Rechercher
Rechercher

Culture - Rock

Kinematik, ou la possibilité d’une musique

Loin, très loin des sonorités ambiantes, le groupe présente son premier album dans un style musical intrigant et prenant à la fois.

Les jeunes musiciens de Kinematic emmènent les sonorités par monts et par vaux.

La musique comme source d'apaisement ou, au contraire, de stress ? En intitulant son premier album ala' (anxiété), le groupe de musique rock indépendant Kinematik cherche-t-il à donner le ton ?
Toujours est-il que lors du concert de lancement de ce nouvel opus, le public de Station balançait entre étonnement et enthousiasme, incompréhension et entrain, alors que les jeunes musiciens emmenaient les sonorités par monts et par vaux.
Et proposaient une musique hermétique aux oreilles néophytes, mais hypnotique par son côté thriller et ses variations d'effets plus ou moins aigus.
Fraîchement composé, Kinematik regroupe quatre jeunes passionnés de musiques expérimentales. Anthony Sahyoun (artiste également connu sous le patronyme de Mme Chandelier) et Rudy Ghafari, respectivement, le guitariste et le pianiste (sur clavier électronique) composent depuis quelques années déjà. Le groupe prend forme avec leurs deux amis d'enfance Akram Hajj, le batteur, et Roy Khazen, à la basse.
Kinematik en allemand ou cinématique est un mot qui prend sa racine du grec kinêma (le mouvement) qui est l'étude des mouvements possibles. Définition qui colle bien à l'intention du groupe qui entend explorer les mille et une façons de recréer la note.
Après les premières expérimentations, l'envie de jouer devant un public se fait plus pressante. Un cinquième élément orbite alors autour du noyau : Cynthia el-Hasbani. Sur scène, la jeune fille orchestre les jeux de lumière, donnant un aspect visuel très particulier, un rendu unique et déroutant. C'est tout naturellement donc qu'elle s'affirme comme « le morceau de puzzle manquant » du groupe.
Il est intéressant d'assister aux performances de ce groupe de rock indépendant pour comprendre, notamment, le choix de ce genre musical distinctif, que le public n'a sans doute pas trop l'habitude d'entendre, et qui est accentué par des variations de niveaux sonores et de forts contrastes. Certains pourraient même comparer les sonorités stridentes à celles qui rythment les bandes sons de thrillers psychologiques. Alors que d'autres applaudiraient une certaine nouveauté dans le genre.
Que représente la musique pour ces jeunes qui dévalent les pistes enneigées lorsqu'ils ne jouent pas? Une passion mordante, au début, devenue très vite « une chance d'expression », voire « une nécessité », à travers laquelle ils se découvrent mutuellement mais aussi découvrent les individus autour d'eux.
Leurs plus grandes inspirations musicales remontent aux années 70 et 80. Le rock expérimental se démarquait alors avec les groupes allemands Can et Neu ! qui sont leurs favoris. Sans oublier l'incontournable groupe de rock anglais Radiohead...
Le groupe espère continuer à écrire et jouer. Rudy Ghafari précise : « Nous ferons de la musique tant que nos oreilles ne seront pas bouchées. »
Kinematik fait partie du line-up de la 17e édition du Festival international de musique expérimentale au Liban qui se déroulera du 5 au 8 avril 2017,
à Metro al-Madina ; Ashkal Alwan, Beirut Art Center, entre autres lieux de la capitale. À suivre...

L'album « ala' » est actuellement en prévente sur iTunes. Composé de huit morceaux, il devrait se trouver dans les bacs à partir du 17 mars.

La musique comme source d'apaisement ou, au contraire, de stress ? En intitulant son premier album ala' (anxiété), le groupe de musique rock indépendant Kinematik cherche-t-il à donner le ton ?Toujours est-il que lors du concert de lancement de ce nouvel opus, le public de Station balançait entre étonnement et enthousiasme, incompréhension et entrain, alors que les jeunes musiciens...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut