouveau President & Gouvernement nous avait promis de la transparence. On est entrain de voir le contraire malheureusement!!! On en a asses de la corruption!

    Hanna Philipe

    13 h 18, le 28 mars 2017

  • Un pays qui s'acharne à détruire sont histoire ..pour quelques dollars de plus ...hypothèque son futur...

    M.V.

    12 h 19, le 28 mars 2017

  • AVEC CES IDEES TOUS LES BATIMENTS DU XIX ET XX SIECLES... CAD TOUS LES IMMEUBLES ET MAISONS DU PAYS... DANS CINQUANTE ANNEES... DEVRAIENT ETRE PRESERVES !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 12, le 28 mars 2017

  • MAISON DU XVIIIEME SIECLE AVEC ETAGES DU XXEME SIECLE JE ME DEMANDE SON STATUT ET POURQUOI ! IL Y EN A A TRIPOLI... ET JE SUIS SUR AILLEURS DANS LE PAYS... DES CENTAINES ET PLUS DE MAISONS DE BEAUCOUP PLUS VIEILLES... QUI S,EN OCCUPE ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 20, le 28 mars 2017

  • merci de défendre notre patrimoine culturel et en particulier architectural . bon courage . adel

    Hamed Adel

    09 h 24, le 28 mars 2017

  • un autre inculte au ministère de la culture.......quel gâchis !

    Tabet Karim

    09 h 20, le 28 mars 2017

  • Finalement il faut se résigner a la chose: Nous sommes indubitablement gouvernés par des ploucs ... aussi simple que ça.

    Remy Martin

    09 h 08, le 28 mars 2017

  • C'est du délire! Le ministre Ghattas Khoury a-t-il motivé sa décision par écrit? Qu'est-ce qui peut justifier qu'il prenne le contrepied de son prédécesseur? Le besoin d'exister après un ministre aussi brillant que Rony Araiji? Il est vrai que la comparaison lui est cruelle.

    Marionet

    08 h 13, le 28 mars 2017

  • A tour de bras on demoli, bravo monsieur khoury. Vous nous faites apprecier les ministres du cpl, c'est dire! Eden rock, horsh Beirut, maison rouge, etc...petit appercu de notre ville en train d'etre engloutie

    George Khoury

    08 h 04, le 28 mars 2017

  • La valse des classés-déclassés ne s'arrêtera que le jour où les bâtiments concernés (s'il en reste encore) , seront protégés par la loi. Des circulaires administratives ne suffisent pas pour le faire. Elles seront toujours l'objet de la décision subjective du moment , fonction de qui occupe nouvellement le ' poste ' , mettant aux prises les diiférents organes de l'état, chacun revendiquant son autorité sur la chose. Problème sans fin et sans solution. Des démarches intelligentes ont bien été tentées par d'anciens ministres de la culture. En vain . Une solution qui ne tiendrait pas compte, un tant soit peu, des droits financiers des propriétaires, sera toujours vouée à l'echec, et combattue. En attendant, eh bien Il n'y aura plus rien à protéger...

    LeRougeEtLeNoir

    07 h 47, le 28 mars 2017

  • Séttt May ! Laissez tomber çuilà, please ! Il faut en référer à son Patron, Sääd HARIRI.... Merci.

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    02 h 18, le 28 mars 2017