Liban

L’arrêt des travaux se fait toujours attendre sur le chantier de l’Eden Bay

Ramlet el-Baïda
OLJ
10/03/2017

Le travail se poursuivait hier encore en soirée sur le chantier d'Eden Bay Resort à Ramlet el-Baïda, malgré une deuxième décision du Conseil d'État sur la suspension des travaux, annoncée lundi. Et pourtant, une source proche du mohafez de Beyrouth Ziad Chbib, l'autorité exécutive de la ville de Beyrouth chargée de l'application de cette décision, la même qui a accordé le permis de construire, assure à L'Orient-Le Jour que la décision de la suspension des travaux a bien été prise au niveau du mohafez. Toutefois, selon cette source, cette procédure suit son chemin administratif, puisqu'elle a été transférée vers le bureau d'ingénierie de la municipalité de Beyrouth, qui va à son tour en notifier le ministère de l'Intérieur, lequel prendra en charge l'exécution de cette décision judiciaire.
Rappelons qu'un recours a été présenté par l'association Green Line en collaboration avec l'Agenda légal pour demander l'annulation du permis de construire accordé à l'entreprise Eden Rock sur la dernière plage de sable de Beyrouth. Le Conseil d'État a demandé la suspension des travaux en attente du jugement final concernant l'annulation, ou non, du permis. M. Chbib avait soutenu que la première décision de suspension n'était pas applicable du fait que le permis de construction avait été modifié le 19 janvier dernier. Le Conseil d'État a finalement tenu compte des arguments de la société civile suivant lesquels ce permis modifié ne pouvait être considéré comme un nouveau permis, renouvelant sa demande d'arrêt des travaux.
Une source proche de Green Line, jointe par L'OLJ, n'est pas convaincue des arguments selon lesquels la procédure d'arrêt des travaux devrait suivre une trajectoire aussi longue. Selon elle, après consultation de plusieurs avis, la notification de la partie intéressée, en d'autres termes l'entreprise, peut être effectuée directement, les forces de l'ordre devant être chargées de vérifier l'arrêt des travaux sur le terrain. Cette source constate que les ouvriers sur le chantier seraient même en train de finaliser le toit de la bâtisse controversée, et elle se demande à quoi rime ce retard.
Hier, Green Line et l'Agenda légal ont envoyé une lettre au président de la République Michel Aoun, lui demandant de veiller au respect des décisions judiciaires et à leur application effective.

S. B.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS VONT ARRETER UNE FOIS LE PROJET FINI ET LES INSTALLATIONS OUVERTES A LA CLIENTELE EN ETE... C,EST CA LE LIBAN ! ET TOUS LES ACCAPAREURS DU LITTORAL DU NORD AU SUD QUI N,ONT MEME PAS ACHETE ET NI PAYE ?

George Khoury

Scoop: l'arret des travaux sera executé tres prochainement....lorsque le projet sera terminé....clin d'oeil a nos champions de la semantique et du ijtihed ridicule.

Faudrait se pencher d'ailleurs pourquoi dans notre societe moyen orientale, le concept de ijtihed existe alors qu'il est inexistant ailleurs (ou tres peu). Peut etre pour justifier nos mensonges. En tout cas ca nous fait faire du surplace (je dirais meme recule) depuis tres tres tres longtemps.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants